logo

Le dimensionnement des photos numériques pour internet

Photo optimisée pour un article de mon blog : définition 640 px x 360 px ; poids 49 ko.

POURQUOI REDIMENTIONNER SES PHOTOS POUR INTERNET

Par opposition au téléchargement, le téléversement est l’action de transfert de données d’un ordinateur local vers un ordinateur distant. Avant de téléverser une photo, il est recommandé de l’optimiser en fonction de ce que l’on veut en faire, comme par exemple la mise en ligne sur un site. Jusqu’à présent, je ne me posais pas trop de questions et je n’ai pas toujours été rigoureux à ce sujet.Continue Reading..

Les glaciers de la face nord du Vignemale

Le glacier des Oulettes de Gaube (glacier de cirque et de surracumulation) – Novembre 2015.

DEFINITION D’UN GLACIER

Les glaciers font partie du domaine des « neiges éternelles ». Ils se présentent sous la forme d’une masse de glace en mouvement qui s’écoule lentement sous l’effet de son propre poids et de la pente. Cette glace se forme par les tassements successifs d’épaisses couches de neige accumulées pendant l’hiver et conservées. Après l’expulsion progressive de l’air emprisonné, les cristaux de neige se soudent entre eux pour former une matière homogène, la glace (un phénomène appelé la diagénèse).

On les sépare en deux catégories : le glacier véritable qui présente des crevasses caractéristiques d’un écoulement glaciaire, et le glacier résiduel qui a été un glacier véritable, dépourvu maintenant de signes d’écoulement.

Le glacier résiduel de Barroude (altitude moyenne 2 475 m) et le grand lac. L’eau a la couleur laiteuse caractéristique des eaux de fonte de glacier (août 2014). Continue Reading..

Les Oulettes de Gaube sous la Voie Lactée

La face nord du massif du Vignemale sous la Voie lactée – Le Bulbe de la Voie Lactée, entre les constellations du Sagittaire et du Scorpion, surmonte la pointe Chausenque (3 204 m), le Piton Carré (3 197 m) et la Pique Longue (3 298 m), point culminant des Pyrénées françaises.

 

Le site des Oulettes de Gaube (Hautes-Pyrénées) en zone cœur du parc national des Pyrénées est très connu des pratiquants de la montagne. Situé à 2 151 m d’altitude, il offre une vue unique sur la face nord du massif du VignemaleContinue Reading..

Le lac du Chabarrou au départ du Pont d’Espagne

Le lac du Chabarrou (2 302 m), dominé par l’Alphonse Meillon (2 930 m) et le Chabarrou Nord (2 925 m).

Les lacs sont très nombreux dans les Pyrénées : on en dénombre plus de 2 500 pour l’ensemble des Pyrénées françaises et espagnoles, à plus de 700 mètres d’altitude qui représente la limite de l’étage collinéen. 

Il existe de nombreux guides « Les plus beaux lacs des Pyrénées » et le lac du Chabarrou mériterait d’en faire partie ; il en est absent, du moins de ceux que j’ai, ce n’est peut-être que mieux. Il est peu fréquenté, même au plus fort de la saison estivale.

Continue Reading..

La cabane du Cap de la Baitch à l’automne (vallée d’Aspe)

La cabane du Cap de la Baitch, devant le pic du Soum Couy et les orgues d’Azuns.

C’est une si belle journée! Aujourd’hui, nous sommes le jeudi 29 octobre 2020 et je profite de mes toutes dernières heures de liberté pour aller dire « au revoir » à la montagne. L’actualité une nouvelle fois nous rattrape avec un deuxième confinement, ce soir à minuit. Cela devait finir par arriver, comme le feu que l’on croyait éteint et qui ne demande qu’à renaître de ses cendres. Je me suis décidé un peu tard et ce n’est vraiment pas le moment d’aller tenter le diable pour une rando.

Depuis la cabane du Cap de la Baitch, lors d’une sortie précédente – La promenade des isards dans la neige de printemps, au pied du Countendé.

J’ai choisi une ballade facile sur l’itinéraire du GR10 au départ du refuge de L’Abérouat, au-dessus de Lescun : la cabane du Cap de la Baitch. J’espère secrètement y observer quelques isards, bien qu’il soit encore un peu tôt pour le rut. Les animaux devraient normalement commencer à se rassembler. J’aime ces bestioles, symbole du Parc National. Une sortie réussie est pour moi une sortie où il me regarde depuis un promontoire, dominant majestueusement son domaine. Continue Reading..

