logo

Mars, le pelage mue – Instants de vie des chevreuils (16 mars 2019)

De fin février au mois d’avril, les chevreuils perdent leurs poils d’hiver. D’abord les plus jeunes, suivis par leurs aînés. Ils tombent par touffes en commençant par la tête et le cou, puis les membres pour terminer par le tronc. Le pelage passe du gris foncé / brun, épais, au roux parfois vif, assez ras. Le changement d’épaisseur du pelage dans ce sens-là rend la mue de printemps très spectaculaire. Ces bêtes si sympathiques prennent alors une drôle d’allure. Habituellement photogéniques, elles ne sont plus à leur avantage pendant quelques jours.

Parti de bon matin photographier en billebaude, alors que je suivais un chemin entre un champ de luzerne et une terre fraîchement labourée, une chevrette immobile dans l’herbe a attirée mon regard. La présence d’un talus et un vent favorable m’ont permis de l’approcher, sans l’inquiéter. La suite en images :

Cette chevrette, immobile dans ce champ de luzerne, est captivée par quelque chose. Je suis son regard!

Un couple de chevreuils est tranquillement en train de se chauffer au soleil matinal, en boule dans une petite cuvette appelée « couchette ».

Au bout de quelques minutes, la chevrette vient rejoindre le couple.

Il est 9h00 et il fait très bon au soleil! Les animaux ne sont assoupis qu’en apparence, les oreilles restent à l’écoute!

Je continue à m’approcher, en contrebas du talus. La chevrette isolée reste sur le qui-vive!

Le couple! Le brocard a déjà un certain âge : on le devine à l’allure de ses bois qui commencent à dégénérer. Aussi, ses bois a lui ont fini de pousser alors que les jeunes sujets ont toujours leurs velours.

La chevrette isolée se relève, après 32 mn de repos. 

Un peu de toilette? Pendant la mue, il arrive que le chevreuil mange ses poils.

Elle se dirige vers le bord du champ.

Au bord du talus, elle hésite pour le descendre.

Le pelage démange. On aperçoit çà et là l’emplacement de touffes de poils arrachés par grattage ou avec les dents.

Elle se décide finalement à descendre tranquillement le talus qui m’a permis de l’approcher.

Plaqué contre le talus, j’ai du mal à la voir; elle aussi, elle hésite, 

Mon camouflage est efficace, elle ne réagit pas.

« Je te souris ».

Elle traverse tranquillement le sentier vers le labour. 

Le brocard s’est relevé.

Il attaque sa toilette. La chute des poils est, chez lui, plus avancée.

… et il attaque aussi la luzerne. Quelle allure!

Pendant ce temps, la première chevrette a traversé le chemin et traverse maintenant le labour, avant de regagner le bois.

Le brocard et la deuxième chevrette descendent à leur tour le talus.

La traversée du chemin.

Traverser un labour, c’est « pénible ».

Petit regard vers moi, avant de rentrer dans le bois pour se reposer jusqu’au soir. Entre le premier et le dernier cliché, 62 minutes se sont écoulées.

Un Brocard en velours (23 février 2019)

Il y a des soirées où la lumière est belle et où la chance vous sourit. Parti observer les signes d’activité de blaireaux autour de leurs terriers, je suis tombé sur ce brocard en train de brouter l’herbe dans une prairie et je l’ai vu avant qu’il ne me voit. Les conditions étaient bonnes pour qu’il m’approche par curiosité.

Le tête-à-tête initial.

Curieux, il approche prudemment.

Premier moment d’hésitation. Il va galoper quelques mètres sur la gauche en s’éloignant, avant de me faire face à nouveau.

On est quand même assez près, cela ne va pas durer. Il finit par comprendre !

Première fuite à la lisière du bois, où se trouve la chevrette. Il ne connaît toujours pas ce qui l’intrigue.

La fuite vers le haut de la prairie! La chevrette que je ne voyais pas n’était pas loin, en bas de la pente.

Le couple va s’arrêter pour observer, et la chevrette va finalement s’éloigner tranquillement dans les ronces du bois. Le brocard hésite encore, il n’a toujours pas « compris ».

Barthes de l’Adour et marais d’Orx, dans les Landes (21 février 2019)

Le marais d’Orx est un lieu très connu pour observer la faune aquatique. Au regard de son fort intérêt ornithologique, cette vaste propriété du Conservatoire du Littoral de près de 1000 ha (1989), est classée en Réserve Naturelle Nationale sur 774 ha en 1995 et intégrée au réseau européen Natura 2000 au titre des Directives Habitats et Oiseaux. Asséché sous Napoléon III à des fins agricoles, cet ancien polder ceinturé de canaux, constitue aujourd’hui une halte privilégiée pour les oiseaux migrateurs qui y trouvent repos et nourriture. Composé d’une mosaïque de milieux (plans d’eau, saulaies, roselières, prairies, jonçaies…), le Marais d’Orx accueille en particulier une grande diversité d’oiseaux d’eau, et est devenu un site d’importance communautaire pour l’hivernage des anatidés. On observe également un grand nombre d’espèces inféodées aux zones humides (amphibiens, reptiles, insectes, mammifères…).Le marais d’Orx est un ensemble de plans d’eau et de zones humides situé dans les communes de Labenne, Orx et Saint-André-de-Seignanx, au sud du département français des Landes, au nord de Bayonne et en retrait de l’océan Atlantique. Il est la propriété du Conservatoire du littoral depuis 1989 et est classé en réserve naturelle nationale depuis 1995. Sa gestion est assurée par le Syndicat mixte pour la gestion des milieux naturels des Landes depuis 2004.

UNE FIN D’APRES-MIDI AU MARAIS D’ORX,

AVEC UN CROCHET PAR LES BARTHES DE L’ADOUR

Le marais d’Orx est un ensemble de plans d’eau et de zones humides situé au sud du département des Landes, en retrait de l’océan Atlantique. C’est la dernière grande zone humide avant les Pyrénées. Asséché sous Napoléon III avec l’installation d’un système de pompage, il est drainé à des fins agricoles puis plus particulièrement pour la culture du maïs après la Seconde guerre mondiale. Il retrouve son état originel de marais dans les années 1980, suite à l’arrêt du pompage induit par le coût trop élevé de l’électricité.

Par sa position privilégiée sur la plus importante voie de migration d’Europe occidentale, cette zone humide composée d’une mosaïque de milieux naturels accueille une multitude d’oiseaux migrateurs. Elle offre aussi refuge, nourriture et quiétude à une faune sauvage inféodée à ces biotopes (amphibiens, reptiles, insectes, mammifères). Cette vaste étendue de près de 1000 hectares est acquise par le Conservatoire du Littoral en 1989 avec l’aide financière du WWF France. Soustraite à l’agriculture intensive, elle est restaurée en zone humide.

Le marais est classé en réserve naturelle nationale sur 774 hectares depuis 1995. C’est le royaume de la Spatule blanche, choisie comme emblème. Sur le site, 247 espèces d’oiseaux différentes ont été identifiées, dont 137 migratrices. (informations recueillies dans la plaquette du site que l’on trouve sur internet, très bien faite et instructive). 

Barthes de l’Adour à Saubusse

Ambiance hivernale du coucher de soleil sur les barthes à Saubusse (cliché du 15 mars … 2015)

Avant d’arriver au marais situé sur les communes de Labenne, Orx, Saint-André de Seignanx et Saubrigues, je fais un crochet par les Barthes de l’Adour à Saubusse, un lieu que j’affectionne particulièrement en hiver. Aujourd’hui, peu d’espèces seront visibles.

Les pylônes de la ligne TER de Dax à Hendaye et passant près des barthes sont colonisés par les nids de cigognes. Celles-ci font des allers/retours incessants sur les barthes aux alentours.

Une ambiance que j’apprécie dans la zone humide des barthes à la végétation encore endormie. Je ne verrai que des aigrettes garzette et des cigognes. Cette dernière se promène à une distance raisonnable.

Cet après-midi, passage important de vols de grues au-dessus des barthes. Elles ont peut-être fait halte la nuit précédente en Espagne à la lagune de Gallocanta ou à l’embalse de Sotorena avant le passage des Pyrénées, bien dégagées ces derniers jours.

Sur le marais d’Orx

La belle météo d’aujourd’hui, n’était apparemment pas un moment propice pour se promener dans les barthes à Saubusse. Un peu déçu par le peu d’espèces observées, je continue ma route vers le marais d’Orx, en espérant profiter d’une belle lumière du soir. 

La Cistude d’Europe, bien représentée sur le marais, est sortie d’hibernation avec la chaleur inhabituelle à cette période.

La vedette du moment : un Pygargue à queue blanche fait une halte depuis quelques jours sur le marais. J’arrive un peu tard pour une bonne proximité de prise de vue. Il s’envolera de son poste d’observation pour se remiser pour la nuit avant mon arrivée à un observatoire mieux placé situé à quelques centaines de mètres plus loin. 

Le Courlis cendré 

L’avifaune est pour la plupart du temps assez éloignée des postes d’observation. Nombreux anatidés présents, avec la seule Spatule blanche que j’aurai l’occasion de rencontrer. Des jumelles ou un digiscope sont les bienvenus pour reconnaître les espèces : ce sont les outils utilisés par la plupart des personnes que j’ai rencontré.

L’ambiance « courlis cendré » en fin de journée.

Le courlis est bien représenté sur le marais, jusqu’à 80 courlis observés ensemble. Aujourd’hui, le marais se prêtera plus à des photos d’ambiance qu’à des « gros plans ».

Le soleil se couche. Un autre marais va bientôt revivre.

Les grues de la Laguna de Gallocanta (Aragon)

 

L’envol pour la traversée des Pyrénées au lever du soleil, avec étape à l’embalse de la Sotorena (sur l’Alberca de Alboré)

Séjour ornithologique en Espagne – 11 février 2019

La lagune de Gallocanta

pour l’observation de la grue cendrée (Nom scientifique Grus grus)

Présentation de la lagune

Le village de Gallocanta (152 habitants) au bord de la lagune du même nom.

La lagune de Gallocanta est la plus grande lagune d’eau salée intérieure d’Europe. Elle est située à une altitude de 990 mètres, au cœur de la chaîne ibérique entre les provinces de Saragosse et de Teruel (communauté d’Aragon). C’est une zone humide d’importance internationale et une réserve naturelle remarquable. Ses dimensions sont importantes, 7,5 km de long et 2,5 km dans sa partie la plus large pour une superficie de 1 400 à 1900 ha suivant le degré d’inondation, avec une zone périphérique de protection d’environ 4 500 haLa profondeur moyenne est de 70 centimètres et la profondeur maximale en période d’inondation est d’environ 2 mètres. Le bassin lui-même est délimité par les chaînes de montagne Santa Cruz et Pardos au nord, la chaîne de montagnes Menera au sud et la chaîne de montagnes Caldereros à l’est. La lagune est entourée par les villages de Gallocanta, Berrueco, Tornos, Bello et Las Cuerlas

Le climat de la région est méditerranéen continental, avec des températures de -21 ° C en hiver et 30 ° C en été. La pluie est rare et irrégulière (450 mm par an), mais avec des chutes de neige durant les mois d’hiver et des gros orages dans les mois d’été.

Extrait de la carte Google Earth, avec les principales étapes de la migration des grues de part et d’autre des Pyrénées (épingles jaunes).

Elle a un grand intérêt ornithologique pour les espèces migratrices. Elle est en particulier une étape incontournable (avec l’embalse de la Sotorena, objet de mon précédent article) sur la route de l’ouest pour la migration automnale (ou post-nuptiale) des grues cendrées entre les Pyrénées et les zones d’hivernage dans le sud de l’Espagne; et, bien sûr, l’inverse pour la migration du printemps.

