logo
Sortie Nature au Parc Ecologique de Plaiaundi, Irun (25 mars 2019)

Sortie Nature au Parc Ecologique de Plaiaundi, Irun (25 mars 2019)

Le Parc Ecologique de Plaiaundi se trouve à Irun, entre la rivière Bidassoa et le ruisseau Jaizubia, avec la vue sur la baie de Txingudi. C’est une halte de repos et de nourrissage pendant la migration des oiseaux ainsi qu’une zone d’hivernage. Il est classée « zone protégée ». Le biotope est très varié; le parc est constitué de deux lagunes intérieures mises en rapport au rythme des marées à travers un système de vannes, d’une plage entre marées et d’une lagune d’eau douce, le tout sur 24 hectares.  Son emplacement stratégique entre la mer et le début de la chaîne des Pyrénées en fait un couloir de migration fréquenté. On peut y observer de nombreuses espèces d’oiseaux dont certaines peu courantes. La présence immédiate de l’aéroport d’Irun avec ses nuisances sonores et autres qui interpellent lors de la première visite, se semble pas déranger la faune. Ce parc est un lieu de rendez-vous très apprécié des ornithologues.

Arrivé un peu tard dans l’après-midi car je ne pensais qu’aux lumières du couchant, je n’ai pas eu l’occasion de voir beaucoup d’oiseaux. Cette fréquentation réduite était inhabituelle à cette période, information confirmée par un ornithologue espagnol avec qui j’ai échangé. Ce monsieur m’a permis d’observer mes premiers Œdicnèmes criards.

Espèce semi-nocturne, l’ Œdicnème criard est difficile à repérer de jour; en effet, cet oiseau passe l’essentiel de la journée tapi au sol. Ceux-ci étaient loin et dans un espace inaccessible, derrière une clôture. Le cliché ci-dessous n’a servi qu’à confirmer leur identification.

Image recadrée de qualité amoindrie, ayant servi à identifier les Œdicnèmes criards.

Liste partielle des espèces aquatiques observées le jour de ma visite : Canard Chipeau, mâle et femelle (Mareca strepera), Chevalier gambette (Tringa totanus), Courlis cendré (Numenius arquata), Foulque macroule (Fulica atra), Fuligule milouin (Aythya ferina), Gallinule poule-d’eau (Gallinula chloropus), Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), Oedicmène criard (Burhinus oedicnemus), chevalier cul-blanc (Tringa ochropus). Une autre espèce était aussi présente, que m’a signalé l’ornithologue espagnol avec qui j’ai discuté : le Grèbe jougris (Podiceps grisegena), un migrateur pas très courant que je n’ai pu photographier. Et, bien sûr, quelques autres espèces que je n’ai pas su identifier, … D’autre part, la marée montante a réduit rapidement l’espace d’observation pour les limicoles.

Côté « maritime » :

Le Chevalier gambette (en plumage internuptial), reconnaissable à ses longues pattes rouges/orangées.

Un couple de Canards chipeau, entourant le Chevalier gambette. Mâle avec la tête immergée, femelle à droite.

Canard chipeau mâle. En période nuptiale, son plumage est globalement gris.

Canard chipeau femelle. Elle se différencie des autres femelles anatidés par sa petite tâche blanche à la partie inférieure de l’aile.

Courlis cendré et Chevalier gambette.

Courlis cendré.

Courlis cendrés, dans la partie maritime de la réserve.

Côté lagunes :

Courlis cendrés et Chevaliers culblanc, se chauffant aux rayons du soleil couchant sur un îlot d’une lagune.

Le Fuligule milouin mâle, en plumage nuptial (Aythya ferina)

Le Grèbe castagneux, en période nuptiale (Tachybaptus ruficollis)