La cueillette des champignons dans le Béarn

Une cueillette raisonnable de cèpes bronzés (Boletus aereus), après nettoyage. 

La cueillette des champignons
dans le Béarn

 Le cèpe bronzé (Boletus aereus) et un cèpe de Bordeaux qui a pris de l’âge (boletus edulis).

* * * * *

La folie des cèpes

Des palombes ou pigeon ramier (Columba palumbus), dans un champ de maïs récemment ramassé.

Le sujet revient tous les ans dans l’actualité régionale : le retour des cèpes de l’automne. Cette poussée est toujours attendue avec impatience, au moment de la migration des palombes. Seront-ils au rendez-vous? Alors que je n’y pensais plus, ils sont bien arrivés. Cette année, on est monté d’un cran avec « la folie des cèpes ». Cette expression, je l’ai remarquée en titre d’un article sur un site d’information en ligne. Elle m’interpelle : en est-on vraiment arrivé là? Continue Reading..

Le Temps du Brame dans les Pyrénées – Le retour du silence (Octobre 2020)

Un impressionnant « Douze cors » à fourches, mal semé (les deux bois n’ont pas le même nombre de cors) – Son bois de droite a une trochure, absente sur celui de gauche. La trochure est le quatrième andouiller après l’andouiller de massacre, le surandouiller, la chevillure et avant la fourche ou empaumure.

Le Temps du brame dans les Pyrénées
Le retour du silence (13 octobre 2020)

 

Un « Huit cors » sur sa cinquième année, je pense.

* * * * *

En effet, tout a une fin. Cet article est le huitième et dernier d’une série consacrée au Temps du Brame 2020. J’ai passé de bons moments à observer ces grosses bêtes sympathiques, au regard parfois niais comme je l’ai écrit récemment. J’espère avoir su partager ce plaisir avec vous au travers de mes photos, prises dans deux biotopes pyrénéens distincts à différentes altitudes jusqu’à 2 000 mètres environ. Les plus belles images restent cependant celles que l’on gardera en tête car il n’est pas toujours facile d’immortaliser « artistiquement » ces moments à de si grandes distances ; la qualité peut en souffrir. La météo n’a pas toujours été propice non plus, avec deux épisodes neigeux et parfois de la pluie et/ou du brouillard. Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une place de brame fréquentée (Octobre 2020)

Le Temps du brame dans les Pyrénées
Une place de brame fréquentée (08 octobre 2020)

L’intérêt de deux cerfs en rut pour leur dulcinée.

* * * * * 

Ce soir, je le sais déjà : c’est la dernière fois que je viens observer le brame sur cette place. De nouvelles chutes de neige sont annoncées et après, il sera trop tard ; les mâles auront terminé leur mission annuelle et le calme régnera de nouveau en montagne, jusqu’au rut de l’isard et … des bouquetins ibériques. C’est dommage, j’aurais bien aimé assister à l’ambiance « fin de brame ».Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une soirée « ambiance » (octobre 2020)

Le cerf à la ramure atypique est devant moi, dans la pénombre.

Le Temps du brame dans les Pyrénées
Une soirée « ambiance » (4 octobre 2020)

Il est le maître de cette place de brame.

* * * * * 

Le Temps du brame est déjà bien avancé. Ce soir et au vu de la météo du moment, ce ne sera pas une soirée « photos de concours » , mais j’en ai pris l’habitude.

Arrivé à mon stationnement et alors que je me prépare, une voiture s’arrête à mon niveau. On devine très facilement ce que je fais là et le chauffeur engage la conversation. Il doit avoir mon âge et je pense aussi qu’il doit être un chasseur. Ils sont nombreux à suivre le brame. A mon humble avis, ils sont plus respectueux des règles de bon sens à appliquer que bien d’autres catégories de la population. Ils se passent généralement de proximité, celle qui crève l’écran sur les réseaux sociaux ; une bonne paire de jumelles leur suffit, comme pour ce monsieur. Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Quelques retrouvailles (septembre 2020)

Le maître des lieux depuis plusieurs années – Un vieux « 11 cors » avec une fourche et une empaumure à trois épois.

Le Temps du brame dans les Pyrénées
Quelques retrouvailles (30 septembre 2020)

La concurrence est là aussi – Un jeune « 11 cors » avec deux empaumures à trois épois.

* * * * *

L’épisode de mauvais temps est provisoirement terminé et nous sommes en milieu de semaine, un moment en principe plus propice à l’observation. Aujourd’hui, il y a enfin un peu de soleil ; il me tarde d’aller voir ce qui se passe en montagne. Continue Reading..