logo

Le temps du brame dans les Pyrénées – L’histoire d’un cerf (septembre 2020)

Le Cerf, roi de la forêt – Une seconde chance, face à moi!

Une ambiance de brame dans les Pyrénées.

.

Dix jours ont passé depuis ma dernière sortie en montagne pour le brame. Nous sommes le 20 septembre et il a dû y avoir un peu de changement. J’ai pensé aux cerfs presque chaque jour. Je les ai imaginés, comme tous les ans à la même période, en train de cheminer en ordre dispersé vers les lieux qui les ont vu naître, poussés par l’appel du renouvellement de la vie. Les biches, quant à elles, restent sur le même territoire toute l’année.Continue Reading..

la Genette d’Europe – Son observation dans le Béarn

Entre ombre et lumière, la Genette (que j’attendais plutôt sur le tronc d’arbre).

.

J’ai le privilège de vivre dans l’environnement de la Genette d’Europe, appelée aussi la Genette commune. Je ne connaissais ce bel animal qu’au travers de mes lectures et il m’a toujours fasciné. Pour moi, il était simplement … inaccessible, jusqu’à ce que je le découvre un jour sur mon piège photographique. Quelle surprise et quel bonheur! Il est présent chez nous!Continue Reading..

Le sanglier dans le Béarn – A la sortie de la souille.

Une rencontre de sangliers auprès de « mon » arbre !

.

Des visiteurs inattendus ! J’ai pu passer un petit moment à observer ces sangliers en train de se frotter contre ce pin, un pin qui est effectivement « mon arbre ». Originaire des Landes, j’ai planté quelques pins sylvestres chez moi pour garder un lien et les sangliers de passage en ont choisi un, toujours le même, pour se frotter ; il est sacrifié pour eux et je n’ai pas besoin ainsi de protéger les autres.

En plein jour, par une belle après-midi de l’été, ils m’ont rendu visite, le poil encore humide ! Ils étaient deux, un jeune mâle et une jeune laie, et ils venaient de se vautrer dans une ornière d’un chemin à tracteurs où l’eau stagne souvent et la boue pétrie et renouvelée. D’autres étaient passé par là un peu plus tôt.Continue Reading..

Dans les Pyrénées – Premiers contacts avec les biches avant le brame du cerf (septembre 2020)

Un jeune « 10 Cors » et sa harde (4 biches dont peut-être 1 bichette, avec 3 faons), à la nuit tombée. Au moins une biche adulte et un daguet sont un peu à l’écart.

.

Nous sommes le 10 septembre ; la période du brame n’a pas encore commencée mais elle ne saurait plus tarder. Ce mois de septembre est très chaud et c’est un facteur propice pour qu’elle débute plus tôt, si ces conditions persistent. C’est un très beau spectacle que la nature nous offre chaque année au début de l’automne. Il y en a bien d’autres tous aussi beaux, mais celui-là est particulièrement bruyant ! Le brame désigne à la fois la période de reproduction et le cri du cerf. Pour moi, c’est une bonne motivation pour m’aérer.Continue Reading..

Le sanglier dans le Nord-Est du Béarn

A la sortie d’une souille argileuse, sous la belle lumière d’un soleil couchant du mois d’avril.

Quelques grognements dans la nuit, crinières hérissées. 

.

Le Sanglier d’Europe (Sus scofa) est un mammifère très commun. Il fait et continuera à « faire couler beaucoup d’encre ». Les publications à son propos sont très nombreuses et on a encore beaucoup à apprendre. Je vais donc essayer d’aller à l’essentiel et de le partager.

.

I – Informations générales

Le sanglier est un animal robuste, intelligent et avec une bonne mémoire. Il est capable de stratégies. Grégaire, son activité est essentiellement nocturne. Les femelles vivent en harde, une cellule de base appelée  compagnie  et menée fermement par une vieille laie expérimentée, Continue Reading..

Le vallon de Pouey Trenous – Un vallon sauvage et bucolique des Pyrénées

Un vallon sauvage et bucolique.

La rencontre avec des cabris, un moment « magique ».

.

Cette publication présente en photos une sortie dans un vallon bucolique des Pyrénées où on se sent bien, tout particulièrement en saison estivale loin de la foule. On peut s’y surprendre à parler à voix basse, pour ne pas troubler la quiétude de cet endroit préservé. Peu fréquenté, je ne tiens pas particulièrement à attirer l’attention sur lui mais la montagne est là Continue Reading..

Lac d’Aule, randonnée en vallée d’Ossau

Le lac d’Aule (2 042 m) et l’Ossau (2 884 m)

Le lac d’Aule et ses chevaux. 

.

Le lac d’Aule est le lac de la vallée d’Ossau que je préfère. Il y en a bien sûr d’autres plus « photogéniques » mais j’ai des liens affectifs avec celui-là. J’y suis allé pour la première fois il y a déjà pas mal d’années avec un ami qui m’a fait découvrir et aimer les Pyrénées. L’aérien, le dénivelé, la durée, rien n’a effrayé Claude. Chaque sortieétait assurée sans mauvaise surprise. Et, … il savait se mettre à ma portée, avec modestie. Il avait beaucoup d’anecdotes à raconter sur « sa » montagne et je l’écoutais avec passion. J’ai pensé à lui lors de cette sortie.Continue Reading..

Les lacs d’Anayet depuis le Pourtalet

Vautour percnoptère, vallon d’Anayet.

Marmoton, vallon d’Anayet.

.

Aujourd’hui, on m’a demandé de pouvoir observer des fleurs en montagne. Des fleurs, il y en a partout mais on est un peu avancé dans la saison ; c’est déjà début août. Il y a une sortie que j’ai faite à plusieurs reprises et que j’aime bien pour ses paysages, sa faune et … sa variété florale : le plateau et les lacs d’Anayet (2 230 m) ; elle est facile et on peut y amener du monde sans risquer la déception. Et les fleurs seront au rendez-vous!

Mais il y a aussi une raison plus inattendue pour moi d’y aller, c’est l’observation des vestiges du volcanisme pyrénéen il y a de cela, … fort longtemps à la période du Permien (-300 à -250 millions d’années, durant l’ère Primaire). J’y ai déjà consacré une publication (pour les intéressés, voir « le volcan de l’Ossau » dans mes archives).Continue Reading..

La Salamandre tachetée

Une Salamandre tachetée terrestre (Béarn – Altitude 325 m). La disposition des taches est propre à chaque individu.

Une autre Salamandre tachetée terrestre (altitude 325 m). Les deux bandes jaunes parallèles discontinues sont la « signature » de la sous-espèce.

.

La Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) est un Urodèle très connu et répandu dans tout l’Hexagone. Elle est absente de Corse, où évolue une salamandre endémique et passée depuis peu au rang d’espèce à part entière, la Salamandre de Corse (Salamandra corsica).

On a eu au moins une fois l’occasion de rencontrer une salamandre sous la pluie, Continue Reading..

Le Triton marbré dans le Béarn

Triton marbré mâle, dans le sous-bois humide (bourrelet dorsal noir).

Le regard du Triton marbré.

.

Le Triton marbré (Triturus marmoratus) est une espèce emblématique de l’ordre des Urodèles, de la classe des Amphibiens. Il est tout simplement … magnifique. J’ai la chance de pouvoir observer quelques sujets, plus particulièrement lors de sa période de rapprochement des points d’eau pour la reproduction. Avec sa comparse la belle Salamandre tachetée, ils nous font voyager dans un autre monde, Continue Reading..

L’Alyte accoucheur dans le Béarn

L’Alyte accoucheur, le petit crapaud « souriant ».

.

« On en apprend tous les jours »! Quand je peux l’appliquer à moi-même, je n’ai pas perdu ma journée ; le reste sera du bonus! J’ai photographié le 26 avril dernier (chez moi, pendant la période de confinement – altitude 325 m) un Anoure dont la couleur inhabituelle a attiré mon attention. A l’apparence verruqueuse de sa peau, ce ne pouvait pas être une grenouille et Continue Reading..

Le papillon Apollon, emblématique de nos Pyrénées

Un Apollon sur une Scabieuse des champs (01 août 2020).

Les ailes antérieures partiellement repliées occultent les ocelles orange des ailes postérieures.

.

L’ Apollon est un grand papillon inféodé à la montagne, pour moi le papillon le plus majestueux de nos Pyrénées. Il est présent également dans les Alpes et il est en régression ou a disparu dans les autres massifs français. On le rencontre généralement au-dessus de la forêt dans le milieu ouvert des prairies et des pelouses rocailleuses fleuries et ensoleillées, à partir de Continue Reading..

Les grenouilles vertes – Critères de détermination

02 février 2020 – A la sortie de leur hibernation, les grenouilles « vertes » se regroupent au soleil.

.

L’idée m’est venue d’aborder ce sujet en m’intéressant à certaines de mes « pensionnaires » qui ont naturellement élu domicile dans mon plan d’eau. Les premières sont rapidement arrivées, dès la mise en eau. Qui sont-elles? Des grenouilles vertes (qui ne sont d’ailleurs pas toutes vertes) mais quelle(s) espèce(s) ? La réponse est complexe Continue Reading..

Les Arres d’Anie depuis le refuge de l’Abérouat

Dans les Arres d’Anie – Une croix en bois se bat contre les dégradations du temps qui passe, sur l’itinéraire vers le pic d’Anie.

A la tombée de la nuit – La silhouette familière et caractéristique du pic d’Anie depuis « la maison », entouré par d’autres sommets du cirque de Lescun. 

.

Cette publication n’est pas un topo. J’y aborde d’abord la présence dans les Arres d’une croix en bois discrète dont j’ai eu du mal à retrouver l’histoire. Je continue ensuite avec des informations géologiques sur les arres, une description des divers itinéraires pour aller au pic d’Anie et je termine par les photos de ma sortie.

.

I- LA CROIX BLANCHE DES ARRES D’ANIE

Dans les Arres d’Anie, une grande croix en bois avec des restes de peinture blanche attire mon attention. Située à la côte 2 225 m sur un replat, cette croix est à l’écart de l’itinéraire non balisé renseigné  » – – – –  » de la carte IGN. Celui-ci traverse les Arres d’Anie vers le pic d’Anie Continue Reading..

La comète Neowise depuis le Piémont des Pyrénées

La comète Neowise au-dessus du piémont des Pyrénées (18 juillet 2020 à 23h14 – Magnitude 2,7). En haut à gauche, une « étoile filante ».

La comète Neowise au-dessus du piémont des Pyrénées (18 juillet 2020 à 23h19 – Magnitude 2,7). La queue bleutée de gaz ionisés à gauche et la queue blanche de poussières à droite sont toutes les deux bien visibles.

.

Depuis quelques jours, on en parle beaucoup : tous les médias ont publié au moins un article à son propos et les réseaux sociaux ne sont pas en reste. De qui parlons-nous? De la comète Neowise, dénommée C/2020 F3. Venue des confins de notre système solaire, c’est une comète périodique découverte le 27 mars 2020 par le télescope spatial infrarouge WISE (Wide-field Infrared Survey Explorer), mis en orbite en décembre 2009. Elle enchante en ce moment nos belles nuits de juillet. Continue Reading..

Un joli brocard dans les blés mûrs

Le regard! 

.

En ce début juillet, les blés sont mûrs. Les chevreuils aiment bien s’y promener, à l’abri des dérangements. Le temps maussade, une petite bruine, le moment est propice aux rencontres. Une tête se redresse Continue Reading..

Un peu de flore et de faune en vallée d’Ossau

Une Marmotte, tournée vers le soleil couchant.

Le lis (ou Lys) des Pyrénées, endémique et emblématique de nos montagnes.

.

Les Pyrénées sont pour moi une source de photos de Nature qui m’incitent à randonner. Dans mes publications, vous ne voyez  pas de topos : il y a des personnes bien plus qualifiées que moi pour vous aider dans le choix de vos sorties en montagne, dont l’excellent Topopyrénées.

Comme pour ma précédente publication sur la vallée d’Aspe, je regroupe ici pêle-mêle Continue Reading..

Un peu de flore et faune en vallée d’Aspe

Le pic Pétragème et les Aiguilles d’Ansabère. Au premier-plan à droite, le début du Dec de Lhurs.

Le Milan noir (Milvus migrans).

.

J’ai retrouvé le plaisir des sorties en montagne. Cette publication regroupe pêle-mêle quelques photos prises ces derniers temps en vallée d’Aspe, un peu de flore, de faune et de paysages. Continue Reading..

Les dernières lueurs d’un soir d’été dans le Béarn

Un brocard ayant évacué son excès de testostérone dans l’herbe de la jachère.

L’apparition prudente d’un brocard que je connais bien. 

Les belles soirées d’été ont commencé! C’est l’occasion d’aller prendre l’air dans la Nature au coucher du soleil. La faune nocturne s’est déjà réveillée et commence à se dégourdir les pattes ou les ailes. Continue Reading..

Le Hibou des marais dans le Béarn. Témoignage d’une observation.

.

Le Hibou des marais est un rapace que j’affectionne particulièrement. Bien que sa présence durant la mauvaise saison soit parfois signalée dans le Béarn, son observation reste peu courante. Cette soirée du 13 mars 2020, sa rencontre a été un coup de chance!

Alors que je rentrais à la maison après avoir couru les bois, je me suis attardé à la nuit tombée pour observer un brocard qui me narguait vers les dernières lumières du couchant! Et une ombre silencieuse passa devant mon téléobjectif : le Hibou des marais!

Je l’avais déjà aperçu un soir de novembre dernier, Continue Reading..