logo

Le Milan royal dans les Pyrénées

Le Milan royal, reconnaissable à sa queue roux vif et échancrée qui lui sert de gouvernail.

Le Milan royal dans les Pyrénées

(Milvus milvus)

Le Milan royal est un rapace que j’affectionne particulièrement. Il est facile à reconnaître. Son plumage est châtain-roux, sa tête est gris pâle rayée de petits filets noirs. Sa queue, bien échancrée, est de de couleur roux vif. La base de son bec et ses yeux sont jaunes, ainsi que ses pattes.

Présentation du Milan royal

 

Le Milan royal, reconnaissable aussi aux tâches blanches à l’extrémité de ses ailes.

« Merveilleux voilier d’exploration, il flâne, plane et louvoie au-dessus des terrains découverts, le gouvernail de la queue sans cesse en action … » Paul Géroudet.

Ses rémiges sont noires et une grande tâche blanche apparaît sous l’extrémité de ses ailes. Leur envergure varie selon les sources consultées, en moyenne 1m45 à 1m65!

Coucou! Il est temps que ma mue commence (7 mai 2019)!

La queue a elle aussi besoin d’être rénovée (col de la Courade dans la vallée de Campan – 7 mai 2019)!

La mue commence en avril-mai par les rémiges primaires pour se terminer en septembre par les pennes de la queue, juste avant le départ en migration pour les populations du nord de l’Europe.

L’Habitat du Milan royal

Le Milan royal affectionne les zones boisées éparses ou les bouquets d’arbres, avec des surfaces en herbage et des terres cultivées. C’est un oiseau typique des zones agricoles ouvertes associant l’élevage extensif et la polyculture, comme nous en trouvons ici dans le Vic-Bilh. C’est aussi son site de nidification.

A l’entrée de la vallée d’Aspe. Tâches blanches aux ailes et queue échancrée, ils sont faciles à reconnaître.

Il est fréquent également dans le piémont des Pyrénées et plus haut en montagne ; je le rencontre régulièrement en randonnée dans les estives. Les meilleurs spots que je connaisse pour en voir en grande quantité à un distance raisonnable en période d’hivernage sont à l’entrée de la vallée d’Aspe et dans le val d’Azun.

Le Comportement du Milan royal

 

Le Milan royal, contrairement à son cousin le Milan noir, est un migrateur partiel. Les populations de l’Europe du nord traversent le continent du nord-est au sud-ouest pour aller hiverner en France, en Espagne et plus rarement en Afrique du Nord. Ceux qui vivent dans le sud de l’Europe (dont ceux vivant en France) sont sédentaires. En hiver, les Milans royaux se rassemblent volontiers pour former des groupes qui peuvent être très nombreux, jusqu’à une centaine d’individus et même plus. Le reste de l’année, ils sont le plus souvent solitaires ou, pendant la reproduction, en couples.

En ce début mars, je n’observe plus chez nous que des individus isolés ou des petits groupes de 2-3 individus.

Pré-dortoir de milans royaux peu avant l’arrivée de la nuit, région de Gerderest dans le Vic-Bilh (28 dec. 2019).

Il est plutôt silencieux et je l’entends rarement, sauf quand il s’approche de son dortoir hivernal ; son arrivée imminente est précédée par une espèce de miaulement.

Milans royaux dans le Vic-Bilh, région de Gerderest – J’en ai compté 51 ensemble (26 janvier 2020).

Il vole en larges cercles, de la même manière sur le versant d’une montagne qu’en plaine. Il bat lentement et posément des ailes tout en explorant attentivement le sol. Sa longue queue va d’un côté à l’autre en lui servant de gouvernail.

Le régime alimentaire du Milan royal

 

Le Milan royal effectue la majeure partie de ses captures sur les terrains découverts, volant au ras du sol. S’il repère une charogne, il tourne lentement au-dessus avant de se poser à proximité. En revanche, s’il aperçoit une proie vivante, il plonge en piqué, les pattes en avant juste au moment de l’atterrissage pour la saisir avec ses griffes.

Il ne se complique pas la vie et c’est avant tout un opportuniste. Outre les cadavres de petits animaux, il se nourrit de rongeurs, de reptiles, de batraciens, de petits oiseaux, d’insectes, etc. Il lui arrive de tenter de dérober des proies à d’autres rapaces. Je le voie aussi tourner au-dessus des exploitations agricoles ou de champs récemment amendés, où il trouver des restes d’animaux domestiques ou autres restes.

La reproduction du Milan royal

 

En vallée d’Aspe – Prémices de parade nuptiale (08 février 2020).

Avant de s’accoupler, au cours du mois de mars, mâle et femelle paradent en volant de concert au dessus du site de nidification. Parfois, les deux partenaires s’accrochent l’un à l’autre par les pattes et tombent en vrille, ailes ouvertes jusqu’au ras de la cime des arbres.

Les couples unis pour la vie peuvent reprendre et aménager le nid de l’année précédente ou en construire un nouveau à partir d’un vieux nid de corvidé. Il est installé le plus souvent sur un arbre élevé près d’une lisière ou à l’intérieur d’un bois isolé dans la plaine. Le même territoire de nidification ressert année après année. Le milan royal est très attaché à son site de vie.

Poursuite d’un milan royal par des corbeaux, dont il s’est trop approché du site de nidification (26 janvier 2020).

La femelle dépose 3 œufs en moyenne. L’incubation, assurée par la femelle nourrie par le mâle, dure environ un mois et le mâle peut occasionnellement la remplacer pendant un court moment. Les jeunes prendront leur premier vol au bout d’une cinquantaine de jours. Leur maturité sexuelle est acquise à deux à trois ans. Le record de longévité est de vingt-six ans, tenue par une femelle.

Population – Comptage du Milan royal

 

La population européenne représente à peu près 95 % de la population mondiale. On le trouve essentiellement en Allemagne (50% de l’espèce nicheuse), en France, en Espagne, en Suisse et en Suède. Il ne niche régulièrement que dans une vingtaine de pays, dont seulement dix hébergent plus de 100 couples. L’Allemagne, la France et l’Espagne abritent à elles trois, environ 72% des couples nicheurs. Si l’on ajoute la Suède, le Royaume-Uni et la Suisse, on obtient pour ces six pays les 95% environ cités plus haut.

J’avance comme ordre d’idée une population d’environ 30 000 couples nicheurs, à défaut de données récentes. Presque toute la population transite par la France pour rejoindre les zones d’hivernage. A l’automne 2017, plus de 19 000 milans royaux ont été recensés sur les cols pyrénéens du Pays basque quand à peine 5 000 étaient comptés en 2000.

La traversée des Pyrénées s’effectue principalement de la deuxième quinzaine de septembre à la deuxième d’octobre pour prendre fin à la mi-novembre. Le gros de la migration post-nuptiale s’effectue néanmoins pendant tout le mois d’octobre.

Plus diffus que le passage post-nuptial, le passage pré-nuptial s’étend de la deuxième décade de février à la fin mai.

Depuis 2007, un comptage européen des dortoirs de milans royaux a lieu début janvier. De la mi-décembre à la mi-janvier, les populations migratrices sont sur leur zones d’hivernage et c’est le moment où le comptage global (sédentaires et migrateurs) est le plus représentatif de la réalité. En France, le dénombrement national des 4 et 5 janvier 2020 auquel j’ai eu l’occasion de participer en vallée d’Aspe en temps que bénévole offre un nouveau record après ceux de 2018 (11 891) et 2019 (12 373) : 14 487 milans royaux regroupés dans 237 dortoirs. Le Cantal bat un record avec 3 511 individus sur 33 dortoirs. On a ensuite les Pyrénées Atlantiques avec 2  640 individus sur 52 dortoirs (1 027 sur 20 dortoirs dans le Béarn et 1 613 sur 32 dortoirs dans le Pays Basque), puis les Hautes-Pyrénées avec 1 642 individus sur 26 dortoirs. Le bilan complet est consultable en suivant le lien LPO en fin d’article.

Pré-dortoir de milans royaux au soleil couchant, région de Gerderest dans le Vic-Bilh (26 janvier 2020).

A l’approche de la nuit, les milans royaux arrivent seuls ou par petits groupes pour se poser à la cime de grands arbres. Il arrive qu’au dernier moment, ils s’envolent tous ou presque pour aller se poser définitivement ailleurs pour la nuit. On appelle alors cela des pré-dortoirs.

Je n’ai pas encore localisé le dortoir définitif des milans royaux de la région de Gerderest. Leur pré-dortoir (photos ci-dessus) est utilisé depuis plusieurs années. Les dortoirs ne sont pas figés dans le temps!

Statut et menaces

 

Le milan royal est classé depuis 2005 parmi les espèces «quasi-menacées» sur la liste rouge mondiale de l’UICN et parmi les espèces vulnérables en France. La persécution par l’homme, la chasse, les empoisonnements et la modification des habitats sont les menaces principales, et dans une moindre mesure les collisions et l’électrocution avec les lignes électriques. La stérilité est présente, provoquée par la contamination due aux insecticides. Il bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire.

Présentation rapide du Milan noir

 

Toilette d’un milan noir posé sur une ligne électrique, dans le Vic-Bilh (17 juillet 2017). Sa présence chez nous à cette époque de l’année m’a interpellé! Tout début de la migration retour?

Le Milan noir (Milvus migrans) ressemble à son « cousin », le Milan royal. On dit qu’il en est la version brune. J’ouvre une parenthèse rapide dans cet article car on peut les confondre dans certaines circonstances. En effet, son plumage est brun sombre ainsi que le dessous de ses ailes où les tâches blanches bien caractéristiques du milan royal sont absentes.

Sa queue brune est droite et non pas échancrée, ce qui permet de les distinguer de loin.

Le Milan noir fréquente les grandes vallées alluviales, à proximité de lacs ou de grands étangs. Il reste attiré par les zones humides.

Milans noirs à l’arrivée de la nuit dans le Vic-Bilh (13 avril 2018).

Migration post-nuptiale de Milans noirs au-dessus de la vallée de Campan (Pic de Barran, 03 septembre 2019). Accompagnés aussi de Bondrées apivores, absentes des photos.

Observation de la migration retour ou migration pré-nuptiale du Milan noir dans le Vic-Bilh (07 mars 2020). Ils passent malgré deux tempêtes consécutives en 36 heures (Karine et Myriam) suivies de mauvais temps accompagné de neige en montagne. Le lendemain, la dizaine d’individus que j’avais observé ne sont plus là! Ils ont probablement continué leur route vers le nord. 

Le Milan noir est un migrateur complet. Il passe l’hiver en Afrique tropicale, du Sénégal au Kenya. Il est l’un des premiers à revenir de migration fin février / début mars, en groupes de plusieurs dizaines d’individus, pour repartir mi-juillet / début août. Mes observations sont faites essentiellement sur des individus qui se déplacent. Je n’ai aucune information sur une possible nidification du Milan noir dans le nord-est du Béarn. Nous n’y disposons que de retenues collinaires dont la plus grande ne dépasse pas 200 ha.

Un couple de milans dans le Vic-Bilh (9 avril 2019). Alors, Milan royal ou  Milan noir?

En Estrémadure au mois de mai (Espagne). Le repérage d’une charogne au sol. Alors, Milan royal ou bien Milan noir?

Il s’agit de Milans noirs. En effet, ce rapace ne paraît vraiment noir que lorsqu’on l’observe de loin ; son plumage est, en fait, brun sombre uniforme sur le dessus du corps, mais il est brun-roux strié de noir dessous, avec une zone beige diffuse sur les primaires. Dans de bonnes conditions d’observation, une zone pâle se distingue sous l’aile.

Bibliographie

Article rédigé à partir de mes photos personnelles, d’observations sur le terrain et de sources internet dont je cite les liens :

_ http://rapaces.lpo.fr/milan-royal

_ https://www.oiseaux.net/oiseaux/milan.royal.html

_ https://www.migraction.net/index.php?m_id=1517&bs=16

La photo que je préfère.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *