logo
A la rencontre du Bouquetin en Espagne – Deuxième Partie

A la rencontre du Bouquetin en Espagne – Deuxième Partie

Un beau Bouquetin mâle (bouc), Sierra de Las Villas (à proximité de Villanueva del Arzobispo).

A la rencontre du Bouquetin dans les Sierras de Cazorla, Segura y Las Villas

puis celle de Guadarrama

Bouquetins mâles, dans les blocs granitiques de La Pedriza, Sierra de Guadarrama.

J’ai déjà consacré deux articles sur mon observation du Bouquetin en Espagne. Le premier était dédié à sa présentation générale illustrée par des clichés pris dans la Sierra de Gredos en mai 2018. Le second le montrait dans différents biotopes principalement en décembre 2019, pendant la période du rut. Aujourd’hui, je continue et complète sur ce sujet en le montrant dans le Parc naturel des Sierras de Cazorla, Segura y Las Villas et dans le Parc national de la Sierra de Guadarrama.

Je lui consacrerai plus tard une publication quand je l’aurai observé sans son collier GPS et autres coquetteries dans notre Parc national des Pyrénées, où on a commencé sa réintroduction en 2014.

Sierras de Cazorla, Segura y Las Villas

Une vue partielle dominante de Cazorla, avec ses oliveraies en arrière-plan. C’est une petite ville magnifique et accueillante aux rues très étroites. 

Château arabe de la Yedra, dominant Cazorla.

Le Parc naturel de las Sierras de Cazorla, Segura y las Villas est le plus grand espace protégé d’Espagne (209 920 ha), avec des espèces végétales endémiques. C’est là que naît le Guadalquivir à 1 330 m d’altitude, le fleuve le plus grand d’Andalousie. Reconnue Réserve de la Biosphère par l’Unesco en 1983, sa richesse naturelle se base sur la biodiversité biologique. L’effectif des bouquetins y a culminé à plus de 10 000 individus avant qu’une épidémie de gale sarcoptique ne les décime à la fin des années 80. Aujourd’hui, leur nombre se situe autour de 2 500.  Les paysages de cette région montagneuse sont d’une beauté et d’une particularité extraordinaires, avec un point culminant à 2 039 mètres : le pic Alto de la Cabrilla.

En bas, le territoire bordé de rouge représente la Sierra de Cazorla, dont la partie en vert est dans le Parc (Google Maps) . 

La Sierra de Cazorla occupe une superficie de 133 000 ha dont le 1/3 environ dans le territoire du Parc (pointe sud); le village de Cazorla est à la limite du Parc. La Sierra de Las Villas, dont la ville principale est Villacarillo, occupe 8,3% du Parc, approximativement la bordure centre-ouest (à gauche de Coto-Rios). La Sierra de Segura constitue à elle seule 80% de la superficie du Parc, le reste du centre et le nord est; sa ville principale est Beas de Segura.

Les plantations d’oliviers autour de Cazorla.

L’appellation d’origine « Sierra de Cazorla » garantit les huiles d’olive vierges extra. Celles-ci sont obtenues à partir du fruit appartenant aux variétés Picual (94%) et, dans une moindre mesure, Royal (6%). Elles sont produites dans la région de Cazorla. Environ 31 500 hectares sont destinés à la culture des deux variétés d’olive. Les huiles obtenues ont une acidité oléique inférieure à 1º et possèdent des propriétés organoleptiques particulières.

Les oliveraies dans la région de Chilluévar, au-dessus de Cazorla.

La cascade de Linarejos dans le Parc, sur le ruisseau du même nom (région de Carrada del Utrero, Sierra de Segura). Ses eaux sont parmi les premières à alimenter le légendaire Guadalquivir.

La faune est très diverse, autant les mammifères que les oiseaux.

On peut y trouver entre autres des renards, …

des écureuils, …

Des daims, … Les femelles vivent généralement en harde.

Les daims mâles sont généralement solitaires, hors la période du rut.

Une biche, région de Villanueva del Arzobispo (limite du parc naturel).

Des cerfs élaphes, appelés aussi cerfs rouges ou cerfs d’Europe.

Les rapaces et autres oiseaux sont également nombreux. Le Vautour fauve est très présent.

Le vautour fauve dans son environnement (Sierra de Cazorla).

Un Pic épeiche et bien d’autres oiseaux, …

Bon, il y a aussi des Bouquetins, c’est quand même une des principales raisons de cet article.

Quelques boucs solitaires (à la hauteur de Villanueva del Arzobispo). 

Les bouquetins n’ont pas été évidents à observer. J’en ai observé dans le Parc, dans la Sierra de Las Villas. En effet, ceux que j’ai pu rencontrer évoluaient dans un environ assez chargé en végétation, essentiellement des pinèdes. Il faut dire aussi que je ne me suis pas focalisé sur eux : les paysages sont superbes, il y a beaucoup de centres d’intérêt et j’y reviendrai avec grand plaisir, sans doute à une période différente comme l’automne.

Paysages typiques dans le Parc, Sierra de las Villas.

Paysages typiques de la Sierra de Cazorla, en dehors du Parc (région de Huesa).

La Sierra de Guadarrama

 

Le Parc national, entre Ségovie et Madrid, « fournisseur » de nos Bouquetins des Pyrénées (Google Maps).

Le Parc national de la Sierra de Guadarrama m’a donné de belles occasions d’observer le mode de vie des bouquetins à la période du rut. Crée en 2013, il a une grande biodiversité et richesse écologique. Il s’étend entre les Communautés Autonomes de Castille-et-Leon et de  Madrid. Il culmine à 2 430 mètres, au pic Peñalara. C’est une chaîne de montagne bien plus ancienne que nos Pyrénées ou les Alpes, essentiellement composée de roche granitique très érodée et de gneiss.

Beaucoup supposent que le bouquetin aurait disparu de la région au cours de la première moitié du 19è siècle, mais la plupart des références sérieuses ne permettent pas de le conclure. Le bouquetin a été introduit au cours de ces dernières années, à partir de sujets provenant de la Sierra de Gredos et de Las Batuecas dans la Sierra de Francia (province de Salamanque).

Cette introduction a commencé entre 1990 et 1992 dans la partie sud du parc national actuel, dans l’ancien parc régional de Cuenca Alta del Manzanares (Communauté de Madrid). 67 individus ont été relâchés dans un lieu connu sous le nom de Hueco de San Blas d’où ils ont colonisé le reste du territoire.

A cette population, il faut ajouter les individus introduits dans la région de los Hoyos, dont l’origine vient d’une introduction antérieure faite entre les années 2000 et 2002 du côté ségovien de la Sierra Guadarrama, dans la zone de chasse contrôlée de Torrecaballeros. Cette population est actuellement installée dans la Cuerda de los Montes Carpetanos, à Alameda del Valle, Pinilla del Valle et Rascafría, appartenant à la région forestière du parc naturel de Peñalara.

Les dernières données sur l’évolution de ces deux noyaux confirment une croissance constante et que, au moins pour une grande partie de l’année, les deux populations entrent en contact, avec la présence de bouquetins de La Najarra à Las Cerradillas et à Los Montes Carpetanos, de Peñalara à El Nevero et dans la municipalité de Pinilla del Valle.

Dans une étude publiée en 2019 sur la présence du bouquetin dans le Parc national, les densités les plus élevées se situent sur une superficie de 234 ha dans la région de Najarra, Matasanos, Asómate de Hoyos et La Pedriza Posterior, en fait assez proche du lieu des premières introductions.

Vautour Fauve et Bouquetin, dans les accumulations de blocs de granit errodés.

L’espèce s’est si bien adaptée que l’on compte aujourd’hui environ 5 000 individus et que l’espèce est considérée depuis plusieurs années en surpopulation par rapport aux ressources naturelles disponibles. Elle n’a aucun prédateur. Entre autres, elle met fin à la régénération naturelle de diverses espèces botaniques protégées.

Un plan d’action approuvé en septembre 2016 visait à réduire la population à 1500-1300 individus sur plusieurs années ; il a été aussitôt suspendu sur un vice de procédure. Il consistait à transférer dans d’autres zones 25% des individus, les 75% restants devaient être chassés à l’arc et au fusil. Seule la solution du transfert a été conservée. Entre autres, un total de 204 bouquetins de La Pedriza ont été vendus et déplacés à ce jour vers les Pyrénées françaises : 63 à Cauterets (Htes-Pyrénées), 66 à Ustou et 29 Aulus les Bains (Ariège), 46 à Gèdre (vallée de Luz-Gavarnie). Un effectif de 22 individus a été relâché en vallée d’Aspe sur la commune d’Accous en 2019, originaires également de Guadarrama, bilan provisoire car le projet des lâchers n’est toujours pas terminé pour la partie ouest des Pyrénées.

Cercedilla (1 118 m), l’une des portes d’entrée dans le Parc national, est un centre touristique populaire pour les alpinistes.

Premiers rayons sur la neige tombée dans la nuit au « puerto de Navacerrada » à  1 852 m (18 décembre 2019). 

La mer de nuages sur la vallée depuis le puerto de Navacerrada vers Cercedilla.

Il est parfois difficile de les distinguer sur les crêtes, mais l’œil s’habitue à les localiser. 

Le soleil se lève et quelques bouquetins pointent leur nez sur les hauteurs entre Cercedilla et le col de Navacerrada.

J’ai d’abord prospecté dans le Parc national en direction du col de Navacerrada, en partant du village de Cercedilla. Leur présence y est avérée mais la densité est faible (colonisation récente). Il existe, entre autres, un sentier de randonnée (Monte Pinar de la Barranca, parking bien indiqué sur le côté droit de la route M-601 en montant vers le col) qui peut offrir quelques opportunités avec un joli panorama sur les sommets.

Les environs du refuge Giner de los Rios.

Mais ils étaient plus nombreux et accessibles (sans les importuner) dans le massif de La Pedriza Anterior. On prend le sentier de randonnée à partir du parking Canto Cochino en direction del Refugio Giner de los Rios et au-delà (Collado de la Dehesilla). Ce parking est situé à la limite du parc à proximité du village de Manzanares el Real.

Blocs de granite érodés, typique de La Pedriza.

Le massif de la Pedriza (Anterior et Posterior) est l’une des plus importantes formations granitiques en Europe, bien connue des Madrilènes pour la pratique de l’escalade. Il vaut mieux donc y aller en semaine, moment où les bouquetins sont les moins perturbés. C’est au cours d’une sortie dans ce massif (Pedriza Anterior) que j’ai pris les photos qui suivent. Le seul petit regret est que la brume ne s’est pas levée de la journée. Il a même bruiné.

Un jeune bouc (cornes épaisses avec l’apparition des premières nodosités).

Deux mâles adultes solitaires (boucs).

Jeune bouc et une femelle (étagne).

Pas toujours évident de les voir (à gauche du sommet de ce bloc).

Vue rapprochée de la photo précédente.

Deux jeunes mâles « intéressés » par une femelle accompagnée de son cabri.

Vue éloignée et rapprochée d’un petit groupe.

Et un vautour passa au même moment!

Jeune bouc.

Pris sur le vif!

Dans cet environnement minéral accompagnée de végétation touffue, il faut être vigilant pour les voir (sans les perturber).

Bouc, cabri et étagne.

Une autre femelle s’approche.

Le mâle s’intéresse sérieusement à son état d’ovulation, attitude typique déjà décrite dans mon précédent article : queue relevée, lèvre supérieure retroussée et langue frétillante, cornes rabattues sur le dos.

La femelle n’est pas consentante et lui fait face.

Ce n’est pas encore le moment. Le mâle plus jeune (pelage plus clair) s’est approché pour rien et s’éloigne.

Le mâle plus âgé va aussi prospecter ailleurs.

Une étagne et son cabri m’ont aperçu, …

L’étagne et son cabri sont fusionnels, jusqu’à la prochaine mise bas en mai prochain.

Un joli bouc surveille depuis son promontoire.

Une scène de vie pendant le rut, après la période des combats : Une femelle se fait toiletter par son cabri; une autre femelle (assise à gauche) est sous la surveillance de deux mâles qui « attendent » patiemment.

Le troisième mâle de ce cliché est celui qui surveillait depuis son promontoire. Il est passé devant les autres et s’est assis au 1er rang, queue relevée. 

Occupé par trois femelles, la queue relevée.

Une photo que j’aime bien : une étagne et sa boule de poils laineux.

Les cabris sont très bien tolérés pendant le rut. Celui-ci côtoie un mâle dans la force de l’âge, suivi par un mâle plus jeune et deux femelles dont la mère du cabri.

La boule de poils laineux traîne sur son promontoire.

Une joute entre un mâle dans la force de l’âge et un jeune prétendant à la robe plus claire.

Le Bouquetin est le mammifère le plus emblématique des montagnes espagnoles et le trophée de chasse le plus réputé. Je termine cet article, probablement le dernier sur le bouquetin en Espagne (bien que je continuerai à le photographier), avec trois photos d’un endroit superbe qui mérite vraiment le détour : le « Parc natural dels Ports » dominant le delta de l’Ebre. La statue du bouquetin, une ode à ce bel animal, m’a évité un capot. Mais tout cela n’est qu’une question de patience et de persévérance!

L’entrée du « Parc natural dels Ports ».

Parc Natural dels Ports – Delta de l’Ebre.

Article rédigé à partir de mes photos personnelles et de quelques sources internet dont je cite le lien le plus intéressant :

_ https://www.researchgate.net/publication/338565689_Zonificacion_del_Parque_Nacional

Pour accéder à mon article sur la présentation générale du Bouquetin, cliquez ICI

Pour accéder à mon article sur la présence des bouquetins dans les Picos de Europa, les Sierras de Gredos, d’Andujar et de Castril, cliquez ICI

A la rencontre du bouquetin en Espagne – Première Partie

A la rencontre du bouquetin en Espagne – Première Partie

Un vieux mâle (appelé un Bouc) se repose.

A la rencontre du Bouquetin en Espagne

(séjour naturaliste de décembre 2019)

Au début du mois de mai 2018, j’ai eu l’occasion d’observer lors d’un séjour naturaliste dans la Sierra de Gredos le Bouquetin ibérique appelé aussi Bouquetin d’Espagne (Cabra montés en espagnol). C’était ma première rencontre et je lui ai consacré un article complet que vous pouvez consulter en suivant le lien à la fin de cet article.

Quelques rappels

 

Un jeune adulte devant un névé.

Le Bouquetin ibérique (Capra pyrenaica) est classé en quatre sous-espèces, dont deux ont disparu : le Bouquetin portugais (Capra pyrenaica sous-espèce lusitanica) et le Bouquetin des Pyrénées (Capra pyrenaica sous-espèce pyrenaica). Ce dernier était notre bouquetin, dont les deux derniers spécimens ont été abattus en 1910 près du lac de Gaube, au dessus de Cauterets. Chassés jusqu’à l’extinction!

Sur le versant espagnol des Pyrénées, un nombre restreint de Bouquetins des Pyrénées survivait dans le parc national d’Ordesa y Monte Perdido, dont la création en 1918 devait justement les sauvegarder. Le dernier connu, une femelle nommée Celia, a été retrouvée morte le 6 janvier 2000, le crâne fracassé par la chute d’un arbre lors d’une violente tempête. C’est en partie la création en 1905 de la Réserve royale de chasse de la Sierra de Gredos par le roi Alfonso XIII qui a permis à l’Espagne de garder l’espèce en vie. La population actuelle est constituée par les deux sous-espèces restantes, victoriae et hispanica. Le fait d’être une espèce unique au monde, endémique de la péninsule, en a fait un grand gibier recherché pour le tir et le trophée. Un programme de conservation est né en 1950 en Espagne à l’échelle nationale, avec la création de nombreuses Réserves.

Au début des années 1990, la population était estimée à 7 900 individus. En 2012, quelques 50 000 individus sont distribués dans la péninsule ibérique occupant plus de 27 noyaux, grâce à des opérations de réintroduction et de protection. On les trouve principalement dans la Sierra Nevada, Sierra de Gredos, Las Batuecas, Los Puertos de Morella, Muela de Cortes, Serrania de Cuenca, Alcaraz, Sierra Madrona, Sierra Magina, Sierra de Cazorla, Sierra de Segura, Sierra Sur de Jaen, Los Filabres, Sierra de las Nieves et Montes de Cadiz, Sierra de Guadarrama, etc.  

Une magnifique femelle (appelée étagne).

Je m’intéresse particulièrement à ce bel animal depuis la réintroduction de l’espèce dans notre Parc National des Pyrénées, commencée en 2014 à partir d’individus prélevés dans la Sierra de Guadarrama et dans la Sierra de Gredos.

En décembre dernier, j’ai observé cet animal pendant sa période de rut. Celui-ci a en effet lieu de la mi-novembre à la mi-janvier environ. Les mâles vont chercher les groupes de femelles, afin de former leur harem particulier. Le moment le plus spectaculaire se situe au tout début à la période des violents combats entre mâles. Ils se lèvent sur leurs pattes arrières et tombent, tête contre tête. jusqu’à ce que l’un des prétendants comprenne la supériorité de son antagoniste et se retire. Je suis arrivé un peu tard pour assister à ce spectacle.

Je présente dans cet article quelques endroits où je les ai observés en 2019, des Picos de Europa (juin et octobre 2019) à la Sierra de Castril en Andalousie (décembre 2019). Dans le prochain article, je les présenterai dans la Sierra de Cazorla et celle de Guadarrama. Les photos sont sélectionnées pour mettre en évidence la diversité des biotopes.

Los Picos de Europa

Au centre, le sommet le plus célèbre des Picos de Europa, El Naranjo de Bulnes (2 519 m) – Octobre 2019.

Les pics d’Europe, souvent appelés « Los Picos » est le massif le plus élevé de la cordillère Cantabrique. Ils sont situés entre les provinces des Asturies, de Léon et la Cantabrie. Ils culminent au Torre de Cerrado (2 648 m), suivi d’assez près par el Naranjo de Bulnes (2 519 m).

El Pico Espigüete (2 450 m) en juin 2019, un des sommets de la Montaña Palentina (photo prise dans la région de Valverde de la Sierra).

A gauche, la Peña Cascajal (2 2027 m), puis el Pico Coriscao (2 232 m), depuis le point de vue del Collado de Llesba (puerto de San Glorio).

J’ai au moins photographié un bouquetin! Une femelle, sur une hauteur peu avant l’arrivée de la nuit (Llánaves de la Reina – juin 2019).

Le Bouquetin (Capra pyrenaica sous-espèce victorae) y a été réintroduit au début des années 1990 (après la disparition des derniers spécimens de la sous-espèce lusitanica par la chasse à l’été 1857), à partir de la réserve de chasse nationale voisine de Riaño (province de Léon).

La statue del « Oso Pardo » au lever du soleil, installée au Collado de Llesba (puerto de San Glorio).

Le meilleur moment vécu pour moi dans les Picos de Europa a été juste avant le lever du jour, alors que je me dirigeais en voiture vers le mirador del Collado de Llesba pour photographier le lever du soleil, à proximité de Portilla de la Reina. Dans la lueur des phares, une forme traversa la route et se mit à grimper le long de la paroi quasi verticale, à la sortie de Llánaves de la Reina! Un instant plus tard, ma voiture à l’arrêt avec les warning, une harde de bouquetins déboucha du ravin et traversa prestement devant moi! Il en sortait de partout, au travers des passages aménagés dans le parapet : des cabris, des adultes, tout ce monde grimpa à la suite du premier le long de la paroi verticale. Je n’en revenais pas de les voir remonter ainsi. Les pierres déplacées roulaient directement sur la route, heureusement suffisamment loin de la voiture. Puis ils disparurent. Je redémarrai vers ma destination en évitant les pierres, encore émerveillé par le spectacle de ses animaux grimpant le long de la paroi à pic. A mon retour, des employés étaient en train de nettoyer la route; ils avaient sans doute l’habitude.

Lever du soleil depuis el Collado de Llesba (appelé aussi en espagnol el mirador del Oso).

La vallée en direction du village de Sotres vers la droite (invisible), surmontée d’une partie du Massif Occidental des Picos. En contrebas, le petit village d’Espinama. Au dernier plan à droite, la Sierra del Cuera.

El Torre de Salinas (2 446m), dans le Massif Central des Picos de Europa.

Après avoir assisté au spectacle du lever du jour, je revins à l’albergue de la Portilla de la Reina pour le petit déjeuner : le patron de l’auberge, très sympathique, m’a confirmé la présence depuis quelques années de deux hardes de bouquetins dans la région, ainsi que la présence de l’ours brun et même de loup, informations également confirmées en discutant avec un berger.

Cette ancienne cabane de berger s’ouvre vers la Montaña Palentina en arrière-plan. Dans le voile coloré du lever du soleil et en haut à droite, le sommet le plus haut est le Pico Corcina (1 875 m). Le mur rocheux à sa gauche est la Peña del Castro, surmontée del Pico del Diego. A gauche, je n’ai pas d’information sur ce mamelon.

Deux Bergers de Léon, une femelle et un mâle, protègent un troupeau de vaches (un autre est à part).

Le Mâtin, Mastin espagnol ou Berger de Léon est une des plus vieilles races de chiens d’Espagne. D’un poids de 60 à 90 kg en moyenne, c’est un chien vaillant qui défend jusqu’à la mort ceux mis sous sa protection. Gare aux ours et aux loups!

Sur la gauche, el Torre de Llambrión (2 642 m), deuxième sommet des Picos de Europa. A droite, la Peña Vieja (2 617 m).

Le Massif Central des Picos continue sur la droite.

Une autre vue vers la Montaña Palentina depuis el Collado de Llesba, après dissipation des brumes.

A droite tout en haut, el Pico Corcina (1 875 m).    

Le Collado de Llesba est un point de vue situé au bout d’une piste d’environ 2 km qui démarre sur la gauche au Puerto de San Glorio, sur la N-621 entre Llanaves de la Reina et Potes. C’est aussi un point de départ de randonnée. La vue est imprenable sur le massif central et oriental des pics d’Europe et sur certains sommets de la Montaña Palentina.

La Mer de nuages au matin dans le parc national de los Picos de Europa.

La Sierra de Gredos

Contrairement à ce que peut suggérer cette »ambiance », ce cliché d’une femelle est pris juste avant le lever du jour.

La sierra de Gredos est un massif montagneux appartenant au Système central, située entre les provinces d’Ávila, Cáceres, Madrid et Tolède. Son point culminant est le pic Almanzor, dans la province d’Ávila, à 2 592 mètres d’altitude. J’y suis revenu avec un grand plaisir. J’ai fréquenté des lieux différents de mon premier séjour. En effet, en hiver, la présence de la neige en altitude repousse les bouquetins vers les zones plus basses où la nourriture reste accessible.

Pour information, dans la Sierra de Gredos, il est nécessaire de demander (et d’obtenir) 15 jours à l’avance une autorisation spéciale de la Junta de Castilla y León, pour pouvoir prendre des photographies et leur publication ultérieure dans les différents médias. Les clichés de Bouquetins de mon blog sont en accord avec la réglementation. Sans cette autorisation, on peut quand même observer des bouquetins en hiver à partir du tronçon de route longeant le rio Barbellido (à partir de Navacepada de Tormes en direction de La PLataforma), los Lanchares (à gauche avant d’arriver à la Plataforma), etc.

Les meilleures heures pour les observer se situent le matin et en fin d’après-midi, près du crépuscule, comme partout ailleurs. En hiver, on peut aussi les observer aux moments les plus chauds de la journée.

En approche de la Sierra de Gredos.

Tout à gauche, el Pico Almanzor (2592m, point culminant de la Sierra), puis el Ameal de Pablo (2505m) et au centre, la Galana (2564m). 

A la limite de la neige. C’est l’heure! 

Fusionnels jusqu’à la prochaine mise bas vers le mois de mai – Photos (2) prises à los Lanchares.

Coucher du soleil et lever de Lune – Les bouquetins commencent à apparaître sur les hauteurs pour s’alimenter.

La Galana (2564m), aux premiers rayons du soleil. 

Il a gelé cette nuit! Ce mâle, solitaire, broute seul dans une estive.

L’ambiance commence à se réchauffer. Le même, zoomé. Au vu de sa couleur sombre et de la longueur de ses cornes, c’est un « ancien »! 

Les chevreuils profitent aussi de ces rayons qui annoncent une belle journée.

Sous un beau ciel bleu, ce jeune mâle est « attiré » par cette femelle.

Pendant la période de l’accouplement, les cabris restent en compagnie de leurs mères.

Les femelles qui sont réceptives et attendent un « gagnant » peuvent être montées par de jeunes mâles qui profitent de la négligence des concurrents. Elles peuvent aussi être couvertes par plusieurs mâles.

Même en période de rut, les femelles continuent à allaiter leurs cabris.

Deux jeunes mâles accompagnent deux femelles et leurs cabris. Quatre mâles plus âgés se rapprochent par la gauche, hors champ.

Les vieux mâles n’étaient pas loin.

Le dominant du groupe s’intéresse à la femelle devant lui (sa queue est relevée). Le jeune mâle assis à droite de la photo feint l’indifférence.

Le deuxième jeune mâle, en contrebas à droite, a l’attitude typique de la posture décrite ci-dessous.

Que fait-il donc, hors de la vue du dominant? C’est expliqué ci-dessous! En tous cas, la femelle n’est pas encore d’accord.

Les mâles gagnants, en principe les plus vieux ou les plus forts, s’adressent aux femelles en reniflant leurs organes génitaux et en percevant ainsi leur réceptivité. Pour cela, ils adoptent une posture et des gestes très particuliers, utilisés aussi par les plus jeunes. Ils retroussent leur lèvre supérieure, sortent leur langue et lèvent leur lèvre inférieure au-dessus, penchent leurs cornes en arrière et étirent leur cou, tandis que la queue est relevée et la croupe raidie. J’ai remarqué que les plus jeunes semblaient les plus « intéressés » : pour brûler la politesse aux plus anciens? plus « chauds » ou tout simplement moins expérimentés pour connaître le bon moment? A savoir!

La suprématie du dominant!

La harde se remet en route, 4 mâles adultes et un jeune, deux chevrettes et un cabri caché. Le dominant a gardé la queue relevée.

Avec un focale fixe, j’ai eu du mal à avoir toute la harde bien cadrée et sans végétation gênante. Ici, un jeune mâle (en haut et à gauche) se tient « au courant » sous le regard pas vraiment indifférent du dominant ; la position des oreilles est aussi un signe d’expression. En fait, le moment d’agressivité des mâles est passé et tout le monde attend patiemment l’ovulation des femelles.

Un mâle adulte atteint de kératoconjonctivite infectieuse à son premier stade.

Une des maladies qui affecte le plus les populations de bouquetins est la kératoconjonctivite infectieuse, très contagieuse. L’agent pathogène est la bactérie Mycoplasma conjunctivae. Elle commence par un gonflement des paupières avec un important écoulement lacrymal. Elle peut évoluer vers une inflammation suivie d’une opacité de la cornée, voire sa perforation avec les conséquences que l’on peut deviner (alimentation de plus en plus difficile et accidents). D’après la littérature, une guérison spontanée est l’issue la plus courante de cette maladie.

La Sierra de Andújar

Situé dans une zone de moyenne montagne de l’Andalousie, la Sierra de Andújar est l’un des parcs cynégétiques les plus importants d’Espagne. Elle culmine à El Pico Burcio del Pino (1 290 m). Ce parc est très connu par la présence en particulier du Lynx pardelle que je n’ai pas eu l’opportunité de rencontrer lors de ce séjour. Le moment le plus propice pour le rencontrer est la période de son rut et il était un peu trop tôt, de quelques jours seulement. Il y avait déjà beaucoup de monde pour essayer de l’apercevoir sur les spots connus et j’ai préféré tenter ma chance dans des endroits moins courus (mais les autres n’ont pas été plus chanceux que moi).  Je suis tombé par hasard sur une petite harde de bouquetins, constituée essentiellement de femelles et de leurs petits. On peut les voir sur les falaises autour du barrage de la Lancha.

Paysage typique de dehesa où évolue le Lynx pardelle, avec en point culminant le sanctuaire de la Virgen de la Cabeza (lieu important de pèlerinage).

Dernières lumières sur le sanctuaire de la Virgen de la Cabeza.

Femelles bouquetins (adultes et jeunes de l’année précédente), au-dessus du barrage de La Lancha. 

La Sierra de Castril

La Sierra de Castril est une zone montagneuse située au nord-ouest de la province de Grenade en Andalousie, à la limite du parc naturel des Sierras de Cazorla, de Segura et de las Villas. Deux endroits incontournables pour les amoureux de la Nature montagnarde. C’est une région au relief tourmenté, riche de nombreux ravins, cols et de parois verticales très élevées. La faune est très diverse. On y trouve entre autres le bouquetin, le mouflon, le daim, le sanglier, le lynx, le chat sauvage mais aussi le vautour fauve, l’aigle royal, le faucon pèlerin et le milan noir, pour les espèces les plus typiques.

Un aperçu du village de Castril (890 m) en Andalousie, un subtil mélange de  pierre, de chaux et de tuile. 

L’Embalse del Portillo, à proximité de Castril.

La chaleur de cette belle après-midi ne freine pas les ardeurs de ce Bouquetin mâle, qui se tient au courant de l’état de l’ovulation d’une femelle. 

Le biotope à bouquetins dans la sierra de Castril.

L’embalse de la Bolera avec en arrière-plan, les sommets enneigés de la Sierra Nevada.

Le rayonnement du soleil, écrasant, s’est estompé. Une femelle avec son cabri sur une crête.

La végétation typique des zones les plus élevées du parc avec des genévriers communs, des chênes verts, etc. Les bouquetins ont de quoi brouter.

En pleine chaleur, les bouquetins circulent dans les pierriers, le plus dur est de les repérer : ils sont très loin et ne descendront qu’à la tombée de la nuit. La lumière sera alors insuffisante pour les immortaliser mais le spectacle est là!

Les grands mammifères se reposent à l’ombre dans le ravin en contrebas.

Pins noirs (Pinus negra) et chênes verts occupent les flancs de la montagne dont certains sommets avoisinent les 2 000 m d’altitude.

La Sierra de Castril, c’est aussi pour moi la rencontre de Fransisco! Alors que je revenais à la voiture après une rando sympa en montagne pour observer les bouquetins, un grand colosse en treillis accompagné d’un ami s’arrête à ma hauteur et baisse la vitre de son 4 x 4. « Buenas tardes, qué hace aquí? » Aïe, mon cerveau chauffe, aidé par la température ambiante de ce beau dimanche après-midi écrasé de soleil. Que me veulent-ils? Quelques minutes plus tard, je serai sur la banquette arrière du 4 x 4 de Fransisco, un Garde passionné comme moi par le rut du Bouquetin, pour une virée extraordinaire à la tombée de la nuit en montagne. Nous avons pu observer à la longue-vue les bouquetins et les mouflons dans des endroits où je ne serais jamais allé de moi-même. Cerise sur le gâteau, Francisco m’amène chez lui pour me montrer où il habite et me propose de rester. Hélas, mon hébergement est déjà retenu et il me donne alors sa carte de visite et son numéro de portable personnel pour me montrer, quand je reviendrai, toutes les beautés de la Nature dans sa région! Il me raccompagne enfin à ma voiture, bien après la tombée de la nuit. Un beau moment de partage d’une passion commune qui m’a marqué! Les photos suivantes sont prises avec mon téléobjectif dans des conditions difficiles.

En haut, un Bouquetin mâle poursuit une femelle. En bas : à gauche, une femelle et son cabri; à droite, une harde de Mouflons femelles.

Au pied de la falaise, des Mouflons femelles.

Au centre, un Bouquetin adulte mâle et une femelle sous le chêne. Légèrement en dessous, un Mouflon mâle.

Quelques Mouflons femelles au pied de la falaise, bientôt rejointes par le mâle. En bas à droite, une femelle Bouquetin.

Le Mouflon européen (Muflón en Espagne)  a été introduit en Espagne à des fins cynégétiques. Sa période de rut se situe à l’automne (septembre – novembre). Il aime les terrains montagneux secs et accidentés qui ne sont pas recouverts en hiver par la neige.

Près de chez nous, un noyau de population peu connu issu d’une introduction est présent depuis 1975 dans la réserve du massif du Pibeste dans les Hautes-Pyrénées (autour de 350 spécimens aujourd’hui). Dans les années 1999-2001, le pic du Ger a aussi bénéficié d’opérations d’implantation avec 13 individus issus du Pibeste (ils étaient 28 en 2017, où un deuxième lâcher de 2 femelles venant du Gard a eu lieu le 30 décembre, pour la diversité génétique).  En juin 2015, un noyau de 13 animaux a été introduit dans le Béarn dans la montagne d’Asson à Estibette, suivi de 6 autres en 2016.

Article rédigé à partir de mes photos personnelles, de mes observations sur le terrain et de quelques recherches générales sur internet pour la présentation des endroits visités.

Pour lire mon article complet consacré à la connaissance du Bouquetin, c’est : ICI

El Meloncillo, la Mangouste ichneumon (Espagne)

El Meloncillo, la Mangouste ichneumon (Espagne)

La Mangouste ichneumon

(Herpestes ichneumon widdringtonii)

El Meloncillo (11 déc. 2019 – 11h30) – Parque Natural Sierra de Andujar (l’un des espaces protégés de la Sierra Morena).

La Mangouste ichneumon est la seule mangouste européenne. Elle est présente uniquement dans le sud-ouest de la péninsule ibérique : la Sierra Morena, le parc national de Doñana et les montagnes de Cadix et de Malaga pour la partie espagnole, dans l’Algarve pour le Portugal. La tendance actuelle est un début d’expansion de l’espèce en remontant vers le nord de l’Espagne : une indication de réchauffement climatique?

Ma rencontre a été fortuite, une surprise. J’ignorais jusqu’alors son existence. Alors que je remontais la berge du rio Jándula sur un sentier en direction del Encinarejo dans l’espoir de rencontrer un lynx pardelle, cet animal a surgi d’un roncier. Une mangouste! Elle a marqué un arrêt, également surprise! Un deuxième arrêt un peu plus loin puis la vision ultime d’un bond dans un fourré au bord de la rivière. Hélas, le décor et la lumière n’étaient pas au top et la présence de végétation a compliqué la mise au point. Je n’ai pas eu le temps ni la présence d’esprit de peaufiner les réglages : la plupart de mes clichés sont flous! Heureux de toute façon d’avoir rencontré ma première mangouste!

Appelée « El Meloncillo » en espagnol (« Sacarrabos » en portugais), elle est facile à reconnaître à son corps allongé et court sur pattes et à sa tête fine, pas plus large que son cou.

Son corps mesure une cinquantaine de centimètres environ et sa queue, presque tout aussi longue, se termine par une touffe noire. Son pelage sombre est constituée de poils longs, noirs à pointes jaune crème et bruns à pointes gris argent, ce qui lui donne un aspect marbré. Ses oreilles sont courtes, larges et arrondies. Son poids varie entre 2 et 4 kg environ.

Ses yeux, d’une couleur plutôt claire, ont une pupille horizontale qui lui donne un aspect inquiétant : c’est une caractéristique exceptionnelle chez les carnivores.

Son habitat typique est la basse montagne méditerranéenne avec des chênes verts et des chênes-lièges. Elle se réfugie aussi dans les îlots de ronces et peut être présente dans les forêts fluviales. Elle est essentiellement diurne. Elle sort à peine la nuit et passe beaucoup de temps à se reposer. Elle vit dans un terrier : elle  peut le creuser elle-même ou bien adapter d’anciens terriers de lapins ou parfois de blaireaux. Les meilleurs moments pour l’observer sont un peu avant midi et vers le milieu de l’après-midi.

Elle se nourrit principalement de lapins, de micro-mammifères et de reptiles. Elle rentre en concurrence avec le lynx pardelle, qui devient son seul prédateur naturel.

D’origine africaine, elle fut d’abord longtemps considérée comme une espèce introduite lors de l’occupation musulmane de la Péninsule ibérique à partir des années 700. Puis, des découvertes de squelettes lors de fouilles archéologiques ont fait penser qu’elle était présente encore plus tôt, depuis le 1er Siècle avec les Romains. Enfin, tout récemment, des études scientifiques montrent une forte différenciation génétique par rapport aux populations africaines, indiquant que cette espèce aurait atteint la péninsule en traversant le détroit de Gibraltar pendant les fluctuations du niveau de la mer survenues à la fin du Pléistocène, qui excluraient l’introduction par l’homme. Elle a fait l’objet d’une grande adoration dans les rituels de l’Égypte ancienne.

« El Meloncillo » (11 décembre 2019 – 11h30)

Article rédigé à partir de mes photos, de mes observations lors de cette rencontre et de bibliographie dont je cite les liens:

_ https://www.faunaiberica.org/meloncillo

_ https://es.wikipedia.org/wiki/Herpestes_ichneumon

La migration post-nuptiale de la Grue cendrée par delà les Pyrénées

La migration post-nuptiale de la Grue cendrée par delà les Pyrénées

Au-delà des montagnes.

La migration de la Grue cendrée

par delà les Pyrénées

Quelques informations générales

Notre Béarn est situé sur « la voie de l’Ouest » de la migration post-nuptiale de la Grue cendrée. Chaque année à la même époque, le cri puissant et caractéristique de ce bel oiseau en route vers l’Espagne retentit dans le ciel béarnais. C’est, je pense, le seul chant que la plupart des gens reconnaissent sans se tromper. « J’ai entendu passer les grues »! Combien de fois ai-je entendu cette phrase, synonyme de changement de saison et de l’arrivée du froid. Elle occupe avec la Cigogne blanche une place particulière dans le cœur des hommes.

Les grues cendrées émettent en vol un cri régulier, une sorte de « kroouh » qui permet au groupe de rester en contact. Il est répété par chaque individu à intervalle régulier. Le passage imminent d’un vol important est annoncé par un joyeux tintamarre. Nous levons alors les yeux vers le ciel pour tenter de repérer leur formation particulière en ligne ou en V. Ce n’est pas toujours évident de les localiser; leurs manifestations vocales très sonores les font souvent croire bien plus proches qu’elles ne le sont en réalité. Il faut parfois aller les chercher bien haut. Elles migrent même la nuit et ce cri les trahit, audible à des kilomètres à la ronde.

En vol, on pourrait les confondre de très loin avec la cigogne blanche mais celle-ci reste silencieuse et elle migre plus tôt, dès la fin juillet et jusqu’à la mi-septembre pour la plupart des effectifs.

Dans les Landes, région d’Arjuzanx – Une grue cendrée au gagnage dans un champ de maïs ramassé.

Dans les Landes, région de Sabres (près d’Arjuzanx) – Grues cendrées et palombes dans un champ de maïs ramassé, en bordure d’une forêt de pins.

Dans les Landes – Le retour des grues cendrées aux dortoirs d’Arjuzanx (en bas à gauche, on distingue le mirador pour l’observation des grues dans leur élément liquide).

Lac collinaire de Puydarrieux (Hautes-Pyrénées), au soir – Le retour des grues dans la Réserve, après avoir passé la journée à se nourrir dans les champs des environs.

Région de Puydarrieux (Hautes-Pyrénées), quelques grues sur fond de pic du midi de Bigorre (2 876m).

Les grues cendrées quittent leurs zones de nidification vers la mi-octobre et jusqu’à début décembre, en fonction des conditions climatiques. Celles qui passent chez nous viennent de Finlande, Suède et Norvège pour aller vers l’Espagne. Leurs principales haltes migratoires en France sont le lac du Der en Champagne-Ardenne, le camp du Poteau à Captieux (Gironde) et la réserve d’Arjuzanx (Landes), ainsi que le site de Puydarrieux dans les Hautes-Pyrénées. Je ferai plus tard un article dédié à chacune de ces deux dernières haltes migratoires et d’hivernage.

Les grues las grullas Embalse de La Sotorena Alberca de Arboré Montmesa Huesca Aragon

Embalse de la Sotorena, aux premiers rayons de soleil (février 2019) – Les grues se restaurent dans les champs givrés, avant de reprendre le chemin de la migration vers le Nord de l’Europe.

Lagune de Gallocanta (février 2019) – Le réveil des grues dans la brume, peu avant l’aube.

Après avoir traversé la chaîne des Pyrénées, elles font route en Espagne vers l’embalse de la Sotorona et la lagune de Gallocanta, puis vers l’Estrémadure et le Nord de l’Afrique. Les zones de halte et d’hivernage sont choisies en fonction des conditions climatiques, de l’abondance de la nourriture et de la présence de l’eau pour se protéger des prédateurs comme le renard.

Assister au spectacle de la traversée des Pyrénées est un moment privilégié. J’ai eu l’occasion d’y assister récemment à plusieurs reprises.

La traversée des Pyrénées dans le val d’Azun

Après quelques jours de conditions déplorables avec beaucoup de pluie en plaine et de neige en montagne pour un mois de novembre, la météo s’est enfin arrangée. Ce 19 novembre 2019, la chaîne des Pyrénées est bien dégagée; les grues saisissent l’occasion!

En direction « del sol »!

Le pic du Midi d’Arrens (2 267m).

Le Palas (2 974 m).

Le Palas (2 974 m),  le Courouaou devant (2 691 m) puis le Batboucou (2 651m) à droite.

A gauche, le pic de Batboucou (2 651m).

Traversée des Pyrénées dans la vallée des Gaves

Ce 03 décembre au matin, les sommets des Pyrénées sont dans le brouillard. Beaucoup de grues sont déjà passées dans la nuit, venant entre autres d’Arjuzanx. En effet, plusieurs milliers grues y font une halte depuis plusieurs jours pour se nourrir dans les champs de maïs ramassé. Contrairement à leurs habitudes, elles ne reviennent pas le soir dans les dortoirs de la Réserve mais restent à l’extérieur dans les champs inondés par les grosses pluies de novembre, les marais, les lagunes, les coupes rases… Tout est gorgé d’eau. Après l’accalmie du matin brumeux, la migration reprend en début d’après-midi lors d’une éclaircie dans le ciel pyrénéen. En fin de soirée, on verra quelques volées faire demi-tour pour passer la nuit au pied de la montagne.

Une volée de grues cendrées remontant « la vallée des Gaves », sur fond de Casque du Marboré (3 006m), l’un des fameux sommets du cirque de Gavarnie.

Leur voyage vers des cieux plus cléments pour y passer l’hiver m’a souvent fait rêver et en début d’année, je suis allé les voir en Espagne dans certains de leurs lieux d’hivernage et dans leurs deux principales haltes migratoires : l’embalse de la Sotorena et la lagune de Gallocanta. Si vous êtes intéressés par des informations plus précises, voici les liens vers mes articles :

Pour l’embalse de la Sotorena, cliquer ICI,

Et pour la lagune de Gallocanta, c’est ICI.

Bonne lecture! 

Observation du Hibou des marais dans les plaines de Villafafila en Castille-et-León

Observation du Hibou des marais dans les plaines de Villafafila en Castille-et-León

Observation du Hibou des marais (Asio flammeus)

dans les plaines de Villafáfila en Castille-et-León (octobre 2019)

Envol d’Outardes barbues au crépuscule. Le manque de lumière ne m’a pas permis de « figer » la scène.

Je suis passé ce mois d’octobre à Villafáfila pour me documenter sur la Grande Outarde ou Outarde barbue à l’automne.

Par la même occasion, j’ai fait la rencontre un soir du Hibou des marais. Je l’y avais déjà observé lors d’un précédent séjour en mai 2017. Cette espèce est normalement présente à Villafáfila toute l’année (information trouvée dans l’ouvrage « Where to watch birds in Northern & Eastern Spain ») et j’en ai eu ainsi la confirmation.

Cependant, cette présence est tributaire de l’abondance de la nourriture. A la période de nidification 2018, au mois de mai, il était déjà absent depuis plusieurs mois: un printemps pluvieux avait empêché le pullulement habituel des campagnols et les hiboux étaient parti chercher leur nourriture ailleurs.

A l’affût de campagnols au milieu de la végétation sèche. Il bénéficie d’un bon mimétisme.

Ce rapace m’est bien sympathique et je lui ai consacré un article complet sur son mode de vie: vous pouvez le consulter ICI

 

La Grande Outarde ou Outarde barbue – Mon retour dans les steppes de Villafáfila (avril 2019)

La Grande Outarde ou Outarde barbue – Mon retour dans les steppes de Villafáfila (avril 2019)

La Grande Outarde ou Outarde barbue
(Nom scientifique : Otis tarda)

Mon retour dans les steppes de Villafáfila

En arrière-plan, la chaîne enneigée des monts Cantabriques, connus en particulier pour « Los Picos de Europa ».

J’ai découvert pour la première fois l’Outarde barbue lors d’un séjour ornithologique en Espagne dans les plaines de Villafáfila en Castille-et-Léon, au-dessus de Zamora. C’était le 30 avril 2017. Chez cette espèce, le mâle de belle corpulence (le plus lourd oiseau volant d’Europe) est particulièrement photogénique au moment de sa parade nuptiale et lors de cette première visite, celle-ci était déjà terminée. Les femelles étaient vraisemblablement en train de nicher et seuls quelques mâles en petits groupes erraient par-ci par-là.

J’y suis revenu en 2018, à partir du 1er Mai. Elle était à ses débuts, retardée par un printemps pluvieux. J’ai pu faire de belles observations mais les femelles ne se montraient que très peu.

Cette année 2019, j’y suis retourné pour la troisième fois et j’ai pu me rendre compte « que ce n’est jamais pareil ». C’était le 10 avril dans l’après-midi puis le 18 à partir des premières lueurs du jour et j’ai pu assister à des spectacles encore différents. Tout d’abord, j’ai vu un nombre bien plus important d’outardes avec des regroupements spectaculaires. Aussi, les femelles étaient plus nombreuses et peu de mâles paradaient. Je suis sans doute passé au moment des prémices de ce beau spectacle annuel.

J’ai eu aussi l’agréable surprise de constater la présence de petites volées de Tadornes de Belon, absentes les deux années précédentes.

Je rappelle que l’Outarde barbue est un oiseau très craintif et je ne l’observe qu’à grande distance (téléobjectif ou longue-vue incontournable). La suite en photos :

Photos prises le 10 avril 2019 au soir :

Les petits groupes d’outardes sont nombreux et quelques mâles paradent mais bien trop loin pour mon téléobjectif. La lagune de Barillos située au bord de la route entre Tapioles et Villafáfila est à sec, comme il y a deux ans.

Deux femelles en compagnie d’un mâle.

Un aperçu de l’un des biotopes fréquentés par les outardes. A l’arrière-plan, une ligne Haute-Tension: c’est un danger reconnu pour les outardes.

Un groupes de mâles d’âges variés.

Un mâle adulte et solitaire.

En toile de fond, une partie de la chaîne, enneigée, des Monts Cantabriques.

Autre paysage typique de Villafáfila : une mosaïque de cultures à l’infini, sans un arbre.

Les photographier en vol permet parfois de faire des clichés « de proximité relative ».

Cette cabane verte (dont j’ai rencontré plusieurs exemplaires) m’interpelle. Je pense à un poste d’affût privé (et sans doute payant) pour les outardes.

Panneau de présentation du village de Villarin de Campos, de ses lagunes et de ses 68 pigeonniers (entre ruines et bon état/restauré).

Avocettes sur la lagune de Villardon (située à Villarin de Campos, à proximité de Villafáfila).

Les vanneaux sont très présents à Villafáfila, où ils doivent probablement nicher.

Photos prises le 18 avril 2019 au matin (8 jours après les précédentes) :

J’espérais de belles couleurs à l’aube et malheureusement, il a plu toute la nuit suivi par un brouillard matinal. Le ciel était chargé. Le manque de lumière a été préjudiciable à l’ambiance des photos. L’activité des outardes s’en est ressentie et les premières ne se sont montrées qu’assez tard dans la matinée; le soleil était déjà bien haut.

Tadornes de Belon au lever du jour, près de Otero de Sariegos . Tout à gauche des tadornes, un animal de petite taille qui bougeait de temps en temps et que je n’ai pu identifier!

Les Tadornes de Belon, qui vont et viennent dans les cultures. J’en ai observé autour d’une trentaine en petits groupes.

L’espèce est donnée comme nicheuse à Villafáfila. 

Jeune mâle à gauche. La différence de gabarit avec « l’ancien » en arrière-plan est évidente.

Ces deux mâles sont prêts pour parader. Ils se maintiennent à bonne distance l’un de l’autre. Les femelles ne sont pas loin mais elles restent très discrètes.

La seule photo de mâle en train de parader que j’ai pu faire. Il y a eu d’autres occasions dans la matinée, toutes trop loin!

Au second plan, le village de Cerecinos de Campos. 

Divers regroupements de mâles, dans la région de Cerecinos de Campos!

L’élan initial : tout en puissance! L’envergure du mâle va jusqu’à 2m40 (et parfois plus) et son poids monte jusqu’à 17 kg.

Le même mâle, en vitesse de croisière.

Mâles adultes solitaires aux « moustaches » bien développées.

Et les vanneaux sont toujours là!

Pour en savoir plus sur l’outarde barbue : http://www.lanaturemoi.com/2019/01/23/la-grande-outarde-ou-outarde-barbue

A bientôt, peut-être?

La Grande Outarde ou Outarde barbue (Villafafila – Castilla Y Léon)

La Grande Outarde ou Outarde barbue (Villafafila – Castilla Y Léon)

La Grande Outarde ou Outarde barbue
( Avutarda Común – Great Bustard )
(Nom scientifique : Otis tarda)

L’Outarde barbue est un oiseau tout simplement magnifique, que l’on peut observer facilement en Espagne dans les plaines de Villafáfila en Castille-et-Léon, au-dessus de Zamora. J’en ai entendu parler pour la première fois en avril 2017 pendant un séjour naturaliste en Estrémadure, lors d’une conversation entre deux ornithologues. L’un était italien et l’autre français ; c’était au cours d’un repas pris ensemble dans un restaurant accueillant à cette époque de l’année pas mal d’étrangers passionnés d’oiseaux de toutes sortes. Quand j’ai vu l’oiseau apparaître sur l’écran du reflex, j’ai été définitivement conquis ! Quelques jours plus tard, j’allais leur rendre visite sur le chemin de retour en France. J’y suis de nouveau revenu en mai 2018 et j’espère bien encore y revenir. Cet oiseau vaut le voyage. La meilleure époque pour leur rendre visite est celle correspondant à leur parade nuptiale, qui a lieu normalement la deuxième quinzaine du mois d’avril pour Villafáfila (elle varie suivant les régions d’Espagne). Elle peut aussi glisser de quelques jours en fonction des conditions météorologiques. En 2017 année de grande sécheresse, elle était terminée lors de mon passage le 30 avril mais j’ai pu encore observer de jolis groupes sans aucune parade, une soixantaine d’individus au total dont une volée d’une vingtaine d’oiseaux. Les lagunes étaient à sec. En 2018, la parade a été retardée à cause d’un printemps pluvieux. Elle était à ses débuts le 01 mai et j’ai pu faire de belles observations. Par contre, le Hibou des marais (Asio flammeus) qui était présent en 2017, n’était pas revenu en 2018 : le printemps pluvieux avait empêché la prolifération des campagnols, leur principale nourriture.

Pour photographier l’outarde à Villafáfila, il vaut mieux utiliser un grand téléobjectif (focale 400mm et plus) mais on fait comme on peut. Les occasions rapprochées sont rares et elles nécessitent de prendre de bonnes précautions afin de respecter sa tranquillité. L’affût fixe est interdit sans l’obtention d’une autorisation préalable, qu’il faut demander (au moins quinze jours avant le déplacement) au directeur de « la Reserva Natural de Las Lagunas de Villafáfila ». Il existe quelques rares affûts fixes payants sur des terres privées ; il faut compter une somme non négligeable, sans garantie que les outardes seront bien au rendez-vous et à la bonne distance espérée. Personnellement, je préfère compter sur ma « veine » naturaliste.

Les meilleurs moments pour la photo sont le matin et au coucher du soleil. Dans la journée, la turbulence atmosphérique est élevée. La vision aux jumelles est floue et les photos sont de mauvaise qualité.

Un groupe d’outardes barbues mâle au bord d’une lagune.

Description de l’Outarde barbue

L’outarde barbue a le corps corpulent et elle est haute sur pattes. Le mâle est l’oiseau le plus lourd d’Europe capable de voler. Il est deux fois plus lourd que la femelle.

La taille varie entre 75 et 105cm, pour une envergure entre 170 et 190cm chez la femelle, 210 à 240cm chez le mâle. Le poids de la femelle varie entre 3,5 et 4kg, celui du mâle entre 7 et 17kg.

C’est un oiseau très farouche, que l’on ne peut observer que de loin. L’outarde a une excellente vue. Elle vit en petits groupes. Il y en a toujours au moins une qui observe pendant que les autres se nourrissent. Elle se déplace majestueusement, le cou bien droit. A la moindre alerte, elle s’éloigne lentement et prudemment; elle peut aussi courir très vite. Au moindre danger, elle s’envole. Par déontologie et par respect de la nature, on évite de les déranger. L’espèce a particulièrement besoin de calme !

Avec un peu de temps et de la patience, on peut arriver à faire de belles observations : une paire de jumelles ou une longue-vue sont des instruments indispensables !

Outardes barbues femelle.

Un mâle faisant la cour; la femelle est indifférente. Sur ce cliché, on peut apprécier la différence de gabarit.

La femelle est brun roussâtre sur le dessus du corps, blanche dessous, avec le cou gris. Son plumage est plus terne que celui du mâle. Les juvéniles ressemblent à la femelle. Les femelles sont moins nombreuses que les mâles. Plus petites, elles passent facilement inaperçues au milieu du couvert et j’en ai peu photographiées.

Le mâle porte en plus une bande pectorale rousse et en plumage nuptial, de larges moustaches blanches. Ce sont de longues plumes qui partent de chaque côté de la base du bec et retombent le long du cou. Elles peuvent atteindre la longueur de 12 à 15cm. Ces moustaches apparaissent vers l’âge de 3 ans et poussent régulièrement jusqu’à 6 ans.

Le mâle adulte en âge de procréer (à partir de 5-6 ans) change de plumage vers le mois de janvier. Il le changera à nouveau d’août à septembre. Il a les parties supérieures barrées noir et roux. Les ailes présentent une large tache blanche quand elles sont fermées. La queue est comme le dos, avec une large bande terminale noire et l’extrémité blanche. Les parties inférieures sont blanches. La tête et le devant du cou sont bleu-gris pâle, pour devenir blanc et ensuite châtain vif sur le bas du cou et la poitrine. Les yeux sont brun foncé. Les longues pattes robustes et les doigts forts sont gris.

Le mâle non-nicheur n’a pas les longues moustaches ; le cou et la poitrine sont gris clair au lieu de châtain.

A l’envol, le décollage est long avec de grands battements d’ailes dévoilant la belle envergure de cet oiseau. Il vole à faible hauteur ; ses ailes sont en partie blanches avec l’extrémité noire.

Habitat

L’Outarde barbue vit dans les paysages ouverts tels que les zones cultivées avec quelques arbres isolés et les steppes. Elle peut ainsi voir le danger venir de loin. On la trouve en Espagne dans les grandes mosaïques de jachère céréalière et de pâturages.

Comme pour bien d’autres espèces, malheureusement, son déclin est induit par la mécanisation et l’intensification de l’agriculture, par l’utilisation des pesticides et herbicides, par l’urbanisation et la réduction de son habitat. Les collisions avec les lignes électriques est une cause importante de mortalité non naturelle. L’espèce a également été chassée dans le passé, comme j’ai pu le constater : on trouve dans certains lieux publics comme les bars et les restaurants, des photos anciennes de trophées de chasse de mâles. Sa chasse a été interdite en Espagne en 1980.

Reproduction

Le mâle peut se reproduire à l’âge de 5-6 ans et la femelle vers 2-3 ans. Les mâles et les femelles vivent en groupes séparés, excepté pendant la parade nuptiale qui dure une quinzaine de jours environ. Elle a lieu à partir de mars et varie suivant la région et les conditions climatiques. Les mâles se rassemblent alors dans des endroits traditionnels appelés « Leks » ou « arènes », où ils attirent les femelles et paradent devant elles. Ils rivalisent d’apparence pour attirer l’attention des dulcinées. Je n’ai pas assisté à des intimidations ou disputes entre mâles à ce moment-là ; j’ai lu dans la littérature que des combats ont lieu durant l’hiver pour établir la suprématie des dominants dans les divers groupes.

La parade nuptiale est spectaculaire. Pour impressionner, le mâle renvoie sa tête en arrière, redresse sa queue et gonfle d’air une poche située sur le devant du cou. Il dresse ses longues moustaches et se contorsionne. Il arrive à faire pivoter ses ailes pour exposer l’envers de son plumage. Méconnaissable, il ressemble alors à une grosse boule de plumes d’un blanc immaculé. Le spectacle est simplement magnifique. Pendant quelques minutes, il pivote sur place face aux femelles ou se déplace lentement dans leur direction; son blanc éclatant sur fond de verdure le rend visible à une distance considérable. Une fois exposé, il maintient la posture pendant quelques minutes et en secouant ses plumes pour accentuer son apparence. Les femelles restent indifférentes et ce sont elles qui feront leur choix pour s’accoupler au moment voulu, après quelques jours de parade des mâles.

Le nid caché dans les herbes hautes, rudimentaire, consiste en une petite dépression creusée ou non dans le sol, parfois tapissé des quelques herbes écrasées. L’incubation et le nourrissage sont assurés par la femelle.

Les mâles, pendant ce temps, se rassemblent en petites bandes et errent dans les champs, indifférents. Les jeunes sont capables de voler à cinq semaines et restent avec leur mère jusqu’à un an environ.

Alimentation

L’outarde barbue est omnivore et son régime alimentaire varie suivant les saisons. Elle se nourrit surtout de végétaux en particulier de luzerne, également d’insectes, vers, lézards, amphibiens, petits rongeurs …

Population de l’Outarde barbue

L’espèce a disparu de France à la fin du 19è siècle. Près de chez nous, on la trouve essentiellement en Espagne (environ 60 % de la population mondiale) et un peu au Portugal (Castro Verde, dans le district de Beja, …).

Les chiffres différent selon les sources consultées. Je n’ai pas trouvé de statistiques récentes. Pour donner un ordre d’idée, il y en avait entre 29 400 et 34 300 en 2010 et 2 668 oiseaux ont été recensés en mars 2005 à Villafáfila.

L’espèce vit en général une dizaine d’années mais elle peut vivre plus longtemps, 15 ans et plus. La mortalité chez les mâles est plus élevée ; pendant les deux premières années de leur maturité, de violents combats ont lieu durant l’hiver pour établir la suprématie des dominants dans les divers groupes.

L’outarde barbue n’est pas vraiment migratrice. Elle peut se déplacer en petits groupes en fonction des conditions climatiques et de la ressource alimentaire vers un site plus favorable. Ces migrations partielles sont différentes selon le sexe : mâles et femelles migrent séparément dans des proportions variables en fonction de leurs particularités sexuelles liées à leur aptitude à procréer. On peut dire que l’espèce est sédentaire.

Les immatures peuvent faire des déplacements importants et un peu erratiques: de juin à août 2009, la présence de deux outardes barbues immatures a été validée à plusieurs reprises dans les Pyrénées-Atlantiques (région de Nabas). Le 5 août, elles seront revues par des ornithologues comptabilisant les oiseaux migrateurs, en train de remontant le vallon de Larrau vers l’Espagne. Toujours en 2009 et au mois d’août, un jeune mâle est vu à plusieurs reprises dans le Gers (région de Faget-Abbatial). En novembre 2013, une jeune outarde barbue s’est égarée aux Sables d’Olonne, épuisée. Baguée outre-Manche, elle a été ramenée au pays par des soigneurs anglais. L’Angleterre mène depuis 2004 un programme de réintroduction de l’espèce à partir d’individus nés en Russie.

Où observer facilement l’Outarde barbue

Le meilleur endroit pour l’observer à une distance encore raisonnable est, à ma connaissance, en l’Espagne dans la réserve naturelle de Villafáfila d’une superficie totale de 32.541 hectares et à une altitude de 700m. Une partie de la réserve est strictement interdite pour la protection de l’espèce. Il existe aussi des restrictions de circulation sur certaines routes et chemins agricoles. Respectez les différents panneaux de signalisation, autant pour la protection des espèces que pour la tranquillité des autochtones vivant et travaillant sur la réserve.

Je conseille d’aller se renseigner à la « Casa de la Reserva » (à 1,5km avant d’arriver à Villafáfila depuis Tapioles sur la ZA-715). Vérifier auparavant les jours et les heures d’ouverture. Le Centre peut vous fournir un dépliant et des conseils utiles.

L’espèce est classée « Vulnérable ».

Quelques oiseaux observés à Villafáfila à la même période

Un effort important est mené pour la nidification des petits rapaces et autres dans les steppes de Villafáfila

avec l’installation de nichoirs sur des poteaux (lutte écologique contre les campagnols des moissons).

Pour information, de nombreuses espèces d’oiseaux peuvent être observées et photographiées dans la région de Villafáfila, dont les lagunes est une halte migratoire de l’automne au printemps. C’est aussi un site intéressant pour l’observation de petites rapaces.

Le Hibou des marais (Asio flammeus) présent en 2017, absent en 2018.

Turbulences atmosphériques à midi.

Le Busard Saint Martin.

Cigognes dans la verdure.

Vanneau au bord d’une petite lagune.

Villafáfila, la terre nourricière.

Ouvrages utilisés pour mes séjours ornithologiques en Espagne :
« Where to watch birds in Southern and Western Spain », 3è édition.
« Where to watch birds in Northern and Eastern Spain », 3è édition (Steppes et lagunes de Villafáfila, p163 à 166).

On peut y retrouver les autres sites d’observation de l’Outarde barbue en Espagne, et ceux de bien d’autres espèces d’oiseaux!

Article rédigé le 22 janvier 2019 à partir de mes photos, de constatations faites sur place et de publications internet sur lesquelles je me suis appuyé et dont je cite les liens :

https://es.wikipedia.org/wiki/Otis_tarda

http://www.oiseaux.net/oiseaux/outarde.barbue.html

http://oiseaux-birds.com/fiche-outarde-barbue.html

L’un des nombreux pigeonniers historiques et typiques, éparpillés au hasard dans les grandes plaines de Villafáfila.

Certains servent d’abri et de nichoirs à des colonies de faucons crécerellette (Falco naumanni) et autres espèces.