logo

Le Cerf élaphe à la sortie de l’hiver

Ce Dix cors irrégulier pyrénéen a laissé un cor dans un combat à l’automne.

Il est loin, le temps du brame! Cerfs et biches se sont séparés et chacun a repris ses occupations : les mâles d’un côté, les femelles accompagnées de leur progéniture de l’autre. L’hiver est passé par là, où les animaux sont plutôt discrets! Les jours ont maintenant bien rallongé Continue Reading..

Portraits d’une biche un soir d’octobre

Une biche intriguée.

Cette publication est courte. Je me repose avec le sujet d’aujourd’hui, quelques minutes passées en compagnie d’une biche sur le piémont des Pyrénées. Les photos, faites avec un téléobjectif, parlent d’elles-mêmes.

Il est des moments paisibles dont on se souvient, Continue Reading..

Les comportements de Cerfs élaphes dans une haute estive pendant le brame

Portrait de famille de cerfs élaphes.

Nous sommes le 15 octobre 2021! Le fameux brame est normalement terminé. Aujourd’hui pourtant, j’aurai l’occasion d’observer le comportement d’un groupe de biches et cerfs, pour lesquels la « fête » est toujours en cours! Seul, je savoure ces moments-là, qu’aucun évènement extérieur ne viendra perturber. Continue Reading..

Les raires d’un cerf pyrénéen pendant le brame

Mon premier instant avec le magnifique Dix cors, sujet de cette publication.

Son raire puissant rebondit sur le versant opposé de la vallée pyrénéenne. C’est le moment de complicité que je préfère, quand il sait que je suis là et qu’il m’ignore.

J’avais initialement intitulé cette publication « Un moment de complicité pendant le brame », puis j’ai changé d’avis. En effet, complicité n’est pas le terme approprié. Pour être complices, il faut être au moins deux à vouloir partager et l’animal qui illustre ma publication n’a rien demandé de la publicité que je lui fais. Je lui porte même peut-être tord.

L’engouement est de plus en plus marqué pour cette période particulière Continue Reading..

Le biotope du Cerf élaphe dans les Pyrénées

Biche, faon, bichette et jeune cerf qui regarde dans ma direction, au milieu de Rhododendrons ferrugineux. Altitude 1 900 m.

Cette publication est un peu particulière, moins « animalière » que d’habitude. Elle concerne l’étagement de la végétation dans les Pyrénées et son influence sur la présence du Cerf élaphe. Continue Reading..

Le brame du cerf dans la forêt

Une partie de la forêt, avec une petite clairière propice à l’observation des cerfs.  

L’un des occupants des lieux tirant la langue, fatigué de sa nuit passée à bramer.

.

Nous sommes le 27 septembre 2021 et aujourd’hui, c’est une nouvelle expérience pour moi. Je suis habitué à observer le brame pyrénéen dans les estives ou dans un milieu plus accidenté, au-dessus de la limite supérieure des conifères. Je n’y ai jamais assisté dans une grande forêt et un ami m’a proposé Continue Reading..

Calendreto, le jeune Gypaète barbu venu des Grands Causses

Présentation de Calandreto,

identifié avec les décolorations de ses rémiges et surtout, ses bagues n°15.

La face sud du pic du Midi d’Ossau qui a accueilli un certain temps Calandreto,  pendant son premier voyage aux Pyrénées (oct. 2018).

.

J’éprouve une grande admiration pour le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus), un véritable bijou de la Nature.

Certains de ces rapaces peu communs font l’objet d’un suivi personnalisé, avec un nom et une histoire. C’est l’une d’entre elles que je vais vous raconter aujourd’hui, à partir de mes photos personnelles et d’informations relevées sur le net (bibliographie en annexe).

La préparation de cette publication m’a sensibilisé à l’intérêt de photographier systématiquement ce rapace le plus rare d’Europe, Continue Reading..

L’hivernage du Tichodrome échelette dans le Béarn

Le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), en tenue hivernale.

.

Les beaux jours sont là et la végétation a redémarré. La migration prénuptiale des grues est bientôt terminée. Les plus gros vols sont passés il y a un mois déjà, autour du 20 février comme chaque année ; j’ai entendu quelques retardataires trompeter la semaine dernière. Cependant et au moment où j’écris ces lignes, il a reneigé sur les Pyrénées : il est tombé une quarantaine de centimètres à 1 800 m, à la veille du printemps.

Cela ne va pas empêcher le tichodrome que je viens d’admirer sur son lieu d’hivernage dans une vallée des Pyrénées de repartir bientôt vers les hauteurs ; le moment est venu pour moi de regrouper mes observations. Continue Reading..

Une famille de cerfs élaphes en hiver

Ma belle rencontre de ce jour! Ce grand benêt est, je pense, sur sa troisième année et il vit encore avec sa mère. Je le trouve tout simplement magnifique et je le crois très prometteur, si on laisse faire la nature!

.

15 décembre 2020! La France se déconfine pour la seconde fois, … pour un couvre-feu à 20h00! Je peux enfin sortir en montagne pour sentir mon cœur battre autrement. Il a neigé récemment sur les Pyrénées et la météo prévoit une très belle journée ensoleillée.

Il n’a pas neigé en abondance ; les paysages sont malgré tout magnifiques.

C’est un réel plaisir de « toucher » la neige. La couche n’est pas importante et il a gelé cette nuit : je peux me passer des raquettes en faisant attention, pour cette sortie en boucle sans danger particulier.

J’ai emmené avec moi mon téléobjectif. A chaque confinement, la Nature reprend ses droits et la faune devient moins craintive. J’ai l’espoir de faire quelques rencontres animales. Bien que les sorties soient à nouveau permises, je ne rencontrerai quasiment personne. Il n’en sera probablement pas de même dans quelques jours avec les vacances de Noël.Continue Reading..

Les glaciers de la face nord du Vignemale

Le glacier des Oulettes de Gaube (glacier de cirque et de surracumulation) – Nov. 2015

.

I- DEFINITION D’UN GLACIER

Les glaciers font partie du domaine des « neiges éternelles ». Ils se présentent sous la forme d’une masse de glace en mouvement qui s’écoule lentement sous l’effet de son propre poids et de la pente. Cette glace se forme par les tassements successifs d’épaisses couches de neige accumulées pendant l’hiver et conservées. Après l’expulsion progressive de l’air emprisonné, les cristaux de neige se soudent entre eux pour former une matière homogène, la glace (un phénomène appelé la diagénèse).

On les sépare en deux catégories : le glacier véritable qui présente des crevasses caractéristiques d’un écoulement glaciaire, et le glacier résiduel qui a été un glacier véritable, dépourvu maintenant de signes d’écoulement.

Le glacier résiduel de Barroude (altitude moyenne 2 475 m) et le grand lac. L’eau a la couleur laiteuse caractéristique des eaux de fonte de glacier (août 2014). Continue Reading..

Le Temps du Brame dans les Pyrénées – Le retour du silence (Octobre 2020)

Un impressionnant « Douze cors » à fourches, mal semé (les deux bois n’ont pas le même nombre de cors) – Son bois de droite a une trochure, absente sur celui de gauche. La trochure est le quatrième andouiller après l’andouiller de massacre, le surandouiller, la chevillure et avant la fourche ou empaumure.

.

En effet, tout a une fin. Nous sommes déjà le 13 octobre 2020 et le calme revient chez le Cerf élaphe. Cet article est le huitième et dernier d’une série consacrée au Temps du Brame 2020.

Un « Huit cors » sur sa quatrième année, je pense.

J’ai passé de bons moments à observer ces grosses bêtes sympathiques, au regard parfois niais comme je l’ai écrit récemment. J’espère avoir su partager ce plaisir avec vous au travers de mes photos, prises dans deux biotopes pyrénéens distincts à différentes altitudes jusqu’à 2 000 mètres environ. Les plus belles images restent cependant celles que l’on gardera en tête car il n’est pas toujours facile d’immortaliser « artistiquement » ces moments à de si grandes distances ; la qualité peut en souffrir. La météo n’a pas toujours été propice non plus, avec deux épisodes neigeux et parfois de la pluie et/ou du brouillard. Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une place de brame fréquentée (Octobre 2020)

Le genre d’ambiance qui reste gravée dans mes pensées.

.

Nous sommes le 8 octobre et ce soir, je le sais déjà : c’est la dernière fois que je viens observer le brame sur cette place. De nouvelles chutes de neige sont annoncées et après, il sera trop tard ; les mâles auront terminé leur mission annuelle et le calme régnera de nouveau en montagne, jusqu’au rut de l’isard et … des bouquetins ibériques. C’est dommage, j’aurais bien aimé assister à l’ambiance « fin de brame ».Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une soirée dans la brume (octobre 2020)

Le cerf à la ramure atypique me toise.

Il est le maître de cette place de brame.

.

Le Temps du brame est déjà bien avancé. Nous sommes le 4 octobre ; ce soir et au vu de la brume qui envahit le paysage, ce ne sera pas une soirée « photos de concours », mais j’en ai pris l’habitude.

Arrivé à mon stationnement et alors que je me prépare, une voiture s’arrête à mon niveau. On devine très facilement ce que je fais là et le chauffeur engage la conversation. Il doit avoir mon âge et je pense aussi qu’il doit être un chasseur. Ils sont nombreux à suivre le brame. A mon humble avis, ils sont plus respectueux des règles de bon sens à appliquer que bien d’autres catégories de la population. Ils se passent généralement de proximité, celle qui crève l’écran sur les réseaux sociaux ; une bonne paire de jumelles leur suffit, comme pour ce monsieur. Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Quelques retrouvailles (septembre 2020)

Le maître des lieux depuis plusieurs années – Un vieux « 11 cors » avec une fourche et une empaumure à trois épois.

La concurrence est là aussi – Un jeune « 11 cors » avec deux empaumures à trois épois.

.

L’épisode de mauvais temps est provisoirement terminé et nous sommes le 30 septembre, en milieu de semaine ; c’est un moment en principe plus propice à l’observation. Aujourd’hui, il y a enfin un peu de soleil ; il me tarde d’aller voir ce qui se passe en montagne. Continue Reading..

Le Temps du brame dans les Pyrénées – Une soirée tranquille (septembre 2020)

Il a neigé sur les Pyrénées.

.

Aujourd’hui, c’est Dimanche, le 27 septembre 2020! Ce n’est pas en principe un jour où je vais en montagne mais je ne me suis pas baladé ces derniers temps. En effet, la météo s’est détériorée et il a neigé au-dessus de 1 500 mètres, avec de la pluie en plaine. Le mauvais temps s’est calmé et je vais prendre l’air. Après trois jours sans nouvelles de mes cervidés, où en sont-ils de leurs ardeurs?

A la période du brame, certaines activités en montagne et sur le piémont durant le week-end peuvent causer des dérangements. Ce soir, j’ai le sentiment que cela se vérifie. Continue Reading..

Rencontre estivale avec le Tichodrome échelette dans les Pyrénées

Le royaume du gypaète barbu, mais aussi celui d’un autre hôte estival, plus petit et discret.

.

Une publication avec deux photos, cela me change! En fait, je n’en ai qu’une à montrer de ma vedette du jour, car la rencontre fut rapide. Ce jour-là, le vent n’était pas propice à l’observation. Mais quel souvenir de cette petite boule de plumes très discrète pendue à la paroi, dans l’immense décor des falaises abruptes. Pour avoir la chance de le voir, il demande un petit effort.Continue Reading..

Les lumières du soir vers le pic d’Anie, depuis le Vic-Bilh

02 Septembre – Le pic d’Anie culminant à 2 504 m et tout à droite, la pointe conique du pic d’Arlas (2 044 m), dominant La Pierre Saint-Martin.

11 Novembre – La silhouette familière et caractéristique du pic d’Arlas (2 044 m), depuis « la maison ».

.

Le pic d’Anie (2 504 m) et le pic d’Arlas (2 044 m) sont deux sommets béarnais caractéristiques, bien reconnaissables depuis ma maison dans le Vic-Bilh. Le premier, situé en vallée d’Aspe, est le plus haut sommet du cirque de Lescun. Les sommets qui l’entourent nécessitent de zoomer pour les identifier. Le cône du second domine La Pierre Saint-Martin, en vallée du Barétous. J’aime bien les photographier dès septembre et durant l’hiver ; certaines lumières du couchant sont magnifiques. En voici quelques photos :  Continue Reading..

Le sanglier dans le Béarn – Instants de vie nocturne (vidéos)

Le solitaire, se frottant après son bain de boue dans la souille (capture d’écran de la vidéo – durée 1mn55).

L’approche prudente des marcassins (capture d’écran de la vidéo – durée 2mn10).

.

Aujourd’hui, je me lance dans une publication facile : montrer en vidéos le sanglier dans le Béarn, à partir de séquences personnelles prises de nuit avec un piège photographique! Continue Reading..

Le temps du brame dans les Pyrénées – Cerfs à la souille (septembre 2020)

Respectueux avant tout de la tranquillité de ce magnifique animal, vous ne verrez sur mon site que des photos d’ambiance de brame, aucun portrait rapproché sauf cas exceptionnel et non provoqué.

Les prévisions météo d’il y a quelques jours se confirment. Le temps est bien à la pluie.

.

Les affaires sérieuses ont commencé chez le Cerf élaphe des Pyrénées. Nous sommes le 23 septembre et les mâles sont à proximité immédiate des biches et quelques-uns se manifestent déjà bruyamment auprès de leurs adversaires.

Le cerf pyrénéen est plus petit que ses congénères de plaine et son trophée est moins impressionnant. C’est un animal sauvage, vif et très méfiant ; bref, un montagnard, pas une bête à concours! Il porte généralement 8, 10 ou 12 cors, parfois 14. Le trophée du premier cerf de cette publication est asymétrique, atypique.Continue Reading..

Le temps du brame dans les Pyrénées – L’histoire d’un cerf (septembre 2020)

Le Cerf, roi de la forêt – Une seconde chance, face à moi!

Une ambiance de brame dans les Pyrénées.

.

Dix jours ont passé depuis ma dernière sortie en montagne pour le brame. Nous sommes le 20 septembre et il a dû y avoir un peu de changement. J’ai pensé aux cerfs presque chaque jour. Je les ai imaginés, comme tous les ans à la même période, en train de cheminer en ordre dispersé vers les lieux qui les ont vu naître, poussés par l’appel du renouvellement de la vie. Les biches, quant à elles, restent sur le même territoire toute l’année.Continue Reading..