logo

Le manchot Antipode (Yellow-eyed penguin)

(16 décembre 2017-19:35 – Retour de la pêche, Bushy Beach Scenic Reserve – Otago)

Un survivant, le Manchot Antipode (Yellow-eyed penguin)

(Nom scientifique : Mégadyptes antipodes)

Le manchot Antipode vit exclusivement en Nouvelle-Zélande du Sud. Très timide et peu sociable, il préfère vivre en solitaire ou en couple. Espèce endémique et menacée, il est l’un des manchots les plus rares au monde. Il est en danger d’extinction.

La terre lui fournit un habitat de nidification ainsi que des espaces de repos et de mue. La mer lui fournit la nourriture et elle est également essentielle à la dispersion et à son déplacement entre les habitats terrestres. Il se nourrit principalement de poissons.

L’espèce se reproduit le long des côtes est et sud-est, ainsi que sur l’île Stewart, les îles Auckland et les îles Campbell. ll existe quatre grandes régions de reproduction sur le continent : la péninsule de Banks, l’Otago du Nord, la péninsule d’Otago et les Catlins. Une réserve protégeant plus de 10% de la population continentale a été créée à Long Point dans les Catlins en novembre 2007 par le Département Of Conservation (DOC) et le Yellow-Eyed Penguin Trust.

Le manchot Antipode ou manchot à yeux jaunes est devenu une espèce phare du tourisme axé sur la nature. Les colonies sur la péninsule d’Otago sont un lieu touristique recherché, où les visiteurs peuvent observer de près les manchots sur des sites aménagés et protégés.

(16 décembre 2017-19:50 – Profiter de la chaleur des derniers rayons du soir, Bushy Beach Scenic Reserve – Otago)

Description

Le manchot Antipode est un manchot de taille moyenne mesurant 65–80 cm de haut (quatrième plus grand manchot). Son poids varie en cours d’année, en moyenne de 4 à 8 kg juste avant la mue et de 3 à 6 kg après la mue. Il a une tête jaune pâle avec quelques plumes noires, un iris jaune. Le menton et la gorge sont noir brunâtre. Une bande de jaune vif coule de ses yeux autour de la tête. Le juvénile a la tête plus grise sans bande et leurs yeux ont un iris gris. Les deux sexes se ressemblent; le mâle est plus grand que la femelle.

Il vit dans les forêts indigènes et les garrigues côtières. Les sites de nidification sont choisis avec soin, avec une protection contre les intempéries et la chaleur du soleil. Ils sont accessibles depuis la mer via des plateformes rocheuses ou des plages de sable ou de gravier.

Il peut vivre longtemps, certains individus atteignent 20 ans. Il ne supporte pas la captivité.

Reproduction

Ce manchot niche généralement dans la forêt ou dans les broussailles, sur les pentes ou les ravins, ou sur le rivage même, face à la mer. Le nid lui-même est un bol peu profond généralement rempli de brindilles, d’herbe et d’autres végétaux. Ces zones sont généralement situées dans de petites baies ou dans les zones de pointe de grandes baies.

(16 décembre 2017-19:25 – Retour au nid, Bushy Beach Scenic Reserve – Otago)

Les sites de nidification sont bien dissimulés sous une végétation dense, les deux sexes contribuant à la construction du nid. Les couples peuvent y être vus ensemble dès juillet-août. La date moyenne de ponte est le 24 septembre sur la péninsule d’Otago, mais elle peut survenir plus tard dans des endroits plus au sud. Une couvée de deux œufs est pondue à 3 à 5 jours d’intervalle. Aucune ponte de remplacement n’a lieu. Les deux sexes couvent les œufs à partir de la ponte du deuxième œuf, de sorte que l’éclosion (principalement en novembre) est synchrone. La période d’incubation varie entre 39 et 51 jours.

(16 décembre 2017-20:26 – Retour au nid, Bushy Beach Scenic Reserve – Otago)

Pendant les six premières semaines après l’éclosion, les poussins sont gardés pendant la journée par l’un des parents tandis que l’autre est en train de se nourrir en mer. L’adulte en quête de nourriture revient au moins tous les jours pour nourrir les poussins et soulager le partenaire.

Après que les poussins aient atteint l’âge de six semaines, les deux parents vont en mer. Les poussins quittent d’habitude le nid à la mi-février et sont totalement indépendants à partir de ce moment-là.

(16 décembre 2017- 20:05 – Repos sur la plage, Bushy Beach Scenic Reserve – Otago)

Régime alimentaire

Le manchot Antipode se nourrit principalement sur le plateau continental entre 2 km et 25 km au large, plongeant à des profondeurs allant de 40 à 120 m. Les manchots reproducteurs entreprennent généralement deux types de sorties en quête de nourriture: des excursions d’une journée où les oiseaux partent à l’aube et reviennent dans la soirée, à une distance pouvant aller jusqu’à 25 km de la côte, et des excursions plus courtes, au cours desquelles les oiseaux s’éloignent rarement de leur nid plus de quatre heures ou de plus de 7 km environ.

Ils pêchent des poissons de fond telles que le sprat (poisson au dos bleuté et au ventre argenté de 10 à 15cm de longueur), la morue rouge, l’ahuru (une espèce de morue mesurant jusqu’à 13cm), le menidia (petit poisson argenté) et la morue bleue, ainsi que des céphalopodes et des crustacés.

(16 décembre 2017-20:45 – Un retardataire, retour de la pêche, Bushy Beach Scenic Reserve – Otago)

Population du manchot Antipode

Depuis leurs premiers contacts avec des humains, les manchots Antipode ont connu des moments difficiles. Ils étaient traditionnellement chassés pour se nourrir et des incendies ont détruit de vastes étendues d’habitat. Cet habitat a également été remplacé par des propriétés agricoles et par l’urbanisation des côtes. Les filets de pêche les enchevêtrent en mer et, à terre, des mammifères prédateurs introduits par l’homme ont contribué à décimer la population restante.

Aujourd’hui, ces prédateurs (furets, chats, chiens … ) errent toujours dans les campagnes et continuent à arpenter l’espace côtier occupé par les manchots, mettant ainsi leur vie en danger.

Les prédateurs naturels de la mer comprennent l’escolar (poisson mesurant 1m30 en moyenne), les requins, les otaries à fourrure et les lions de mer. Les blessures les plus courantes causées par l’escolar sont les morsures aux pattes et à l’abdomen, devenant fatales si elles ne sont pas traitées. Les activités humaines en mer (pêche, pollution) ont aussi une influence très importante sur la tendance à la baisse de l’espèce.

(17 décembre 2017-13:20 – Otarie à fourrure – Katiki Point Historic Reserve – Moeraki Peninsula, Otago)

(17 décembre 2017-17:30 – Famille d’otaries à fourrure – Taiaroa Head – Otago Peninsula)

Une forte diminution du nombre de nids au cours des années 1980, suivie d’un événement de mortalité massive en janvier 1990, a réduit le nombre total de nids à 140 couples sur l’ensemble de la côte d’Otago lors de la saison suivante. En outre, les prédateurs tuaient jusqu’à 60% des poussins sur certains sites. Suite au travail accompli par les groupes de défense de la Nature visant à réduire le nombre des prédateurs, le nombre de couples a augmenté pour atteindre environ 600 couples sur le continent néo-zélandais en 1996/97.

Depuis cette époque, le nombre de nids a fluctué entre 400 et 600 couples. A partir de la saison 2008/09, une baisse progressive de la population a conduit à un minimum de 255 couples en 2015/16 – le niveau le plus bas depuis 1990/91.

Au cours de la saison 2016/17, il y avait environ 266 couples nicheurs. La forte diminution du nombre de nids est le résultat cumulatif d’une autre mortalité massive non identifiée en janvier 2013, d’une famine généralisée en 2014 et d’une augmentation de la prédation par l’escolar au début de 2015.

Leur nombre continue de diminuer en dépit des efforts actuels de gestion de la conservation. Ils sont considérés comme des sentinelles océaniques, aidant à comprendre les effets de la pollution, de la surpêche et du changement climatique. Ils sont très sensibles aux variations des océans et tirent la sonnette d’alarme quant aux menaces qui pèsent sur les écosystèmes marins.

Interférence du tourisme

Les perturbations non contrôlées et d’intensité relativement élevée provoquées par les touristes sont associées à une réduction du succès de la reproduction. Les personnes entrant dans les zones de nidification stressent les manchots nicheurs, très émotifs. Cela peut amener les adultes à retarder leur retour au nid en présence de personnes. Au final, la nourriture est consommée en mer par l’adulte et un repas non pris par le poussin devient une question de vie ou de mort.

(17 décembre 2017-13:50 – Séchage au soleil – Katiki Point Historic Reserve – Moeraki Peninsula, Otago)

Où l’observer facilement

On peut l’observer sans guide local sur des plages d’Oamaru, sur quelques plages proches de Dunedin et dans les Catlins. Par exemple: Allans Beach, Sandfly Bay (Péninsule d’Otago) ; Roaring Bay (près de Nugget Point), Hinahina Forest, Long Point et Curio Bay (Catlins).

Certaines activités touristiques commerciales de la péninsule d’Otago permettent aussi de l’observer comme à «Penguin Place», une réserve privée sur la route pour Taiaroa Head.

Personnellement, j’ai pu photographier ce magnifique oiseau sur les lieux suivants : Bushy Beach Scenic Reserve – Otago (je pensais voir sortir de l’eau des dizaines de manchots, au coucher du soleil : en fait, ce soir-là, je n’observerai qu’un couple et trois individus isolés. La population se limiterait à une dizaine d’individus sur ce site, d’après ce que j’ai lu) et Katiki Point Historic Reserve – Moeraki Peninsula, Otago (un individu isolé).

(17 décembre 2017 – Moment de repos – Katiki Point Historic Reserve – Moeraki Peninsula, Otago)

Depuis août 2010, le manchot antipode est protégé par la loi américaine Endangered Species Act .

Article rédigé le 08 janvier 2019 à partir de mes photos, de constatations faites sur place et de publications internet, dont:

http://nzbirdsonline.org.nz/species/yellow-eyed-penguin

https://www.yellow-eyedpenguin.org.nz/

https://www.doc.govt.nz/nature/native-animals/birds/birds-a-z/penguins/yellow-eyed-penguin-hoiho/

Pour en savoir plus, consulter cette bibliographie très bien documentée.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *