logo
Les derniers jours d’une chevrette avec la patte avant coupée

Les derniers jours d’une chevrette avec la patte avant coupée

10 août 2021 – La chevrette de cette histoire.

Dans la Nature, des animaux sauvages se retrouvent parfois handicapés à la suite d’une chute dans un relief accidenté, une collision avec un véhicule, une blessure occasionnée par une machine agricole, par un coup de feu, un piège, etc. Les cas sont divers et nombreux. Leurs chances de survie dépendent de la position et de la gravité de la blessure. Certaines blessures après guérison n’affectent pas leur motricité. D’autres au contraire amenuisent leurs chances d’échapper à un prédateur. Continue Reading..

Le cycle de la reproduction chez les chevreuils

Le cycle de la reproduction chez les chevreuils

06 août 2021 – Un face à face sympathique avec un faon.

.

I – La reproduction chez les chevreuils

De la mi-juillet à la mi-août, c’est la période du rut chez les chevreuils. Le brocard défend farouchement l’accès de son territoire aux autres mâles ; il n’hésite pas à se battre avec tout prétendant qui ne respecte pas les limites. Dans tous ses états, étourdi par les effluves dégagées par les chevrettes en chaleurs, il poursuit celles qui sont réceptives et s’accouple régulièrement. Continue Reading..

Observation d’un Rollier d’Europe à Maspie-Lalonquère-Juillacq (Béarn) – 18 Août 2021

Observation d’un Rollier d’Europe à Maspie-Lalonquère-Juillacq (Béarn) – 18 Août 2021

Un Rollier d’Europe photographié dans le Béarn!

Le Rollier d’Europe (Coracias garrulus) est un bijou de la Nature. Avec ses couleurs éclatantes, il ne passe pas inaperçu. Ce mercredi 18 août, je n’en croyais pas mes yeux : jamais je n’aurais pensé rencontrer un jour ce bel oiseau à quelques encablures de chez moi. Et pourtant, il était bien là, devant moi, posé sur un fil téléphonique, en train de scruter attentivement la prairie de fauche à la recherche d’une proie.

Continue Reading..

Le Lézard vert occidental (Lacerta bilineata)

Le Lézard vert occidental (Lacerta bilineata)

Un couple de Lézards verts au soleil.

Après le Lézard ocellé (Timon lepidus, menacé d’extinction en France et mesurant en moyenne entre 40 et 60 cm), le Lézard vert occidental est le plus grand de nos lézards ; il est tout simplement magnifique. Au gré des rencontres, la couleur vert pomme de sa livrée nuptiale accroche le regard.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, on le rencontre plutôt sur la côte atlantique et sur le piémont des Pyrénées. Il est absent du Vic-Bilh. Dans les Landes, j’en ai observé aux abords des lacs situés à l’arrière du cordon dunaire.Continue Reading..

Le lis des Pyrénées (Lilium pyrenaicum)

Le lis des Pyrénées (Lilium pyrenaicum)

Une petite grappe de fleurs de Lis des Pyrénées, à trois stades de la floraison.

Le sujet de ce jour est le Lis des Pyrénées (Lilium pyrenaicum Gouan). Au fait, Lis ou Lys? Cela n’a pas d’importance, les deux orthographes sont bonnes mais le « Lis » est dans l’orthographe officielle.

La fleur du Lis, en pleine floraison.

.

I- Présentation du lis des Pyrénées

Plante prisée des photographes, les publications à son sujet sont nombreuses. La fleur est particulièrement attrayante et se prête très bien à la photographie macro. J’ai longtemps pensé, à tord, que ce lis était protégé ; non, il ne l’est pas mais à qui viendrait à l’idée de cueillir ou déterrer ce petit joyau de la Nature?

Continue Reading..

Randonnée pic de Peyreget (2 487 m) en boucle depuis le parking d’Aneou

Randonnée pic de Peyreget (2 487 m) en boucle depuis le parking d’Aneou

La vue vers l’Ossau et vers la chaîne des 3 000, depuis le sommet du Peyreget.

.

Le tour du pic du Peyreget en boucle en montant jusqu’à son sommet (2 487 m) à partir du parking d’Anéou (cabane d l’Araille, 1 725 m) n’offre pas de difficulté particulière. C’est une belle sortie avec des vues inhabituelles sur la face sud du pic du Midi d’Ossau. Le panorama sur les autres sommets environnants est magnifique, autant vers les 3 000 emblématiques de la vallée d’Ossau, que vers l’Espagne ou vers la vallée d’Aspe.   Continue Reading..

Mon séjour dans le Parc naturel de Somiedo à la recherche de l’Ours brun

Mon séjour dans le Parc naturel de Somiedo à la recherche de l’Ours brun

Pola de Somiedo, peu avant le lever du soleil. Au loin, on distingue quelques sommets de la vallée del Lago.

.

Un peu de nostalgie pour commencer cet article! En ce moment, je devrais revenir d’ « ailleurs »! Mais d’où donc? Des Asturies, plus précisément de Pola de Somiedo, où j’aurais peut-être rencontré l’Ours brun. Depuis ce premier séjour en octobre 2019, je m’étais promis d’y revenir. Je n’avais pas eu l’occasion de voir l’ « Oso pardo », mais j’avais été conquis par la beauté de la région et j’avais fait des rencontres très sympathiques et instructives.

Grâce à l’une d’entre elles, j’avais pu « ressentir » la présence de l’ours au travers d’indices de son récent passage et ce fut un réel plaisir! L’ambiance n’est plus du tout la même quand on sait qu’il est là, autour de vous!

Le départ! Ces moments-là me manquent.

Cette publication est un peu tardive car j’espérais pouvoir la compléter avec des photos de rencontre de ce plantigrade qui m’interpelle. Cet espoir a été contrarié. Le virus qui circule depuis début 2020 a bouleversé notre vie et j’ai dû hélas revoir tous mes projets.

En complément des informations utiles à savoir pour l’observation directe de l’ours, il est pour moi important et intéressant de connaître au préalable le Parc Naturel de Somiedo et d’apprécier ses richesses patrimoniales. Continue Reading..

Le Loriot d’Europe (Oriolus oriolus)

Le Loriot d’Europe (Oriolus oriolus)

Mi-juillet en fin de soirée – Le Loriot mâle en train de chanter.

Le Loriot d’Europe est enfin arrivé dans mon Béarn! Nous sommes le 29 avril 2021 et cet après-midi, je l’ai entendu chanter. Cela a duré moins d’une minute et il était posé sur la parcelle forestière habituelle où un couple niche chaque année. Je l’ai écouté en même temps qu’une Tourterelle des bois. Je l’attendais depuis plusieurs jours. J’ai pris plus ou moins l’habitude de noter son arrivée, qui a généralement lieu ici entre le 20 et le 30 avril, un mois environ après celle du Coucou gris.

Il a neigé cette nuit sur les Pyrénées au-dessus de 2 000 mètres. Je pensais devoir attendre encore un peu sa venue. Et bien non! Il a quand même traversé pour prendre ses quartiers d’été.

Continue Reading..

L’Ophrys sillonné (Ophrys sulcata) dans le Vic-Bilh

L’Ophrys sillonné (Ophrys sulcata) dans le Vic-Bilh

L’Ophrys sillonné ( Ophrys sulcata ) – Pour voir la photo en plein écran, cliquez dessus.

L’Ophrys sillonné est une orchidée peu courante dans le Vic-Bilh, du moins à ma connaissance. Je ne connais que deux stations, dont une est maintenant sur une propriété privée et donc inaccessible.

La station libre d’accès comporte une vingtaine de pieds dispersés sur environ 500 m2. La première fleur est apparue le 5 mars. Cette orchidée n’est supposée fleurir qu’en avril et cela m’a fait douter pour avancer une identification. Ce pied est plus grand que la moyenne, 19 centimètres. Continue Reading..

L’hivernage du Tichodrome échelette dans le Béarn

L’hivernage du Tichodrome échelette dans le Béarn

Le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), en tenue hivernale (cliquer sur la photo pour l’agrandir).

Les beaux jours sont là et la végétation a redémarré. La migration prénuptiale des grues est déjà terminée. Les plus gros vols sont passés il y a un mois déjà, autour du 20 février comme chaque année ; quelques retardataires trompetaient encore la semaine dernière. Cependant, l’hiver n’est pas fini. Au moment où j’écris, il a de nouveau reneigé sur les Pyrénées ; il est tombé une quarantaine de centimètres à 1 800 m, à la veille du printemps. Ces chutes de neige vont prolonger l’hivernage du Tichodrome échelette à basse altitude ; il lui faudra attendre encore un peu pour retourner en haute montagne, pour se reproduire.Continue Reading..

Les volcans de sable du plateau du Benou

Les volcans de sable du plateau du Benou

Le bloc erratique du plateau du Benou et ses arenaygues (vous pouvez cliquer sur la photo).

Le plateau du Benou, situé à l’entrée de la vallée d’Ossau à une altitude moyenne de 900 m, est un site connu et très fréquenté. Haut-lieu du pastoralisme ossalois, on peut y admirer ses nombreuses granges ; à l’arrivée des beaux jours, le bétail y évolue en liberté.

Le plateau du Benou (secteur Roland) depuis les crêtes de Lazerque. En face, le pic de Gerbe (bord de la photo), le Lauriolle, le Mailh Massibé (au centre), le Rocher d’Aran, l’Ourlénotte et l’Ourlène.

Il est dominé par deux massifs : au nord, le massif du Soum de Counée (1 361 m) et au sud, celui du pic de l’Ourlène (1 813 m). Entre les deux, le plateau forme une dépression dans laquelle passe une importante faille aujourd’hui masquée par des dépôts d’argiles glaciaires et constituée de brèches et d’écailles, sorte de copeaux géants. Certains témoignages en sont visibles comme le Turon de la Técouère, constitué de lherzolite (roche magmatique plutonique très dure du manteau terrestre supérieur, formée en profondeur et qui s’est lentement refroidie). Continue Reading..

L’Ophrys de mars (Ophrys occidentalis) dans le Vic-Bilh

L’Ophrys de mars (Ophrys occidentalis) dans le Vic-Bilh

L’Ophrys de mars à Cadillon, le 18 février 2021 (ouverture en plein écran en cliquant sur la photo).

La végétation redémarre depuis quelques jours et la faune réagit aussi. Les grues ont entamé leur migration prénuptiale mais attention : elles ne savent pas anticiper la météo des prochains jours. Elle réagissent simplement à une horloge interne qui déclenche leur départ, lié au rapport des durées du jour et de la nuit (la photopériode).

Continue Reading..

Mon inventaire des Orchidées sauvages du Vic-Bilh

Mon inventaire des Orchidées sauvages du Vic-Bilh

La République des Pyrénées (26 octobre 1996) – Chantier de  restauration des pelouses à orchidées, avec les élèves des écoles primaires de Simacourbe et de Lalongue.

Le Vic-Bilh est une région de vignobles du Madiran et du Pacherenc situé dans le Nord-Est du Béarn. Son économie est essentiellement agricole et la viticulture est bien présente. J’ai découvert l’intérêt patrimonial des orchidées sauvages du Vic-Bilh au début des années 2010. Pour moi, l’orchidée était jusqu’alors une fleur « exotique » et je n’imaginais pas qu’il puisse en pousser dans la région.

Sur les coteaux de Cadillon – Une parcelle de vigne à gauche et une pelouse sèche en face.

Continue Reading..

La neige dans le Vic-Bilh

La neige dans le Vic-Bilh

03 février 2015 – Les coteaux de Lembeye (chef-lieu de canton du Vic-Bilh) sous la neige. 

Il a neigé sur le Vic-Bilh ce 9 janvier. Domicilié à 300 mètres d’altitude devant la chaîne des Pyrénées, j’aime ces épisodes neigeux. Ils étaient bien plus rares dans mes Landes natales.

.

QUELQUES DATES D’ENNEIGEMENT

10 janvier 2021 – La campagne du Vic-Bilh sous la neige.

Il neige en principe au moins une fois par an, en quantité modeste certes, mais cela me permet de l’apprécier. Le soleil (ou la pluie) prend vite le relais pour la faire disparaître, parfois même dans la journée. S’il gèle, elle peut rester un peu plus longtemps. Dans la plupart des cas, c’est plutôt un bon saupoudrage.

Continue Reading..

La mortalité inhabituelle du Léiothrix jaune ou Rossignol du Japon

La mortalité inhabituelle du Léiothrix jaune ou Rossignol du Japon

Un Léiothrix jaune dans un roncier, à la lumière d’un soleil couchant.

Je m’intéresse au Léiothrix jaune appelé communément le Rossignol du Japon depuis un petit moment déjà et je lui ai consacré un article complet, disponible dans mes archives de juin 2019 (suivre le lien en fin d’article).

Un Léiothrix jaune dans un figuier sauvage.

Dans les colonnes du journal Sud-Ouest du 20 octobre 2020, un article très intéressant est paru à son sujet et intitulé : « Le mystère de la mort des rossignols du Japon ». De nombreux habitants de Pau et de son agglomération s’y émouvaient à juste raison de trouver à terre de nombreux Rossignols du Japon morts sans dommage apparent, un phénomène anormal. Je ne vais pas reprendre ici ce qui est écrit dans l’article, mais apporter mon ressenti sur ce sujet.

Continue Reading..

Mon site Web LaNatureMoi

Mon site Web LaNatureMoi

03 Février 2016 – Le démarrage de mon site « lanaturemoi » et son Portfolio initial.

 Cette nouvelle année est pour moi l’occasion de faire un bilan sur l’utilisation de mon site de photos de Nature ayant pour nom de domaine « lanaturemoi ». Le hasard du calendrier a voulu que cela fasse exactement cinq années qu’il a vu le jour! Après avoir un peu végété à ses débuts, il est maintenant assez bien référencé sur internet et de plus en plus consulté. Il est géré par le système de gestion de contenu « WordPress » et j’ai choisi pour sa présentation le thème HYDRAContinue Reading..

La Gestion des couleurs d’une photo numérique

La Gestion des couleurs d’une photo numérique

Le Triton marbré – Photo téléversée avec un profil couleur sRVB et non traitée par WordPress.

Le Triton marbré –  Photo téléversée avec un profil couleur Adobe RVB et non traitée par WordPress.

Un petit test avant de commencer mon article : affichées ensemble avec 2 profils de couleurs incorporés différents, les deux photos ci-dessus sont identiques sur mon écran conçu pour reproduire les 2 profils sRVB et Adobe RVB les plus utilisés. Si votre écran est conçu uniquement pour le sRVB, la photo en Adobe RVB (celle du dessous) va vous paraître plus fade.

Au fil des mises à jour régulières du système de gestion de mon site, j’ai fini par me rendre compte que l’apparence générale de certaines de mes publications est « fade », avec des couleurs délavées par rapport aux originaux que je téléverse. Pourquoi cette perte de coloration sur certaines publications du Web?

J’utilise un écran Large Gamut avec une palette de couleurs très poussée pour un traitement des photos de niveau professionnel. On considère qu’un périphérique (écran, imprimante, scanner,…) est à Large (ou Wide) Gamut quand l’ensemble des couleurs qu’il reproduit est équivalent ou supérieur à la perception de l’œil humain. Mon écran couvre 100% de l’espace sRVB et 99,5% de l’espace Adobe RVB.

Toutes les photos de mon site jusqu’à ce jour ont été téléversées au format JPEG bien connu, en leur intégrant un profil colorimétrique Adobe RVB, à l’identique de ce que je fais pour l’impression de mes photos.

Continue Reading..

L’affichage d’une photo numérique sur le Web

L’affichage d’une photo numérique sur le Web

L’arrivée des grues cendrées au dortoir, un soir de neige.

Format photo 16/10 – Définition 1 600 px x 1 000 px – Poids 399 ko. Photo optimisée pour être ouverte en plein écran sur une dalle 24″ au format 16/10 (faites le test en cliquant dessus).

.

Nombreux sont les photographes qui publient leurs photos sur le Web! Elles sont généralement regardées sur l’écran d’un smartphone, d’une tablette, d’un ordinateur portable ou d’un ordinateur de bureau.

Ces écrans ont des caractéristiques qui font appel à un vocabulaire spécifique. Ce vocabulaire se rapproche d’ailleurs un peu de celui utilisé pour décrire les propriétés d’une photo numérique, sujet de mon précédent article.

J’aborde ici, après avoir rappelé les principales caractéristiques d’un écran, comment optimiser la définition d’une photo pour la visionner sur le Web.

La « gestion des couleurs », sujet qui concerne tout autant l’exportation d’une photo numérique que le choix et la calibration d’un écran, sera abordé dans l’article suivant.

.

Continue Reading..

Les caractéristiques d’une photo numérique qu’il faut connaître

Les caractéristiques d’une photo numérique qu’il faut connaître

Photo optimisée pour un article de mon blog : définition 640 px x 425 px ; poids 77 ko.

.

POURQUOI REDIMENTIONNER SES PHOTOS

On recommande d’optimiser ses photos pour au moins deux raisons : limiter la place occupée sur le support de stockage, faciliter le téléversement et la consultation sur le web. Par opposition au téléchargement, le téléversement est l’action de transfert de données d’un ordinateur local vers un ordinateur distant. Continue Reading..

La grande conjonction de décembre 2020 – Saturne et Jupiter

La grande conjonction de décembre 2020 – Saturne et Jupiter

17 décembre 2020 à 18h24. Un fin croissant de Lune magnifie le ciel, à l’approche de la grande conjonction de Saturne et Jupiter, situées sur la partie droite de la photo.

L’observation du ciel nocturne donne parfois l’occasion d’assister à des spectacles uniques dans l’espace d’une vie. Habitués aux rendus époustouflants de photos prises par des instruments qui vont sonder les confins de l’Univers, on peut passer à côté de la beauté de certains évènements tout simples et à la portée de nos yeux, comme la conjonction remarquable qui vient d’avoir lieu entre les deux planètes Saturne et Jupiter.

J’y ai assisté : c’était ce lundi 21 décembre 2020, le jour du Solstice d’hiver dans l’hémisphère nord! Les deux plus grosses planètes de notre système solaire, vues de notre bonne vieille Terre, se sont apparemment « frôlées ».Continue Reading..

Une famille de cerfs élaphes en hiver

Une famille de cerfs élaphes en hiver

Ma belle rencontre de ce jour! Ce grand benêt est, je pense, sur sa troisième année et il vit encore avec sa mère. Je le trouve tout simplement magnifique et je le crois très prometteur, si on laisse faire la nature!

15 décembre 2020! La France se déconfine pour la seconde fois, … pour un couvre-feu à 20h00! Je peux enfin sortir en montagne pour sentir mon cœur battre autrement. Il a neigé récemment sur les Pyrénées et la météo prévoit une très belle journée ensoleillée.

Il n’a pas neigé en abondance ; les paysages sont malgré tout magnifiques.

C’est un réel plaisir de « toucher » la neige. La couche n’est pas importante et il a gelé cette nuit : je peux me passer des raquettes en faisant attention, pour cette sortie en boucle sans danger particulier.

J’ai emmené avec moi mon téléobjectif. A chaque confinement, la Nature reprend ses droits et la faune devient moins craintive. J’ai l’espoir de faire quelques rencontres animales. Bien que les sorties soient à nouveau permises, je ne rencontrerai quasiment personne. Il n’en sera probablement pas de même dans quelques jours avec les vacances de Noël.Continue Reading..

Les glaciers de la face nord du Vignemale

Les glaciers de la face nord du Vignemale

Le glacier des Oulettes de Gaube (glacier de cirque et de surracumulation) – Nov. 2015

DEFINITION D’UN GLACIER

Les glaciers font partie du domaine des « neiges éternelles ». Ils se présentent sous la forme d’une masse de glace en mouvement qui s’écoule lentement sous l’effet de son propre poids et de la pente. Cette glace se forme par les tassements successifs d’épaisses couches de neige accumulées pendant l’hiver et conservées. Après l’expulsion progressive de l’air emprisonné, les cristaux de neige se soudent entre eux pour former une matière homogène, la glace (un phénomène appelé la diagénèse).

On les sépare en deux catégories : le glacier véritable qui présente des crevasses caractéristiques d’un écoulement glaciaire, et le glacier résiduel qui a été un glacier véritable, dépourvu maintenant de signes d’écoulement.

Le glacier résiduel de Barroude (altitude moyenne 2 475 m) et le grand lac. L’eau a la couleur laiteuse caractéristique des eaux de fonte de glacier (août 2014). Continue Reading..

Les Oulettes de Gaube sous la Voie Lactée

Les Oulettes de Gaube sous la Voie Lactée

La face nord du massif du Vignemale sous la Voie lactée – Le Bulbe de la Voie Lactée, entre les constellations du Sagittaire et du Scorpion, surmonte la pointe Chausenque (3 204 m), le Piton Carré (3 197 m) et la Pique Longue (3 298 m), point culminant des Pyrénées françaises.

.

Le site des Oulettes de Gaube (Hautes-Pyrénées) en zone cœur du parc national des Pyrénées est très connu des pratiquants de la montagne. Situé à 2 151 m d’altitude, il offre une vue unique sur la face nord du massif du Vignemale. Continue Reading..

Le lac du Chabarrou au départ du Pont d’Espagne

Le lac du Chabarrou au départ du Pont d’Espagne

Le lac du Chabarrou (2 302 m), dominé par l’Alphonse Meillon (2 930 m) et le Chabarrou Nord (2 925 m).

.

Les lacs sont très nombreux dans les Pyrénées : on en dénombre plus de 2 500 pour l’ensemble des Pyrénées françaises et espagnoles, à plus de 700 mètres d’altitude qui représente la limite de l’étage collinéen.

Il existe de nombreux guides « Les plus beaux lacs des Pyrénées » et le lac du Chabarrou mériterait d’en faire partie ; il en est absent, du moins de ceux que j’ai, ce n’est peut-être que mieux. Il est peu fréquenté, même au plus fort de la saison estivale.

Continue Reading..

La cabane du Cap de la Baitch à l’automne (vallée d’Aspe)

La cabane du Cap de la Baitch à l’automne (vallée d’Aspe)

La cabane du Cap de la Baitch, devant le pic du Soum Couy et les orgues d’Azuns.

C’est une si belle journée! Aujourd’hui, nous sommes le jeudi 29 octobre 2020 et je profite de mes toutes dernières heures de liberté pour aller dire « au revoir » à la montagne. L’actualité une nouvelle fois nous rattrape avec un deuxième confinement, ce soir à minuit. Cela devait finir par arriver, comme le feu que l’on croyait éteint et qui ne demande qu’à renaître de ses cendres. Je me suis décidé un peu tard et ce n’est vraiment pas le moment d’aller tenter le diable pour une rando.

Depuis la cabane du Cap de la Baitch, lors d’une sortie précédente – La promenade des isards dans la neige de printemps, au pied du Countendé.

J’ai choisi une ballade facile sur l’itinéraire du GR10 au départ du refuge de L’Abérouat, au-dessus de Lescun : la cabane du Cap de la Baitch. J’espère secrètement y observer quelques isards, bien qu’il soit encore un peu tôt pour le rut. Les animaux devraient normalement commencer à se rassembler. J’aime ces bestioles, symbole du Parc National. Une sortie réussie est pour moi une sortie où il me regarde depuis un promontoire, dominant majestueusement son domaine. Continue Reading..

La cueillette des champignons dans le Béarn

La cueillette des champignons dans le Béarn

Une cueillette raisonnable de cèpes bronzés (Boletus aereus), après nettoyage. 

 Le cèpe bronzé (Boletus aereus) et un cèpe de Bordeaux qui a pris de l’âge (boletus edulis).

.

I- La folie des cèpes

Des palombes ou pigeon ramier (Columba palumbus), dans un champ de maïs récemment ramassé.

Le sujet revient tous les ans dans l’actualité régionale : le retour des cèpes de l’automne. Cette poussée est toujours attendue avec impatience, au moment de la migration des palombes. Seront-ils au rendez-vous? Alors que je n’y pensais plus, ils sont bien arrivés. Cette année, on est monté d’un cran avec « la folie des cèpes ». Cette expression, je l’ai remarquée en titre d’un article sur un site d’information en ligne. Elle m’interpelle : en est-on vraiment arrivé là? Continue Reading..

Le Temps du Brame dans les Pyrénées – Le retour du silence (Octobre 2020)

Le Temps du Brame dans les Pyrénées – Le retour du silence (Octobre 2020)

Un impressionnant « Douze cors » à fourches, mal semé (les deux bois n’ont pas le même nombre de cors) – Son bois de droite a une trochure, absente sur celui de gauche. La trochure est le quatrième andouiller après l’andouiller de massacre, le surandouiller, la chevillure et avant la fourche ou empaumure.

En effet, tout a une fin. Nous sommes déjà le 13 octobre 2020 et le calme revient chez le Cerf élaphe. Cet article est le huitième et dernier d’une série consacrée au Temps du Brame 2020.

Un « Huit cors » sur sa quatrième année, je pense.

J’ai passé de bons moments à observer ces grosses bêtes sympathiques, au regard parfois niais comme je l’ai écrit récemment. J’espère avoir su partager ce plaisir avec vous au travers de mes photos, prises dans deux biotopes pyrénéens distincts à différentes altitudes jusqu’à 2 000 mètres environ. Les plus belles images restent cependant celles que l’on gardera en tête car il n’est pas toujours facile d’immortaliser « artistiquement » ces moments à de si grandes distances ; la qualité peut en souffrir. La météo n’a pas toujours été propice non plus, avec deux épisodes neigeux et parfois de la pluie et/ou du brouillard. Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une place de brame fréquentée (Octobre 2020)

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une place de brame fréquentée (Octobre 2020)

Le genre d’ambiance qui reste gravée dans mes pensées.

Nous sommes le 8 octobre et ce soir, je le sais déjà : c’est la dernière fois que je viens observer le brame sur cette place. De nouvelles chutes de neige sont annoncées et après, il sera trop tard ; les mâles auront terminé leur mission annuelle et le calme régnera de nouveau en montagne, jusqu’au rut de l’isard et … des bouquetins ibériques. C’est dommage, j’aurais bien aimé assister à l’ambiance « fin de brame ».Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une soirée dans la brume (octobre 2020)

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une soirée dans la brume (octobre 2020)

Le cerf à la ramure atypique me toise.

Il est le maître de cette place de brame.

Le Temps du brame est déjà bien avancé. Nous sommes le 4 octobre ; ce soir et au vu de la brume qui envahit le paysage, ce ne sera pas une soirée « photos de concours », mais j’en ai pris l’habitude.

Arrivé à mon stationnement et alors que je me prépare, une voiture s’arrête à mon niveau. On devine très facilement ce que je fais là et le chauffeur engage la conversation. Il doit avoir mon âge et je pense aussi qu’il doit être un chasseur. Ils sont nombreux à suivre le brame. A mon humble avis, ils sont plus respectueux des règles de bon sens à appliquer que bien d’autres catégories de la population. Ils se passent généralement de proximité, celle qui crève l’écran sur les réseaux sociaux ; une bonne paire de jumelles leur suffit, comme pour ce monsieur. Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Quelques retrouvailles (septembre 2020)

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Quelques retrouvailles (septembre 2020)

Le maître des lieux depuis plusieurs années – Un vieux « 11 cors » avec une fourche et une empaumure à trois épois.

La concurrence est là aussi – Un jeune « 11 cors » avec deux empaumures à trois épois.

L’épisode de mauvais temps est provisoirement terminé et nous sommes le 30 septembre, en milieu de semaine ; c’est un moment en principe plus propice à l’observation. Aujourd’hui, il y a enfin un peu de soleil ; il me tarde d’aller voir ce qui se passe en montagne. Continue Reading..