Environ 25 000 grues y séjournent durant l’hiver, population à peu près équivalente à celle qui séjourne à Arjuzanx (Landes), dans le parc naturel régional des Landes de Gascogne. Elles se nourrissent dans les champs environnants où on pratique la culture intensive de maïs (grâce à l’irrigation), du tournesol et d’autres céréales, de la luzerne, etc. Ces champs offrent l’occasion d’y observer certains oiseaux de steppe à la bonne période : la Grande outarde ou Outarde barbue (Otis tarda), l’Outarde canepetière (Tetrax tetrax), le Ganga unibande (Pterocles orientalis) et l’Oedicnème criard (Burhinus oedicnemus) qui se regroupent souvent en petit nombre à la fin de l’été et le début de l’automne pour se rendre plus au sud où ils hivernent.

Une petite volée de Tadornes de Belon au lever du jour – Très nombreuses.

D’autres grands oiseaux migrateurs peuvent utiliser la lagune pour se reposer, comme les cigognes (dont la cigogne noire) ainsi que quelques flamands roses. Les anatidés peuvent y être très abondants en fonction du niveau d’inondation. On trouve également pas mal de rapaces.

Marais et roselières, au sud de la lagune.

Le sud de la lagune est alimentée par de petits cours d’eau, des eaux de ruissellement et des sources d’eau douce, propices au développement de roselières. Les grues viennent s’y laver les plumes et se désaltérer.

La salinité de la lagune est très élevée, jusqu’à dix fois supérieure à celle de l’eau de mer en fonction de l’évaporation. La forte concentration de sel dans les eaux empêche toute présence de poisson. Plus de 220 espèces d’oiseaux peuvent cependant se reposer ou séjourner dans cet environnement , comptage cumulé sur toutes les périodes de l’année.

Chevreuils et sangliers dans le givre matinal.

Parmi les mammifères, les chevreuils et sangliers sont facilement observables, ainsi que les renards et autre faune courante.

Mon séjour à Gallocanta

C’est dans ce petit paradis que je débarque en début d’après-midi, ce mardi 12 février 2019, suite aux conseils de trois ornithologues très sympathiques rencontrés le jour précédent à l’embalse de la Sotorena (province de Huesca).

Source de ce document : Memoria de gestion Reserva Natural Dirigida de la Laguna de 2016

(Gobierno de Aragon-Departamiento de Desarrollo Rural).

Le trajet sur l’A23 depuis ma dernière destination, Montmesa, se passe sans histoire. La distance prévue est de 205 km pour environ 2h30. Après avoir contourné Saragosse, à la hauteur de Carinena, j’aperçois pas mal d’amandiers en fleurs. La route monte régulièrement et à un moment, mes oreilles se débouchent; on est en altitude. Je passe un petit col à 925m, el purto de Rueda. Je prends la sortie 232 pour la N330 jusqu’à ma nouvelle destination, le village de Gallocanta. Beaucoup de paysages de steppes vallonnées le long de la nationale; quelques arbres isolés sur une terre très rouge. Quelques tracteurs sont en train de la travailler. A l’horizon, une chaîne de montagnes avec des sommets arrondis, dont un est enneigé à l’arrière-plan. La ville de Daroca semble avoir une histoire intéressante, avec plusieurs centaines de mètres de remparts dont certains ont été restaurés. J’apprendrai que cette ville a été celte, puis romaine, puis arabe, puis indépendante, pour enfin devenir espagnole. Il me reste encore une quinzaine de kilomètres à faire sur une route qui monte avec beaucoup de lacets, au milieu d’un paysage montagneux et aride par endroits. Quelques forêts de chênes-lièges et des plantations d’arbres fruitiers en fonction de l’exposition. Après avoir passé à nouveau un petit col, je redescends en apercevant au loin ma lagune, sur un immense plateau qui s’étend à perte de vue.

Arrivé sur un point dominant la lagune, je suis agréablement surpris par son importance ainsi que de constater qu’il n’y a aucune végétation qui l’entoure. Il n’y a pratiquement pas d’arbres et ceux qui ont eu le courage de pousser sont plutôt rabougris. Les terres cultivés descendent en pente très douce vers l’eau. Il fait très beau et la réverbération à la surface est importante; c’est très joli. Il ne fait que 9 °C, avec du vent.

Mes premières grues au bord de la lagune, depuis « el Centro de Visitantes de Gallocanta ».

Le village de Gallocanta, à l’heure « del almuerzos ».

Les premières grues sont déjà visibles, c’est bon signe pour la suite du séjour. Je rentre dans Gallocanta, village classique d’Aragon aux murs couleur de terre ou blanchis à la chaux et absolument désert, même pas une voiture. Un chien qui traînait par là vient me tenir compagnie. J’oubliais! Es la hora del almuerzos! Il est 14h00 et j’ai fait 520  km depuis le départ de mon domicile. 

« El Centro de Visitantes de Gallocanta ».

Je m’arrête au Centre d’information sur la réserve naturelle de Gallocanta (Centro de Visitantes). Il a fermé à 13h30 et il ne rouvre qu’à 15h30. Ce n’est pas grave. Je commence à prospecter en prenant le sentier praticable qui fait le tour du site, long de trente-trois kilomètres avec de temps en temps un observatoire panoramique assez éloigné de la berge. Direction l’observatorio de los Aguanares!

L’observatorio de Los Aguanares, situé au bord de la partie nord de la lagune. Le niveau de l’eau est bien en retrait.

Vue vers l’est depuis los Aguanares.

Deux vues vers l’ouest depuis los Aguanares.

Vues vers le sud, depuis los Aguanares.

Le niveau d’eau n’est pas à son maximum en ce moment. Le moment de la journée n’est pas propice à la photographie, il y a peu d’oiseaux et la lumière trop éclatante. Je m’arrête un instant à l’observatoire de Los Aguanares, sans insister. Je poursuis mon tour vers l’observatoire de La Ermita. Pendant quelques kilomètres, le chemin s’éloigne de l’eau pour ménager une zone de tranquillité interdite d’accès. Il monte ensuite vers le prochain point de vue.

L’ermitage Virgen del Buen Acuerdo, sur les hauteurs en face du village de Gallocanta, avec un point de vue dominant sur la lagune côté nord-ouest. 

Vue plongeante sur le nord de la lagune, depuis l’observatoire de los Ojos.

Vue zoomée depuis los Ojos.

Arrivé à l’ermitage Virgen del Buen Acuerdo, je fais une halte à l’observatoire de La Ermita, puis à celui de Los Ojos. La vue plongeante sur les berges où les grues sont paisiblement en train de se nourrir est bien plus intéressante et la lumière plus flatteuse que mon précédent arrêt. Je continue ensuite vers le mirador de La Reguera. 

Grues en train de se toiser, près du mirador de La Reguera. Moment typique de la parade nuptiale.

Grues dans les champs, près du mirador de La Reguera – La parage nuptiale a commencé.

Grues dans les champs, près du mirador de La Reguera. Le tracteur a dû se frayer un passage.

Grues dans les champs, près du mirador de La Reguera. L’envol dans la lumière du soir, pour laisser passer un tracteur. 

Sur le circuit vers le mirador de la Reguera, j’observe quelques linottes mélodieuses, des bruants, une volée de perdrix et … une surprise dans un champ : une grosse volée de plus de 500 grues proches du chemin. Je les observe un bon moment, jusqu’à ce qu’un tracteur arrive derrière moi. Je me gare mieux pour le laisser passer et celui-ci s’avance vers les grues qui ne bougent pas. Il est à la limite de les pousser pour que, finalement, elles s’écartent pour le laisser passer. Et moi qui avait peur de les perturber! Manifestement, elles sont habituées aux engins agricoles mais il ne faut pas croire pour autant qu’elles sont apprivoisées. C’est sympa de les voir faire et j’aurai l’occasion de faire mes premières photos en me rapprochant jusqu’au mirador de La Reguera. Elles ont des chances d’être réussies : il est bientôt 18 h et la lumière jaunit. Le soleil est bas et les couleurs deviennent très belles. Je me fais plaisir. A peine envolées, poussées par le tracteur, les grues se reposent un peu plus loin, en trompettant.

Entre le mirador de la Reguera et le village de Bello. 

Dans les environs de los « Arboles de Mateo ».

Dans un champ juste avant l’entrée du village de Bello, une partie de la parade nuptiale dans la lumière rasante du soir, 

avec un couple accompagné par le jeune de l’an dernier.

Les grues, avec cette belle journée ensoleillée, ont manifestement l’intention de traîner assez tard. Je continue mon tour tout en observant quelques petits groupes dans les champs, par-ci par-là. J’ai l’occasion de photographier deux grues en train de parader, les ailes dépliées, et de les observer longuement. Le rituel pré-nuptial a déjà commencé, avant la remontée vers le Nord de l’Europe. 

« Pour ce rituel, les grues cendrées marchent avec des pas rapides et courts, les ailes semi-ouvertes, en décrivant des cercles sur le sol. Elles se font des courbettes face les unes aux autres, sautant d’un côté à l’autre tout en attrapant n’importe quel objet sur le sol, le lançant ensuite en l’air tout en sautant. Ce rituel est visible aussi, en partie, sur d’autres photos ».

Je traverse le village de Bello puis je me dirige vers le village de Tornos. Après « el Centro de Interprétation de Bello », je ne vois qu’au dernier moment la bifurcation pour reprendre le tour de la lagune; je verrai çà demain, il est tant d’aller assister au coucher des gruesà mon point de départ.

Le retour des grues à la nuit tombée, depuis « el centro de Interprétation » de Gallocanta.

Le retour des grues à la nuit tombée, depuis « el centro de Interprétation » de Gallocanta. 

Le tour du site est terminé. Je suis de nouveau arrivé au centre d’interprétation qui domine le fond de la lagune, côté nord. Le spectacle est très intéressant. Le soir tombe et les grues reviennent au dortoir. Les grues migrantes arrivées dans la journée se sont d’abord posées dans l’eau et sur les berges, puis elles se sont envolées d’un seul tenant pour aller se nourrir dans les champs plus au nord. Ce sont probablement les mêmes qui reviennent à cette heure très tardive. J’observerai également ce phénomène le jour suivant. Que c’est beau! La surface de l’eau reflète les couleurs du ciel qui passe du jaune doré au rouge intense puis revient vers le jaune. Elles sont loin et on n’y voit plus beaucoup; heureusement, j’ai un objectif lumineux. Je pose mon matériel sur le trépied et je continue à photographier. Elles continuent à arriver dans l’obscurité et on peut entendre leur chant très puissant retentir d’un peu partout, même venant de champs très lointains. C’est la première fois que je peux assister à ce spectacle très coloré au bord de l’eau.

Le retour des grues à la nuit tombée. Vue d’ensemble du nord de la lagune, depuis « el centro de Interprétation » de Gallocanta.

Il est 19 heures; je ne peux plus photographier mais je continue à me régaler, tout en pensant qu’il faut que je prenne une décision pour dormir! Parti de la maison avec des courbatures partout et un gros mal de tête, j’ai écarté la grippe comme l’une des causes possibles, ne me sentant pas le front chaud. Je choisis la sagesse en me reposant dans un bon lit plutôt que de dormir dans la voiture, solution que j’aime bien pourtant car elle me laisse une liberté totale. Il est bientôt 20h00 et je me dirige vers l’auberge Allucant à Gallocanta. Accueillante et très chaleureuse, elle a de la place, heureusement pour moi. J’y passerai une bonne soirée et une bonne nuit. Avec en projet d’être présent avant l’aube afin de voir les grues dans leur sommeil!


Mercredi 13 février 2019 – J’ai prévenu le patron, Javier, que je partirai très tôt pour assister au départ des grues et que l’on ne se verrait sans doute pas. Le ciel est magnifique, très étoilé et sans un seul nuage. Il fait froid et j’ai la surprise de trouver le pare-brise gelé; je perdrai du temps à le dégeler. Il fait – 4 °C. La campagne est magnifique, la végétation est givrée; toute la plaine est blanche.

Premières lueurs de la deuxième journée, depuis « los Aguanares ».

Depuis « los Aguanares ». Le ciel rosit.

Depuis « los Aguanares ». L’envol des retardataires.  Les plus gros vols de grues ont déjà décollé.

Depuis « los Aguanares ». L’envol des retardataires.  Les plus gros vols de grues ont déjà décollé.

Depuis « los Aguanares ». L’envol des retardataires.  Le soleil  va bientôt passer au-dessus de la montagne.

Les premières lueurs du jour sont déjà passées quand j’arrive à l’observatoire « Los Aguanares »; j’ai calculé trop juste! Cela me décide déjà pour rester un jour de plus, je tiens absolument à observer les grues lorsqu’elles sont encore sur leur dortoir. En effet, elles décollent toutes ensemble au moment où j’arrive, c’est leur heure! J’ai les doigts gelés et quelques difficultés à paramétrer mon reflex. La lagune est d’un calme olympien, la surface est lisse comme un miroir. Quelques grues sont quand même restées, ce qui me laisse l’occasion de faire tranquillement quelques photos. Au fur et à mesure que la lumière paraît, la campagne « scintille ». La température a continué à chuter et le spectacle est top.

Depuis « los Aguanares ». L’envol des retardataires.  Le soleil  va bientôt passer au-dessus de la montagne.

Depuis « los Aguanares ». Direction l’embalse de la Sotorena, puis les Pyrénées.

Depuis « los Aguanares ». L’envol des retardataires.  Direction les champs alentour.

A 8h30, le soleil a bien dépassé les hauteurs des montagnes environnantes et il ne reste plus de grues au dortoir; je reviens à la voiture pour aller observer les grues dans les champs alentour. Demain, je reviendrai absolument de nuit. 

Entre Los Ojos et Las Cuerlas, dans les champs.

Entre Los Ojos et Las Cuerlas – Chevreuils dans la steppe.

Entre Las Cuerlas et le mirador de La Reguera – Brumes bleutées matinales.

Dans les champs près du mirador de La Reguera. La grosse concentration des grues de la veille. Où ont’elles dormi?

La campagne est intéressante, il y a pas mal de rapaces, dont des faucons crécerelle et des busards saint-martin. A l’arrivée au mirador de « La Reguera », les grues sont toujours là mais plus craintives que la veille. Quel attroupement! Ont-elles passé la nuit dans les champs? Je ne saurais le dire, la matinée est déjà avancée. Une chose est sûre, je les entendais chanter de loin hier dans la nuit et ce matin avant d’arriver. Je me fais encore plaisir à les photographier, on ne se lasse pas de ce genre de spectacle. Que vais-je faire de tous ces clichés?

Tadornes de Belon.

Dans les champs entre La Reguera et le village de Bello.

Dans les champs entre La Reguera et le village de Bello. Une parade nuptiale.

Dans les champs entre La Reguera et le village de Bello.

10h00 du matin, ce mercredi! La température remonte doucement, il fait un beau soleil! Je continue le sentier en direction du village de Bello. Au bord de la lagune mais assez loin de mon poste d’observation, un gros rassemblement d’anatidés que je prends d’abord pour des Tadornes de Belon. J’en voie parfois quelques-unes au lac de Puydarrieux (Hautes-Pyrénées).  Les clichés me donneront raison. On l’appelle « Tarro blanco » en espagnol. C’est un bel oiseau!

Dans les champs entre La Reguera et le village de Bello.

Dans les champs entre La Reguera et le village de Bello. Parade nuptiale.

Dans un champ, à l’entrée du village de Bello.

En arrière-plan dans les turbulences de l’air, le village de Tornos.

Arrivé à l’opposé de la lagune, plein sud, je ne voie plus de grues. C’est pourtant à partir de là qu’il est conseillé de faire le tour du site, avec le soleil dans le dos. Les jours se suivent et peuvent ne pas se ressembler. Le soleil est maintenant haut, il est 11 heures. La lumière est dure et les brumes de chaleur commencent à perturber la netteté des clichés. Depuis mon arrivée hier, je remarque que je suis le seul photographe / randonneur. 

Le fond de la lagune, au sud, avec le village de Las Cuerlas.

En fait, les grues sont bien là, posées au milieu des roselières dans la partie où émergent des sources d’eau douce. Elles pataugent à la recherche de nourriture dans cette zone marécageuse et sont en fait bien plus nombreuses que dans la partie nord. J’aperçois un garde en voiture dans la Réserve Naturelle, salarié du gouvernement d’Aragon. Rencontre qui tombe à pic, elle me permet de repérer le chemin autorisé dans le périmètre de la lagune, que j’avais deviné trop tard hier. Il se dirige vers le mirador del Canizar. J’apprendrai que l’entrée de ce chemin est un bon spot pour observer l’arrivée des grues venant de la la migration.

Le mirador del Canizar.

Depuis le mirador del Canizar. Vue vers le fond de la lagune et vers « el Centro de Interprétation de Bello ».

Depuis le mirador del Canizar. Arrivée d’un groupe de chevreuils.

Depuis le mirador del Canizar. Chevreuils et grues font bon ménage.

Depuis le mirador del Canizar, j’ai l’occasion de surveiller le mouvement des grues dans les marais de la partie sud; il y en a, je pense, autour de 4 000. Un petit groupe de chevreuils traverse en pataugeant dans l’eau. La scène est très sympa. Je me contenterai ensuite d’observations visuelles, bien que lointaines. Il est déjà 14h00 et les perturbations atmosphériques sont particulièrement prononcées au travers d’un téléobjectif ou de lunettes d’observation. Je vais profiter de ce moment où il n’y a plus grand chose à faire pour passer à l’auberge réserver une nuit supplémentaire. A partir de 16h00, je reviens à l’observatoire « Los Aguanares ». Les grues sont plus nombreuses qu’hier.

Depuis Los Aguanares – Les grues arrivées de migration dans l’après-midi repartent se nourrir dans les champs en passant au-dessus de moi. Au fond, l’observatoire Los Ojos.

Depuis Los Aguanares – Vue vers l’observatoire del Centro de Interprétation de Gallocanta, libre d’accès. 

Entre 16h30 et 17h00, les grues redécollent de la partie nord de la lagune. Clichés de proximité.

Entre 16h30 et 17h00, toutes les grues repartent vers le nord pour ne revenir qu’à la tombée de la nuit: cela me confirme que ce sont sans doute des grues de passage. J’aurai ce soir l’occasion de faire quelques rencontres. Tout d’abord, un photographe passionné par les grues venu spécialement de Salamanque : il me passera pas mal d’informations dont certaines sont reprises dans cet article, confirmées par mes recherches. Il y aura ensuite Enric, avec qui on échangera nos adresses de site internet. Et enfin, juste avant la tombée de la nuit, trois messieurs ornithologues sont arrivés, des Espagnols étrangers à la région. L’un deux m’a indiqué un spot pour des gypaètes barbus dans le parc national d’Ordesa et du Mont Perdu, « La Garganta de Escuain », très intéressant pour lui. Toutes mes rencontres du jour ont été positives!

Depuis Los Aguanares. Rayons rasants sur la lagune.

Depuis Los Aguanares. Retour des premières grues après le coucher du soleil.

Depuis Los Aguanares. Retour des premières grues après le coucher du soleil – Il faut monter en iso!

Depuis Los Aguanares. Retour des premières grues après le coucher du soleil. La lagune est encore calme.

En ombre chinoise, « el ermita Virgen del Buen Acuerdo », avec un point d’observation sur la lagune.

Depuis Los Aguanares. Retour des grues à la tombée de la nuit. Les volées se suivent, nombreuses.  

En surplomb, l’observatoire de Los Ojos.

Depuis Los Aguanares. Vues partielles des grues au dortoir. Les conditions ne sont plus propices pour la photo.

Les grues sont revenues en nombre vers 19h30 alors que la luminosité avait bien faibli. Un spectacle magnifique qui continuera même à la nuit noire!

De retour à l’auberge tardivement, j’aurai l’occasion de finir la soirée en discutant encore d’ornithologie avec un couple venu également observer les oiseaux dans la région. J’apprendrai aussi sur internet que toutes les grues ayant hiverné sur le site d’Arjuzanx (Landes) sont reparties ce mercredi. Le comptage officiel à Gallocanta ce mercredi 13 février est de 22 013 grues sur le site du gouvernement d’Aragon, avec un maximum de 35 316 sept jours plus tard.

Je rappelle au passage les grandes étapes de la migration pré-nuptiale des grues cendrées quittant les vastes plaines et la dehesa de l’Estrémadure pour le Nord de l’Europe : la lagune de Gallocanta (objet de cet article), l’embalse de la Sotorena (précédent article), traversée des Pyrénées jusqu’au site d’Arjuzanx (Landes, objet d’un futur article) puis le lac du Der (Champagne-Ardennes).


Jeudi 15 février 2019 – Ce matin, je ne me suis pas fait piéger! J’ai mis la veille une protection contre le gel sur le pare-brise que je garde toujours dans un coffre bien pratique du Partner. Le ciel est toujours aussi magnifiquement étoilé et sans aucune pollution lumineuse quand je pars. Arrivé à l’observatoire « Los Aguanares », j’aurais l’occasion cette fois-ci d’assister au réveil des grues alors qu’il fait encore nuit. La brume est en train de se former sur la lagune!

Depuis l’observatoire « Los Aguanares ». La plupart des grues sommeillent encore. (temps de pose 1 sec, iso 800 et ouverture maxi). 

Depuis l’observatoire « Los Aguanares ». Lueurs de l’aube et envahissement de la brume.

Depuis l’observatoire « Los Aguanares ». Les premières grues s’envolent vers l’est.

Depuis l’observatoire « Los Aguanares ». L’envol en masse, au-dessus de l’observatoire. Cliché éclairci (il fait encore sombre).

Depuis l’observatoire « Los Aguanares ». « A bientôt ».

Il fait très froid et j’attrape l’onglet au contact du matériel photo qui se refroidit lui aussi. J’ai du mal à le tenir malgré mes gants (un peu trop légers pour la circonstance). Au fur et à mesure que l’aube surgit, les grues s’agitent de plus en plus et le « top départ » est donné à 7h50 et ne dure que quelques minutes. Il ne reste plus qu’une dizaine de grues sur le site alors que le soleil n’est pas encore levé.

Ayant assisté à son lever la veille, je n’attendrai pas une seconde fois et je repars parcourir la campagne environnante, recouverte de givre.

L’ambiance est magnifique sous le givre. Le brouillard envahit le paysage et masque le lever du soleil. Je ferai quelques jolies rencontres avec la faune après l’observatoire de Los Ojos dans une zone herbeuse non entretenue, avec deux groupes de chevreuils et neuf sangliers. Il fait – 4° C, ce matin.

Paysages de brumes vers les villages de Las Cuerlos et Bello.

Paysages de brume vers le village de Bello. Quelques grues se nourrissent déjà au premier plan.

Le soleil éclaire parfois la cime des rares arbres disséminés dans la campagne.

Le mirador de La Reguera, pris en direction du sud de la lagune.

Près du mirador de La Reguera, enveloppé dans le brouillard – La (très) grosse volée du grues est encore là!

Parade nuptiale dans la brume et la gelée matinale, qui ne refroidissent pas les ardeurs!

Je me répète : « pour le rite pré-nuptial, les grues cendrées marchent avec des pas rapides et courts, les ailes semi-ouvertes, décrivant des cercles sur le sol. Elles se font des courbettes face les unes aux autres, sautant d’un côté à l’autre tout en attrapant n’importe quel objet sur le sol, le lançant ensuite en l’air tout en sautant ». Magnifique à observer, et … un peu incompréhensible.

Le faucon crécerelle est lui aussi un peu « givré ». Il se laisse approcher sans problème, un peu frigorifié.

Depuis le « Centro de Interpretation de Bello ». La brume au-dessus de la lagune.

Il n’a pas dû pleuvoir depuis un petit moment, les pistes sont poussiéreuses et la voiture en profite. Elle mérite déjà un bon lavage. Le soleil commence à percer vers 10h00 et je passe au  Centre d’interprétation de Bello dès son ouverture. J’y récupère leur dépliant de présentation, très bien fait. On m’y confirme la présence de l’Outarde barbue mais ce n’est pas la bonne période. Ici, elle serait un migrateur partiel qui arriverait de la Castille en avril/mai. Le brouillard s’est levé et on retrouve la lumière dure bien connue et peu propice à la photographie. Par contre, la lagune elle-même reste noyée dans la brume. J’ai fait les photos que je voulais et je n’ai aucune raison de m’attarder plus longtemps sur le site.

Il y a une zone que je n’ai pas explorée (découverte tardivement) et qui peut être intéressante, c’est celle située au bord du chemin reliant Tornos à Torralba de los Sisones, puis Blancas. Elle est autorisée. Il y a aussi des photos de paysage intéressantes à faire depuis les hauteurs de Berrueco, au coucher du soleil (mirador El Castillo de Berrueco). Je le garde pour une autre fois. C’est certain, je reviendrai avec un programme élaboré : il y a beaucoup de choses à voir et à faire ici!

Sur le dépliant, je vois qu’il y a une autre petite lagune située à une dizaine de kilomètres, la lagune de la Zaida, et je décide d’aller y faire un tour avant de quitter la région: le Centre d’interprétation me l’a conseillée. Je prends d’abord un café dans un petit bar au village de Bello, pour m’imprégner une dernière fois de cette ambiance espagnole que j’aime bien.

Aux abords de la Lagunica, entre les villages de Bello et Tornos.

Deuxième et dernier passage d’observation des grues à proximité du mirador del Canizar, avant de quitter définitivement la lagune.

Vers 11h00, il fait + 7° C. Je prends la route vers Zaida, en longeant une dernière fois la lagune côté est. J’apercevrai encore un groupe de six un peu plus tard, dans une zone cultivée. L’atmosphère se réchauffe et comme je suis moins concentré sur les grues, je remarque pas mal d’alouettes et de bruants proyer, des chardonnerets et pas mal d’autres passereaux. Finalement, je me rends compte qu’il y a bien plus de grues disséminées autour de la lagune aujourd’hui qu’hier. Elles sont même très nombreuses autour du Centre d’interprétation de Gallocanta, celui qui était fermé à mon arrivée avant-hier et où il n’y en avait aucune.

Il est midi et ma dernière vision avant de quitter définitivement la lagune est la vue sur « Los Aguanares » dont les berges commencent à se remplir de grues. Journée de grand passage? Sans doute, confirmé par le recensement que j’ai trouvé plus tard pour cet article sur le site dédié du gouvernement d’Aragon.

Source officiel du document : site internet Gobierno de Aragon

La laguna de la Zaida

Partie d’un dépliant du Centre d’Information de la réserve naturelle à Bello.

La lagune de la Zaida située à proximité de celle de Gallocanta présente un intérêt évident pour l’avifaune, avec son eau douce. Elle est alimentée par les ruisseaux descendant de la Sierra de Santa Cruz. Son seul inconvénient est qu’elle n’est pas permanente. En effet, un barrage fut construit au XVIè siècle avec une porte qui, par un accord et une année sur deux, empêche l’arrivée d’eau du ruisseau à la dépression de la lagune. Quand la porte est fermée, l’eau est détournée par un canal d’évacuation vers la lagune de Gallocanta (appelé « Acequia Nueva »). De cette manière, la terre de la lagune est cultivée pendant un an et quand la récolte est terminée, les vannes sont rouvertes à la mi-août et la lagune est à nouveau remplie d’eau. On peut y trouver un oiseau nicheur intéressant, le Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis), la Guifette moustac (Chlidonias hybrida), des vanneaux huppés, des foulques et divers canards. Et, bien sûr, … des grues, beaucoup de grues au moment où j’y suis passé!

Les années pluvieuses, bien remplie, elle a un diamètre d’environ deux kilomètres couvrant 215 ha pour une profondeur moyenne d’un mètre. Les années où la pluviométrie est moins généreuse, la surface inondée peut être beaucoup plus petite ou complètement sèche, avec les chaumes de l’année précédente dans de nombreux cas.

Vues d’ensemble de la lagune de La Zaida et de ses nombreuses grues.

Entre Gallocanta et la Zaida, j’ai l’occasion d’observer quelques petits groupes de grues en train de se nourrir un peu partout dans les champs. Une approche est parfois possible avec quelques précautions. Après avoir pris la direction de La Molina de Aragon, on tourne à droite un peu plus loin en direction de El Monastorio de Piedra et on longe la lagune sur la droite. Une piste permet de suivre les berges de la lagune côté est puis nord. La première impression est inhabituelle, le paysage ressemble à celui de champs inondés. Rien d’étonnant quand on connaît l’historique que je ne découvrirai que plus tard. Il y a vraiment beaucoup de grues, mais assez éloignées de mon poste d’observation : dans l’eau, sur la terre ferme et certaines en train de tourner : tout cela dans un brouhaha étourdissant. Un sacré spectacle! Rien à voir avec Gallocanta, où elles étaient dispersées. J’ai même le sentiment qu’il y en a bien plus ici!

Vues un peu plus rapprochées de la lagune de La Zaida et de ses nombreuses grues.

J’ai la surprise d’y retrouver Enric, rencontré la veille à « Los Aguanares ». Il était déjà venu l’année précédente et avait été déçu, la lagune était à sec : j’en ai maintenant l’explication! J’ai fait quelques clichés, surtout d’ambiance car il ne faut pas trop espérer faire des photos de proximité. Il n’y a aucune végétation pour se cacher et aucun abri. Il n’y a aucune protection particulière sur ce site mais tout est une question de déontologie. Les aubes et les crépuscules doivent y être spectaculaires, … une année sur deux. Pas de rendez-vous maintenant avant deux ans, du moins pour cette lagune! Je reprends le chemin du retour vers 14h00, très satisfait de mon séjour qui, bien que court, a été très bien rempli.

Je vais suivre les conseils de ma rencontre d’hier-soir et je décide de faire un détour à l’approche des Pyrénées, direction Ainsa pour repérer le spot des gypaètes barbus, les gorges d’Escuain. Ces gorges sont situées dans la partie sud-est du parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu, dans la province de Huesca (Aragon). La lumière s’adoucit et les paysages sont très beaux. Certains sommets sont enneigés.

Le petit village d’Escuain, où je rencontrerai plus de chats que d’habitants (village très typique en cours de restauration et complètement désert).

Vue depuis le village d’Escuain.

Gorges d’Escuain au coucher du soleil.

Dernières lumières en redescendant du village d’Escuain (route en très mauvais état).

J’arrive au village d’Escuain peu avant le coucher du soleil, en montant par une route raide (pente jusqu’à 25%), étroite, sinueuse et en très mauvais état (nids de poule et bas-côtés défoncés) avec présence de neige de temps en autre. Heureusement, je ne croiserai qu’une voiture. Le petit village a beaucoup de charme avec ses murs en pierres, ses lauzes et ses cheminées aragonaises, abandonné mais en cours de restauration. Le toit de l’église est effondré, le clocher est toujours présent. Le cimetière attenant, lui, semble entretenu et le lavoir a été restauré. J’imagine un instant la vie reprendre dans ces rues très étroites, un autre monde aujourd’hui disparu. Une antenne parabolique et 4 éclairages publics détonnent dans cette ambiance. Le village est traversé par le GR 15 et c’est le point de départ de quelques randonnées. Il fait très frais, tout est dans l’ombre. La lumière jaunit sur les parois verticales alentour. L’endroit est superbe mais il est trop tard pour observer les rapaces. Qu’importe! Je sais déjà que cela vaudra le coup d’y revenir en prenant mon temps. Direction maintenant le tunnel de Bielsa pour traverser les Pyrénées où je retrouverai la neige, qui n’a pas beaucoup fondue.

En résumé, un petit séjour très positif avec 1100 km effectués sur 4 journées complètes. Mes trois amis ornithologues de Montmesa m’ont très bien conseillé pour compléter mon séjour, je les en remercie. Ils m’avaient aussi conseillé « el Delta del Ebro ». Peut-être le but de ma prochaine sortie? Ces rencontres ont toujours été pour moi et jusqu’à présent enrichissantes.

Où loger à Gallocanta

L’un de mes trois amis ornithologues rencontrés à l’embalse de la Sotorena m’avait prévenu qu’il pouvait faire assez froid à Gallocanta, situé sur un plateau en altitude, et que je risquerai sans doute d’avoir froid si je dormais dans la voiture. Il m’a conseillé d’aller plutôt à l’auberge du village, l’Allucant, très sympathique. C’est ce qu’il faisait lui-même plutôt que de dormir dans le camping-car. Je l’ai écouté et j’ai été ravi par l’accueil, par le rapport qualité/prix, par l’amabilité du personnel, par le calme, … Le patron, Javier, est très à l’écoute et connait bien la faune locale. C’est une auberge avec lits en dortoir ou des chambres privatives et on met et ramasse son couvert. Le sentiment général qui s’en dégage est celui de la convivialité et de l’authentique. J’ai eu la surprise d’y voir affiché la mise à jour manuscrite du comptage des grues sur la lagune. Et puis, quel plaisir de baigner dans cette atmosphère prenante en entendant le chant des grues depuis l’auberge. J’y reviendrai avec plaisir.

Article rédigé le 31 mars 2019, à partir de mes photos, de constatations personnelles faites sur le terrain et de publications internet, dont principalement :

https://champagne-ardenne.lpo.fr/grue-cendree/grus/gallocanta?showall=1

14 février 2019 10h41 – La Grue cendrée (Grus grus), laguna de Gallocanta.

Les grues de l’alberca de Alboré, sur l’embalse de la Sotonera (Aragon)

Le petit village de Montmesa (Aragon) et les grues cendrées se nourrissant dans les champs, avec la gelée matinale

Séjour ornithologique en Espagne – 11 février 2019
L’alberca de Alboré, sur l’embalse de la Sotonera
pour l’observation de la grue cendrée (Nom scientifique Grus grus)

L’envol des grues cendrées au petit matin sur l’Alberca de Arboré, depuis le Corral de Antonié.

Les belles lumières d’Espagne me manquent depuis quelques jours. L’hiver est une période toujours difficile à passer ; journées courtes, peu de lumière, le froid, l’humidité, tout cela finit par me peser. Heureusement, il a enfin neigé sur les Pyrénées, l’occasion de faire des sorties raquettes. On sent quand même que le printemps arrive : la migration retour a commencé. Lundi, je partirai. Ma destination est toute trouvée, grâce à Antoine qui, lors d’une sortie raquettes vendredi, m’a parlé des grues qui s’envolaient devant lui lors d’une sortie VTT à l’embalse de la Sotorena, en Aragon. Cela suffit pour me décider.

Ce 11 février au matin, le site d’Arjuzanx dans les Landes confirme l’arrivée de grues venant d’Espagne, avec plus de 16 000 oiseaux comptés. Les prévisions météo sont bonnes en Aragon et sur les Pyrénées à partir de demain et pour la semaine. Les grues de la péninsule ibérique vont bouger. Après avoir chargé le matériel photo et quelques affaires pour dormir dans mon Partner, me voilà donc sur la route vers l’Espagne en passant par le Pourtalet. La météo d’aujourd’hui n’est pas clémente chez nous. La vallée d’Ossau est sous la pluie avec un plafond nuageux très bas. La neige est au bord de la route depuis Laruns et la température extérieure chute.

A Gabas, les prairies sont sous la neige, une quarantaine de centimètres quand même. Le labrit et les deux patous des Pyrénées de l’auberge de l’Ossau sont au chaud aujourd’hui, pas de sieste sur le perron.

Les deux pointes de l’Ossau, vues depuis Gabas par temps dégagé.

A la sortie du village, l’Ossau est dans les nuages ; l’occasion pour rappeler qu’il y a eu encore une intervention pour secourir deux randonneurs espagnols bloqués dans le couloir de Pombie-Suzon dans la nuit de samedi à dimanche (ramenés sains et saufs à 5h30 du matin au refuge de Pombie ; une intervention de nuit très particulière). La pluie s’est changée en neige maintenant. Le lac d’Artouste est en grande partie gelé. Le chasse-neige devant moi remonte vers le col, sur la route bien dégagée.

Une femelle isard (on l’appelle une chèvre) et son chevreau, à gauche.

La face sud de l’Ossau depuis le col du Pourtalet, par beau temps

Je m’arrête un moment pour photographier des isards dans la neige, avant de passer le col du Pourtalet (1794m). Le cirque d’Aneou est magnifique et il n’y a pratiquement personne ; la température est devenu négative. Après avoir passé la frontière, je suis accueilli avec un début de soleil pendant la descente vers Gallego. Il y a moins de neige sur le versant espagnol et la route est sèche. Cà y est, je me sens en vacances. Le voile du ciel disparaît et je continue ma route sous un beau ciel bleu. Il me reste environ 2h00 de route et 120 km jusqu’à ma destination d’aujourd’hui, le petit village de Montmesa (Aragon) après avoir contourné Huesca par l’ouest. J’arriverai vers 17h30 pour assister au coucher des grues.

Le petit village de Montmesa, à mon arrivée à l’observatoire.

L’Embalse de La Sotorena – Postes principaux (*) pour l’observation de la Grue cendrée

(Impression écran de la carte Google Earth)

L’Embalse de La Sotorena – Postes principaux (*) pour l’observation de la Grue cendrée

(Impression écran de la carte Mappy)

A la sortie de Montmesa, je m’engage sur une piste poussiéreuse jusqu’à un embranchement : vers la gauche se trouve l’observatoire de Montmesa, donné comme étant un bon endroit pour les photographes. À droite, La Mezquita, qui est le meilleur endroit pour voir les grands vols de grues quitter le dortoir. Le droit chemin mène au « Corral de Antonié », où sont situés quelques vieux bâtiments de ferme. De là, on voit très bien la lagune de l’Alboré. C’est le meilleur endroit pour voir l’arrivée des grues au dortoir.

Les grues las grullas Embalse de La Sotorena Alberca de Arboré Montmesa Huesca Aragon

Les grues se posent sur une île et sur les berges, au milieu des tamaris. Cliché pris depuis l’observatoire de Montmesa

Je me dirige vers l’observatoire de Montmesa. A la descente de la voiture, je suis accueilli par quelques vanneaux et un vent froid. Le périmètre de sécurité pour la quiétude des grues est assez important et j’assisterai à leur arrivée au dortoir que de très loin. Les arrivées de grues à la Sotorena pendant la migration se font tout au long de la journée mais le mouvement les plus important vers la zone humide, à l’abri des prédateurs, est au coucher du soleil.

Sur la berge, quelques grues isolées.

Les clichés ci-dessus sont pris à proximité de la berge du réservoir hors zone de quiétude, dans la direction de Santa Zilia par le « camino verde ».

La nuit tombe sur le village de Montmesa – Cliché pris depuis la route en direction de Tormés.

Après avoir pris quelques photos, je reprends la voiture pour faire le tour du lac par le sud, en prenant une piste en direction de Santa Zilia vers le bord du réservoir. Au milieu des Tamaris, j’assisterai au coucher du soleil en marchant sur le « Camino Verde »; puis, je reprends la route en repassant par Montmesa. L’obscurité arrive trop vite, sans que j’ai pu localiser l’Alberca de Alboré, où les grues se reposent pour la nuit. Je verrai çà demain! Je dors dans le Partner à Biscarrués, un petit village tranquille; je serai à peine dérangé dans mon sommeil par un chien que j’entends longuement gémir avec insistance près de moi, juste derrière la portière.

Au matin, je repars vers la Sotorena alors qu’il fait encore nuit. Il fait plutôt froid, -1°C et le ciel est magnifique sans un seul nuage ; les étoiles scintillent. Une belle journée s’annonce, la campagne est givrée. Mon Gps ne fonctionne pas à cause de la mauvaise couverture réseau mais j’ai pu télécharger la carte de la région hier-soir en me connectant à la wifi d’un restaurant ; je quitte la route à la hauteur de Puendeluna pour un chemin en direction de lAlberca de Alboré. J’ai droit à un beau lever du jour. Les flaques d’eau sur le chemin en mauvais état sont gelées, la température a encore chuté, il fait -3°C. J’arrive enfin à un point dominant la lagune, après avoir parcouru quelques kilomètres et avoir eu un doute sur ma direction au regard de l’état du chemin.

A mon arrivée, je ne suis pas seul : deux ornithologues originaires de la région de San Sébastian sont déjà à pied-d’oeuvre avec un téléobjectif et une longue-vue (digiscope). Je vais leur dire bonjour et, très sympathiques, ils m’indiquent un bon endroit pour pouvoir photographier.

Quelques grues sont déjà dans les champs environnants au nord de la lagune, en train de picorer ou de se lisser les plumes.

D’autres petits volées les rejoignent, au fur et à mesure que le soleil se lève au-dessus des monts environnants.

Les grues sont en attente çà et là entre les tamaris, sur l’herbe givrée (un petit groupe est visible tout à droite)

Les grues ont passé la nuit sur un îlot et sur les berges. Certaines volées partent vers le Nord.

D’autres volées partent vers le sud. 

Tous les clichés ci-dessus sont pris depuis le Corral de Antonié.

L’envol des grues a commencé. Rien que pour ce spectacle, cela valait le coup de venir ! Les grues se sont réveillées alors qu’il faisait encore nuit et peu après l’aube, elles quittent l’île par petits groupes pour se reposer dans les champs voisins au nord de la lagune. Elles y arrangent leurs plumes et picorent le sol à la recherche de nourriture. Au fur et à mesure que la lumière envahit le paysage, certaines reprennent la route de la migration depuis les champs et depuis les berges de la lagune. D’autres partent vers le sud : elles font sans doute partie de celles qui séjournent encore sur le site.

Il est 8h30, le soleil éblouit le paysage maintenant et les deux ornithologues me proposent de les suivre vers un autre point de vue pour continuer à observer les grues avec le soleil dans le dos. J’accepte avec plaisir. Nous prenons un chemin différent de celui de mon arrivée et d’après un poteau indicateur, j’étais au mirador El Corral de Antonié.

Au fond, le clocher de Montmesa. Les grues quittent la lagune, en direction des Pyrénées. Cliché pris en revenant vers Montmesa par le nord.

El Corral de Antonié, depuis l’observatoire de Montmesa. Une petite volée de grues vient de décoller pour aller se nourrir dans les champs.

Je suis arrivé par un chemin en mauvais état situé à gauche des bâtiments de ferme. Le bon chemin part de la droite jusqu’à Montmesa. 

Les grues dans les champs, depuis l’observatoire de Montmesa.

Direction vers le Nord.

En arrière-plan, les monts Ibériques depuis l’observatoire.

Grues arrivant du Sud.

Ce chemin en bon état fait le tour de l’Alberca de Alboré par le nord, en direction de Montmesa. La veille, j’avais hésité pour le prendre car, sans moyen pour le vérifier, je pensais qu’il se perdait dans les champs. Nous arrivons à l’observatoire de Montmesa où je me suis arrêté hier-soir. Le vent froid d’hier est tombé mais il fait toujours un peu frisquet. Le mouvement d’envol des grues depuis la lagune continue devant nous et nous observerons aussi au-dessus de nous quelques petites volées revenant du nord à basse altitude. Les vents les empêchent-elles de migrer?

Mes compagnons du jour font un séjour ornithologique avec leurs épouses en camping-car et un troisième couple nous a rejoint, toujours en camping car, vers 10h00. Nous nous retrouvons finalement à sept autour d’un bon petit-déjeuner dans l’un des camping-cars : un bon moment de convivialité! Nous échangeons autour de notre passion commune et j’arrive tant bien que mal à me faire comprendre. Heureusement, celui qui nous a rejoint en dernier fait des séjours ornitho chez nous et m’aide à traduire. Ils me conseillent un lieu incontournable pour l’observation des grues, le plus beau à leur avis de l’Espagne et dont je n’avais jamais entendu parlé : « la laguna de Gallocanta« , qui serait située à une centaine de kilomètres en-dessous de Saragoza. D’après eux, il y aurait environ 4 000 grues actuellement à La Sotorena et jusqu’à 60 000 à Gallocanta. J’avais prévu de rester dans la région de « los Mallos de Riglos » toute proche et me voilà décidé pour prospecter ailleurs. Ma décision est motivée par le fait que les meilleurs moments pour l’observation sont le lever et le coucher de soleil et qu’entre les deux, je dois me trouver une occupation. Autant faire un peu de route pour assister au coucher des grues à Gallocanta et je m’adapterai pour la suite. Je quitte à regret mes amis de fraîche date vers 11h00, ils étaient vraiment sympathiques! Ils vont continuer leur route vers le delta del Ebro. Ces moments d’échange sont précieux. Ils étaient au courant avant moi du futur lâcher de bouquetins ibériques dans les vallées d’Ossau et d’Aspe!

Les grues à la recherche des vents porteurs, dans la région d’Almudévar (province de Huesca)

Après avoir parcouru quelques kilomètres dans la direction d’Almudévar (village jumelé avec Lembeye dans le Vic-Bilh) pour rejoindre l’A23, je verrai de nombreuses volées de grues se dirigeant vers la lagune que je viens de quitter. Il fait un beau soleil, avec une température légèrement positive, +1°C. Certaines volées tournent en rond pour prendre les vents dominants, un très joli spectacle. Elles arrivent probablement de la lagune de Gallocanta, qui est leur étape précédente sur la route de la migration. Les arrivées se feront tout le long de l’après-midi sur l’île et sur les berges de la lagune. L’entrée sur l’autoroute A23 en direction de Saragoza met fin à ce spectacle. Mon Gps (qui marche à nouveau) indique 205 km et 2h15 de trajet par l’A23 entre les deux destinations, en contournant Saragoza. En-dessous de Saragoza, dans la région de Cariñena, les amandiers sont déjà en fleurs.

J’ai passé un bon moment sur ce lieu d’hivernage et j’y reviendrai avec plaisir. J’ai de quoi me renseigner efficacement pour un futur séjour. Je retiens qu’il me faudra optimiser ma période de venue en fonction de l’avancement de la migration prénuptiale consultable sur internet, qu’il n’y a que peu de possibilités de faire des clichés de proximité. Le plus beau spectacle à mon avis a lieu au mirador El Corral de Antonié mais les grues en vol passent plus près de nous à l’observatoire de Montmesa. De même, entre Montmesa et Tormos, le pied de la « Atalaya de Tormos » (tour de défense) est un très bon point de vue pour observer l’arrivée des grues du Sud, de l’Est et du Nord-Est.

La grue cendrée en Espagne

Duo se dirigeant vers les Pyrénées, depuis La Sotorena.

La grue cendrée (grus grus) a une place à part dans le cœur des hommes. C’est, je pense, le seul oiseau que l’on est tous capables de reconnaître à son chant exceptionnellement puissant et si particulier. Elle est monogame et les couples sont unis pour la vie. L’observation d’un vol en V des grues, parfois très haut dans le ciel, est annonciateur d’un changement de température et de l’arrivée de la mauvaise saison … ou du printemps.

Elle est un exemple de réussite de la préservation des oiseaux. La population européenne a augmenté de 45 000 oiseaux en 1985 à environ 300 000 aujourd’hui. Sa principale zone d’hivernage est l’Espagne où la population est passée d’environ 15 000 en 1980 (la quasi-totalité en Estrémadure) à plus 150 000 en 2007 et plus de 200 000 en 2015. Dans les trente dernières années, 2 800 zones protégées ont été créées pour lui permettre de se reposer et de se nourrir pendant la migration ou durant l’hiver. La culture intensive du maïs a offert de nouvelles possibilités de nourrissage qui n’existaient pas auparavant. Une petite partie de la population hiverne aussi en Afrique du Nord et au Portugal. Depuis quelques années, elle hiverne en France, en particulier sur le site d’Arjuzanx (Landes) et le lac de Puydarrieux (Hautes-Pyrénées) et j’aurai l’occasion d’en reparler dans d’autres articles.

Au printemps, les grues remontent vers leurs sites de reproduction en Europe du Nord, dans des pays comme l’Allemagne, la Finlande, la Norvège ou l’Estonie. Traditionnellement, elles migrent à travers la province de Huesca et elles prendront une route plus occidentale pour revenir à l’automne, par les Pyrénées de la Navarre et le Pays Basque.

Le recensement des grues cendrées hivernant en Espagne en 2017 a permis de déterminer un nombre record de plus de 255 000 oiseaux enregistrés dans onze communautés autonomes. L’Estrémadure est la plus importante avec 127 513 oiseaux, suivie de l’Aragon (55 177 ) et de la Castille-La Manche (42 141).

L’hivernage des grues en Aragon est quelque chose de relativement nouveau, favorisé par l’augmentation de la zone de culture du maïs et le riz mais aussi par l’augmentation générale de la population européenne et sa tendance hivernante plus au nord au cours de la dernière décennie. Le gros des grues hivernantes d’Aragon se trouvent dans la province de Zaragoza / Teruel (laguna de Gallocanta) et dans la province de Huesca.

Pour Huesca, il y a deux zones habituelles et dans chacune, il peut avoir jusqu’à 1 000 – 3 000 oiseaux : l’embalse de La Sotorena à Montmesa (ci-dessus) et le Cinca Medio (plus précisément dans la région entre Selgua et Castelflorite).

Dans la province de Zaragoza, la région de Las Cinco Villas est une nouvelle zone d’hivernage ces dernières années. Il y aurait jusqu’à 5 000 – 6 000 oiseaux. Elles se reposent à l’automne dans les chaumes de maïs et, de préférence, dans les zones inondées où le riz a été récolté. Elles y cherchent leur nourriture et elles y dorment pendant plusieurs jours. Le froid les oblige à descendre dans les endroits plus chauds du sud de l’Espagne, en Estrémadure des mouvements sont observés pendant l’hiver et la population n’est pas stable. Elle feront aussi une halte au printemps suivant les conditions météorologiques. On peut les observer dans les environs d’Ejea de los Caballeros où les grues ne se concentrent pas dans un endroit donné mais se dispersent sur plusieurs dortoirs reliés les uns aux autres.

En janvier 2018, la faible pluviométrie en Aragon a entraîné un niveau d’eau très faible dans la plupart des zones humides du bassin de Gallocanta, la plus importante zone d’hivernage de la grue en Aragon. L’ensemble des rizières et des cultures irriguées de la région de Las Cinco Villas et d’Ejea de los Caballeros est alors devenu la principale zone d’hivernage de l’espèce (en particulier à Valareña-El Bayo, Plano de Buena Vista, Sopeña et Turruquiel), accueillant près de 60% de l’ensemble des grues hivernantes en janvier. Le secteur du Cinca Medio dans la province de Huesca a suivi en importance, dans les rizières de Selgua et Monzón où 1 500 oiseaux ont été dénombrés.

L’Embalse de la Sotonera et l’Alberca de Alboré

En Aragon, l’espace choisi par les grues pour passer l’hiver est l’embalse (réservoir) de La Sotonera, lieu privilégié pour l’observation de ces oiseaux. Dans les eaux peu profondes et sur les berges bordées de tamaris, des volées d’anatidés et autres oiseaux aquatiques viennent également hiverner. Ce réservoir est aussi un lieu de pêche : bien que peuplé de plusieurs espèces très sportives, les populations sont généralement faibles avec peu de spécimens adultes. Plusieurs milliers de grues y séjournent de novembre à février, rentrant au coucher du soleil. La Sotonera est protégée en tant que Zone Spéciale de Protection des Oiseaux (ZEPA en espagnol).

D’après les statistiques consultées et plus ou moins complètes selon les années, la population de grues hivernantes n’y est pas stable. La population pour la saison 2017/2018 était en moyenne de 4 000 oiseaux pour seulement 2 000 la saison précédente. Je n’ai pas trouvé de recensement pour la saison 2018/2019; je pense, comme mes amis ornithologues, qu’il devait y avoir autour de 4 000 grues lors de mon passage avec beaucoup d’arrivées par le sud en fin de matinée du 12 février 2019.

La Sotonera est un grand réservoir situé à 20 km à l’ouest de Huesca et construit en 1963. A la queue du réservoir, il existait déjà une ancienne lagune isolée construite il y a plusieurs siècles et entourée de tamaris, l’Alberca de Alboré. Elle fait maintenant partie du réservoir avec la montée des eaux. Bien que peu connue, l’Alboré est devenue ces dernières années la deuxième zone de repos de la grue cendrée sur sa voie de migration prénuptiale de printemps, après Gallocanta. Par sa position stratégique sur cette voie, c’est le dernier arrêt pour les grues qui veulent traverser les Pyrénées entre mi-février et mi-mars et elles y prennent des forces. Les recensements maximum de grues de passage à La Sotorena entre le 15 février et le 15 mars par période de 5 ans ont été multiplié par onze, passant de 7 500 en 1985/1989 à 69 000 en 2010/2014 et 82 500 en 2015.

Leur présence à la Sotorena est très influencée par les conditions météorologiques. Bien que les grues ont l’intention de rester le moins longtemps possible à La Sotorena et voudraient repartir dès le lendemain, le nombre d’oiseaux s’accumule avec une météo défavorable, quand les vents forts et les précipitations les empêchent de traverser la chaîne de montagnes. Elles arrivent dans l’après-midi par le sud et vont se poser à l’Alboré. Les jours de grandes arrivées, les grues se posent d’abord sur l’île du réservoir pour se reposer et se déplacent plus tard vers les tamaris sur les berges et les eaux peu profondes de l’Alboré.

Le moment le plus spectaculaire est le matin avec une absence de vent, alors qu’elles s’envolent du dortoir pour traverser les Pyrénées. Dans la nuit du 02 au 03 mars 2015, un record de 82 275 grues a été enregistré sur la Sotorena. Au matin, 80 475 d’entre elles sont reparties pour disparaître par les sierras de Riglos, Loarre et Gratal. Cette année-là, une étude importante sur la migration prénuptiale a été effectuée par le Grupo Ornitológico Oscense, afin de connaître 1) le nombre de grues passant par la province de Huesca, 2) l’utilisation de la Sotorena comme dortoir, 3) les routes de la migration printanière et 4) comment l’oiseau s’adapte aux conditions météorologiques.

L’association a ainsi calculé qu’entre le 15 février et le 15 mars 2015, au moins 277 000 grues ont traversé les Pyrénées vers le nord de l’Europe. En dehors de quelques spectaculaires exceptions où elles sont aidées par de rares occasions thermiques, les grues ne sont pas capables de traverser les hautes montagnes des Pyrénées avec des sommets de plus de 3 000 mètres; elles passent dans la partie occidentale. Bien que les vents les entraînaient parfois vers les Pyrénées centrales, elles reviennent à l’ouest pour entrer en France par la Navarre (21 000) à Roncevaux (949m) ou par Huesca (256 000) en remontant les vallées de Hecho et Ansó, en face de la zone comprise en gros entre Lescun et Sainte-Eugrâce. Une minorité de grues a remonté la vallée de Gallego pour passer au Pourtalet (1794m). 90% des grues ont migré entre le 18 février et le 3 mars, avec une date médiane au 02 mars. Presque toutes les grues venaient de la lagune de Gallocanta et elles ont dormi à La Sotonera avant la traversée. La distance Gallocanta – la Sotonera en ligne droite est de 140 km mais les grues ne choisissent pas le chemin le plus court; celui-ci est influencé par le « cierzo », le vent fort qui souffle dans la vallée del Ebro depuis l’ouest/nord-ouest.

Petite volée revenant du nord et passant au-dessus de l’observatoire de Montmesa.

L’association précise aussi que des observateurs ont vu des grues exploratrices, de petits groupes sortant du dortoir de La Sotorena pour explorer le temps qu’il fait au nord pour revenir et le communiquer à leurs congénères à travers les sons et les mouvements de la tête, des observations particulièrement fascinantes.

Article écrit le 11 mars 2019 à partir de mes clichés, de mes observations personnelles sur le terrain, d’une publication internet et de sites web que je cite :

http://www.aragonnatuur.com/documents/grullasgoo2015webcopia.pdf

http://www.avesdehuesca.es/ 

www.grus-grus.eu/

L’article suivant sera consacré aux grues de « la Laguna de Gallocanta ».

13 février 2019 – Envol des grues de la lagune de Gallocanta, vers l’embase de la Sotorena puis les Pyrénées.

Balade au lac de Corbères (04 février 2019)

Le lac de Corbères est une retenue collinaire du Vic-Bilh, utilisée pour l’irrigation du maïs. D’une superficie de 22 hectares, ce lac abrite des espèces autochtones nicheuses (colverts, hérons cendrés, grèbes huppés, martins pêcheurs, gallinules poule-d’eau, foulques macroule, cormorans, etc.), des hivernantes (sarcelles d’hiver, bécassines, vanneaux, etc.) et il est une halte sur la route de la migration avec le Balbuzard pêcheur, parfois quelques grues cendrées pour une nuit, certains anatidés comme le canard Souchet photographié aujourd’hui …

On y rencontre aussi l’Aigrette garzette, la grande Aigrette, le héron bihoreau, des limicoles (bécasseaux, échasses blanches, …). On peut y faire des photos sympas.

Une colonie importante de hérons garde-boeufs fréquente les prairies à bétail aux abords du lac.

La Sitelle torchepot. Ce lac a aussi un sentier de promenade ombragé, interdit à la circulation automobile. La végétation permet d’approcher et d’observer les locataires du lac sans les déranger. On y rencontre pas mal de passereaux divers et variés.

Passage d’un Elanion blanc, qui se plaît bien dans le Vic-Bilh.

Envol d’un canard Souchet mâle (en cours de migration) et d’une sarcelle d’hiver mâle. Le canard Souchet est rare dans le Vic-Bilh.

Envol matinal des sarcelles d’hiver au-dessus du lac.

Colonie de Grèbes huppés au milieu du lac. Le Grèbe ne s’approche du bord que très peu à cette période de l’année.

Grèbe huppé avec son plumage d’hiver

La pluviométrie est en déficit par rapport à une année normale. On voit sur la végétation les stigmates d’un niveau normal (c’est-à-dire, quand l’eau déborde au déversoir).

Toute cette végétation est normalement sous eau. 

La végétation non inondée attire de nombreux locataires.

Chevrette de Janvier (30 janvier 2019)

Petit tour dans la soirée en bordure des champs de maïs ramassé, dans les environs de Gerderest. Une chevrette curieuse fait le spectacle.

Le couple à la lisière du champ en hivernage; les brocards sont toujours les derniers à sortir.

La chevrette est curieuse, elle s’est s’avancée.

Le mâle enfin s’avance. Il restera toujours en retrait par rapport à la femelle.

La chevrette s’est approchée de moi. 

Elle hésite!

Elle balance la tête, renifle l’air!

Elle n’a pas compris qui est là mais elle préfère faire demi-tour! Elle ira rejoindre le brocard resté prudemment en arrière. Puis, finalement, ils vont disparaître tous les deux au travers des ronces qui envahissent la bordure du sous-bois.

Lumières sur la chaîne des Pyrénées depuis le Vic-Bilh (26 janvier 2019)

Les lumières du couchant sur la chaîne des Pyrénées depuis les hauteurs du Vic-Bilh sont magnifiques depuis quelques jours ; un aperçu dans la direction du pic d’Anie (cirque de Lescun).

Lumières en direction du sud, vers l’Espagne. Au-dessus de l’horizon, la ligne THT EDF 400 kV venant de Marsillon (près de Lacq-Artix) et se dirigeant vers la gauche dans la direction de Toulouse et … plus loin.

 

Soleil couchant sur la chaîne des Pyrénées depuis le Vic-Bilh

Tout à gauche, le Visaurin (2670m), situé en Espagne dans la province de Huesca. Il est situé entre les massifs d’Aspe et d’Anie; c’est le plus haut sommet pyrénéen rencontré en venant depuis l’océan Atlantique. Pratiquement au milieu, le pic d’Anie (2504m) faisant partie du cirque de Lescun.

Depuis longtemps, ce bouquet de pins situé sur une crête vers l’ouest en direction des Pyrénées du Pays Basque attire mon regard. Le Pin est un arbre peu courant dans le Vic-Bilh, qui est plutôt dédié aux chênes et châtaigniers.

Le Chevreuil dans le Vic-Bilh (Béarn)

(Chevrette curieuse).

Le Chevreuil  dans le Vic-Bilh (Béarn)

Un mois de février en velours

(Les clichés d’illustration sont pris en majeure partie au mois de février).

(Sous le soleil matinal – Brocard au début de la repousse des bois).

(Brocard au gagnage dans une prairie).

Nous ne sommes que le 23 février, mais tout se passe comme si le printemps était déjà là. Les belles journées ensoleillées se succèdent depuis plusieurs jours. Les jonquilles, les primevères, les pervenches, les mimosas,  les pommiers du Japon … sont en fleurs. Les abeilles butinent les merisiers et les pruniers sauvages, les merles chantent au lever du jour et au coucher du soleil, accompagnés le soir par les grives. Les grues ont entamé leur migration retour.

Les chevreuils profitent de ce renouveau. On les voit plus souvent dans les prairies et dans les champs de maïs ramassé, où ils se repaissent d’herbe tendre. Aussi, la période de chasse qui les poussent à la méfiance arrive bientôt à sa fin, le 28 du mois; les palombes repartent et les sous-bois sont moins courus.

Le chevreuil (Capreolus capreolus) est un animal que j’aime pour sa finesse et son élégance et le Vic-Bilh est une région où il est bien représenté. Le biotope s’y prête, mélange de terres à polyculture, de prairies et de forêts de chênes, de châtaigniers et d’acacias. Il prospère tout en étant régulé comme partout ailleurs par des plans de chasse.

(Deux femelles sont hors champ. Ce groupe formé pour la mauvaise saison est sur le point de se séparer)

(Un brocard et 4 chevrettes dont 2 jeunes, sous la gelée matinale).

Il a passé l’hiver en petits groupes familiaux qui vont bientôt se défaire. Ici, l’habitat est dispersé au milieu d’exploitations agricoles constituées de parcelles morcelées ; humains et chevreuils vivent plutôt bien ensemble. Les meilleurs moments pour le rencontrer et le photographier sont le matin et surtout le soir.

Dans le Béarn et même plus loin, le chevreuil est souvent appelé, à tord bien sûr, biche. J’ai essayé de corriger cette erreur auprès de pas mal d’amis mais cela reste ancré dans les mœurs. On ne peut pourtant pas les confondre, cerfs et biches ne sont pas présents dans le Vic-Bilh et la morphologie est bien différente. Il arrive qu’un cerf élaphe soit de passage chez nous à la période du rut mais c’est tout. Les grands cervidés fréquentent le piémont pyrénéen et la forêt landaise.

Un peu de terminologie

A gauche, une jeune chevrette en train de muer

Au centre, un jeune brocard (avec toujours ses velours et en train de muer) et une femelle adulte

A droite, une femelle (présence de la brosse vulvaire) adulte (la mue  n’a pas commencée) en arrière-plan 

et un mâle plus âgé que celui du centre, en train de perdre ses velours 

L’appellation « chevreuil » s’applique indifféremment au mâle et à la femelle. La femelle du chevreuil est la « chevrette ». Le jeune s’appelle le « faon » jusqu’à l’âge de 6 mois puis « chevrillard » de 6 à 12 mois, et cela quel que soit le sexe. Vers le sixième mois, c’est-à-dire vers le mois de novembre, deux protubérances osseuses commencent à apparaître sur l’os frontal du jeune mâle, sous velours. Ce sont les futurs pivots. Les premiers bois ne se forment que plus tard, de mars à juin.

Le chevreuil du Vic-Bilh Barn brocard chevrette faon chevrillard daguet

(Au centre, chevrillard avec ses tout premiers bois, très petits).

A un an, le chevrillard mâle, devient un « brocard » pour le restant de sa vie; il porte deux petites dagues fourchues ou non, mais sans les meules qui n’apparaîtront qu’à la prochaine repousse. La meule est le renflement situé à la base des bois, en forme d’anneau et portant de nombreuses excroissances appelées pierrures. Elle fait le lien avec le pivot déjà cité.

Les tout premiers bois du brocard sont de petite taille, plus petits que les oreilles. Seul le mâle porte des bois, caducs, qui tomberont tous les ans à l’automne! La maturité sexuelle commence pour les deux sexes au début de la seconde année ; elle est également conditionnée par son poids pour la femelle.

Dès la deuxième année, chaque bois va s’orner à sa partie supérieure de pointes. La pointe peut s’appeler également « cor » ou « andouiller », indifféremment. La tige centrale entre la meule et la pointe est le merrain, qui a des perlures ressemblant à des gouttelettes; on dit que le bois est « perlé ».

Quelques informations utiles sur le chevreuil

(Beau brocard en pleine force de l’âge, à la nuit tombée).

Le chevreuil adulte pèse entre 15 et 30 kg en moyenne, selon les territoires et la densité de population  (à âge égal et dans de bonnes conditions de nourriture, la femelle est un peu plus petite et plus légère de 2 à 3 kg). En cas de surpopulation, la corpulence des animaux diminue, ainsi que la résistance aux maladies. Pour information, le cerf élaphe adulte pèse entre 160 et 250 kg et la biche, entre 90 et 150 kg : il est donc difficile de confondre un cerf avec un chevreuil, même de loin. Ce poids n’est qu’un ordre d’idée représentant des fourchettes mini/maxi et les chiffres dépendent des sources consultées. Pour le chevreuil et le cerf élaphe, la taille est fortement influencée par l’habitat. Elle augmente des Pyrénées vers l’est de la France et on trouve les plus grands spécimens en Lorraine, dans le Jura et dans les Ardennes.

(Deux photos de brocard. En haut, on voit les bois naissants, donc aucun problème d’identification. En bas, absence de la brosse vulvaire).

Après la chute des bois à l’automne, un moyen de différencier les mâles des femelles est la tâche claire et érectile située sur le fessier, que l’on appelle le miroir : en forme de haricot (partie convexe dirigée vers le haut) chez le brocard et de cœur inversé chez la chevrette. Cela ne me paraît pas d’ailleurs toujours évident de faire la différence. Ce miroir (appelé aussi roze) est blanc en hiver et jaunâtre en été. Il double de taille quand il est hérissé et avertit les congénères en cas de danger.

(Présence de la brosse vulvaire en partie basse du miroir chez la femelle, à gauche).

(Chez ce couple d’âge mûr, la femelle est un peu plus petite que le mâle et on voit bien la brosse vulvaire de profil).

La chevrette possède à la base du miroir une fausse queue constituée de long poils clairs, la brosse vulvaire, bien visible de profil (le chevreuil n’a pas de queue). Quant au brocard, on peut repérer de profil son pinceau pénien. L’aspect général de l’animal, vu de loin, est aussi une indication :  pour le brocard, la partie antérieure de son corps est plus large que la partie postérieure; chez la chevrette, au contraire, le centre de gravité est placé vers l’arrière-train.

« Triste mine »

Le chevreuil subit deux mues par an, à l’automne où son poil vire progressivement au gris-brun, bien épais, et au printemps : il devient alors d’une belle couleur roux vif et ras. La mue de printemps est brutale et la perte des poils lui donne vraiment une triste mine. Elle a déjà commencé et sera bien visible sur tous les sujets d’ici 3 à 4 semaines. La mue est plus précoce chez les jeunes. La chute des poils débute par la tête, le cou puis les membres et enfin le tronc.

Le chevreuil, contrairement au cerf, boit très rarement. Il se désaltère grâce à la rosée matinale .

Quelques informations sur les faons

Faon de biche, avec sa robe semée de taches disparates,

à ne pas confondre avec le faon de la chevrette, dont les taches sont alignées.

Les faons naissent entre la mi-mai et la mi-juin pour la plupart ; ils sont tachetés pendant les deux premiers mois de leur vie. Les taches sont alignées sur le dos et sur les flancs contrairement à celles du faon de cerf qui sont éparses. Les taches blanches s’estompent et disparaissent en octobre au plus tard. Lorsqu’ils naissent, les faons n’ont pas d’odeur corporelle dans les premières semaines de leur vie, particularité qui les protège de certains prédateurs comme les chiens errants et les renards. Une heure après la naissance, les jeunes se tiennent déjà debout sur leurs pattes, puis ils font leurs premiers pas.

Les portées sont de deux petits en moyenne (mâle et femelle), plus rarement trois. Le nombre est conditionné par le poids de la femelle; plus elle est lourde et plus elle a des chances de mettre bas un nombre conséquent de petits, mais un poids autour de 20 kg minimum est nécessaire. La taille de la portée est généralement de 2 faons (20 à 22 kg = 1 faon, 22 à 25 kg = 2 faons) . Elle peut atteindre 3 jeunes dans les milieux particulièrement favorables.

(A droite, un chevrillard avec ses premiers bois recouverts de velours. Il vit encore avec sa mère et sera bientôt chassé).

Le sevrage est achevé en octobre-novembre mais les petits restent avec la mère jusqu’à l’approche de la mise-bas suivante, à la fin du printemps, et sont ensuite chassés. Ils partent alors à la recherche d’un territoire disponible.

La mortalité est importante chez les faons ; dans les cas de naissances multiples, je vois la plupart du temps l’un des deux petits disparaître assez vite : par prédation (chiens errants, renards, sangliers …), accidentellement (réseau routier, noyade …), ou tout autre raison. La période des foins et des moissons est dramatique pour eux : en effet, le réflexe nature du faon encore très jeune est de se tapir au lieu de s’enfuir à l’approche de la faucheuse ou de la moissonneuse qui ne peut le voir et l’accident est fatal. Ils sont parfois infestés par les tiques, comme d’ailleurs leurs parents. La mortalité peut aller jusqu’à 90 % à la fin du premier hiver.

Mode de vie du chevreuil

(Très beau brocard, dans la force de l’âge).

Le chevreuil est sédentaire et reste toute l’année sur le même territoire, d’une superficie d’une vingtaine d’hectares environ mais variable suivant les ressources en nourriture.

(Groupe au gagnage après le coucher du soleil).

A l’approche du printemps, les petits groupes familiaux constitués à l’automne et pendant l’hiver se séparent et les mâles, solitaires sauf à la période du rut, retrouvent leurs comportements territoriaux jusqu’à la fin août. A la période du rut de mi-juillet à la mi-août, le mâle le défend farouchement et laisse son empreinte olfactive en frottant les glandes situées à la base de ses bois sur les troncs d’arbre et en grattant la terre.

(Brocard sur sa « couchette » dans un champ de luzerne, un soir d’été).

Le chevreuil alterne les phases d’activité et de repos dans la journée, mais il va de préférence au gagnage au lever du jour et au crépuscule. Il s’approche facilement des habitations les jours de mauvais temps. Quand il fait partie d’une troupe, le brocard sort le dernier à découvert, très méfiant. Le chevreuil est également actif la nuit. Quand il a décidé de se reposer, on peut parfois l’observer à la lisière du bois, au crépuscule, en train de tourner en rond tout en grattant le sol avec ses pattes avant pour en dégager la végétation, avant de se coucher en boule. Ces « couchettes » est une indication de leur présence.

Le chevreuil a une mauvaise vue surtout basée sur le mouvement, mais un excellent odorat et l’ouïe fine. Si un danger est identifié, il détale prestement. Dérangé, il émet pendant la fuite une série d’aboiements rauques ressemblant à ceux d’un chien, un signe d’inquiétude face à un danger potentiel non identifié, ou de colère! En sécurité dans le sous-bois et si le danger n’est toujours pas identifié, il répète longuement son cri avant de s’éloigner définitivement.

D’un naturel curieux et si quelque chose attire son attention, le chevreuil s’approche par étapes prudentes et s’arrête en bougeant la tête dans tous les sens pour chercher à identifier ce qui l’intrigue. S’il ne nous a pas repéré, il y a quelques opportunités pour faire de beaux clichés de proximité.

Les bois perdus en octobre-novembre ont commencé à repousser aussitôt durant l’hiver. Pendant cette repousse, ils sont recouverts d’une peau appelée velours qui protège et nourrit les bois pendant leur croissance. Quand celle-ci s’achève, l’irrigation du velours cesse et ce dernier se dessèche. Il va alors tomber en lambeaux que le chevreuil élimine en se frottant sur les écorces des arbres tout en occasionnant quelques dégâts, de mars à avril suivant les sujets. Les vieux brocards perdent leurs bois les premiers et les nouveaux bois seront alors opérationnels avant ceux des plus jeunes ; ils ont ainsi une longueur d’avance pour défendre leur territoire face aux générations « montantes ».

Comment avoir une idée empirique de l’âge d’un brocard

On arrive à déterminer approximativement l’âge du chevreuil par l’examen de sa denture; cela ne peut se faire que sur un individu prélevé. Sur un brocard bien vivant, la détermination de son âge est possible par sa tête mais c’est une chose peu facile, plus empirique. Les formes les plus classiques pour les bois (indépendantes de l’âge), sont le daguet, le 4 cors (avec deux andouillers antérieurs), et le 6 cors (un troisième andouiller vers l’avant). L’andouiller le plus bas est toujours dirigé vers l’avant. Un chevreuil âgé de 7 à 8 ans est déjà considéré comme étant vieux, pour une espérance de vie maximale de dix à douze ans.

(Brocard au début de sa 2ème année; ses premiers bois ont poussé et il ne vit plus avec sa mère).

_Le brocard d’un an a un cou long et frêle. Sa tête porte deux dagues de la longueur des oreilles.

(Daguet, ou  brocard « assassin »)

_Le brocard de deux ans a un cou moins mince; il porte une tache blanche au-dessus du noir des naseaux. Le bois est déjà creusé de gouttières. Chaque bois a deux cors (andouillers antérieurs) et parfois, dans de bonnes conditions, un embryon plus ou moins développé d’un troisième cors (andouiller vers l’avant). Aussi, un brocard de 2 ans peut ne posséder que 2 simples dagues – d’où le nom de « daguet » donné à l’animal à ce stade de sa vie. Un brocard portant des bois dépourvus d’andouillers est appelé brocard « assassin ». En effet, lors de combats à la période du rut, aucune garde ne vient arrêter les pointes qui peuvent se planter profondément dans les flancs ou le crâne de l’adversaire.

_Le brocard de trois ans a un cou épaissi, au front gris foncé et la masse du corps se porte sur l’avant. Les bois sont jolis, ne sont ni épais, ni encore bien perlés et ils ont chacun trois beaux cors bien marqués. La meule est plus grosse mais moins longue. Un brocard de deux à trois ans est considéré comme jeune.

_Les brocards à partir de quatre ans n’ont plus la tache blanche nasale. Les bois continuent à avoir trois cors chacun. Un chevreuil de 4 à 5 ans est considéré comme mature et possède alors ses bois les plus massifs.

_Le nombre de cors n’augmentera plus par la suite, les perlures deviendront plus abondantes, les gouttières plus profondes, les meules tendront à se rapprocher jusqu’à paraître soudées l’une à l’autre. Le nombre de cors n’est pas fonction de l’âge et ce nombre peut diminuer quand l’animal vieillit.

_Dès l’âge de 6 ans, le mâle devient un brocard âgé et la masse de ses bois régresse. Les cors d’un animal âgé de 7-8 ans sont courts et émoussés, les perlures sont rares.

Les vieux brocards muent plus tard que les jeunes. Quelques vieux sujets des deux sexes portent une « serviette », tache claire et ovale sur le poitrail, à la base du cou, parfois en deux parties.

En France, le chevreuil est une espèce classée gibier et soumise à des plans de chasse obligatoires depuis 1978. Aujourd’hui, on estime à 1,5 million le nombre d’individus et les prélèvements par les plans de chasse de la saison 2016/2017 est de 580 000.

Aucune menace ne pèse sur l’espèce, la population augmente régulièrement.

Article rédigé le 23 février 2019 à partir de mes photos, de constatations faites sur le terrain et de données trouvées sur internet, dont :

http://www.jyrousseau.com/le_chevr.shtml

http://dianehautsbosc.canalblog.com/archives/2007/07/27/5555197.html

Le Gypaète barbu

Le Gypaète barbu

(Nom scientifique : Gypaetus barbatus)

2018, une année riche en rencontres 

Le Gypaète barbu est le plus grand rapace d’Europe, et aussi le plus rare. Le rencontrer est, pour moi, un véritable cadeau venu du ciel.

8 mars 2016 17:00 – Mon premier gypaète barbu sur le plateau du Benou, encore enneigé (Vallée d’Aspe)

J’ai photographié mon tout premier gypaète barbu début mars 2016, lors d’un « bol d’air » pris en vallée d’Aspe, sur le plateau du Benou. La neige était encore présente. A la fin de la journée qui avait été plutôt maussade et alors que je surplombais le village de Lescun, j’ai aperçu cette forme inhabituelle qui descendait la vallée pour disparaître derrière la montagne. Pensif, je continuais à admirer ce beau cirque de Lescun avec ses sommets mythiques comme les aiguilles d’Ansabère, les deux Billare, … quand quelque chose me fit me retourner instinctivement. C’était lui, se dirigeant droit sur moi à basse altitude, majestueux! Mon cœur bondit ! Sans crainte, il plana devant moi, silencieux. Quelle noblesse! Puis il s’éloigna en m’observant toujours du coin de l’œil (comme j’ai pu le constater sur mes clichés) avant de disparaître. Contrairement aux vautours, il est plutôt rare qu’il fasse une nouvelle passe. De toute façon, au vu de ce qu’il tenait entre ses serres, il allait à son nid. Quel souvenir ! Cette rencontre a été pour moi un véritable privilège.

Je n’ai plus revu de gypaète jusqu’en septembre 2018. Ces derniers mois ont été riches en événements ; cinq rencontres dans cinq endroits différents. Ce fut pour moi un festival d’apparitions : en vallée d’Ossau à deux reprises, en vallée d’Aspe, en vallée d’Aure et en Haute-Garonne. Le gypaète est manifestement un oiseau curieux : trois d’entre eux sont venus me voir à quelques mètres à plusieurs reprises.

26 septembre 2018 14:00 – Gypaète barbu adulte passant devant l’Ossau, cliché pris depuis le col d’Ayous  avec une focale de 200mm, insuffisante

28 septembre 2018 11:15 – Gypaète barbu au sommet d’un col lors d’une randonnée en vallée d’Aure

02 octobre 2018 12:00 – Gypaète barbu juvénile à la Hourquette Chermentas (Hautes-Pyrénées)

11 octobre 2018 16:30 Gypaète barbu au port de Balès (1755m) entre la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées 

19 octobre 2018 14:30 – Gypaète barbu immature et bagué,  au pied de la face sud de l’Ossau

23 novembre 2018 13:40 – Gypaète barbu au début d’une averse de neige, en vallée d’Aspe

Description du Gypaète barbu

11 octobre 2018 16:30 Gypaète barbu au port de Balès (1755m) entre la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées 

Les deux sexes sont semblables, avec la femelle plus grande que le mâle. Le gypaète barbu tient son nom des « mèches » de plumes noires qui encadrent son gros bec recourbé, en formant une barbiche. Il est facilement reconnaissable à l’âge adulte grâce à la couleur rouille orangé de son plumage ventral. Cette couleur n’est pas génétique, elle provient d’une teinture due à des bains répétés d’eau ou de boue ferrugineuses. Les yeux sont jaunes, entourés d’un cercle d’un rouge intense qui lui donne un regard menaçant. Le bec est fort et puissant, aplati latéralement et très crochu. Les pattes sont emplumées. La tête est de couleur crème. Un masque noir entoure ses yeux, et les deux parties du masque se rejoignent sur le haut de la tête, en une fine ligne noire. Ses épaules et ses ailes sont formées d’un plumage ardoisé. Chacune de ses plumes est ornée d’une raie blanche. Il pèse entre 5 et 7 kg pour une envergure entre 2m50 et 2m80. Il peut vivre longtemps, plus de 30 ans.

Gypaète barbu juvénile poursuivi par un Crave à bec rouge 

19 octobre 2018 14:30 – Gypaète barbu immature et bagué au pied de la face sud de l’Ossau, dans le brouillard qui sévira une bonne partie de la randonnée

L’immature est brun, avec la tête noirâtre. Il acquiert son plumage adulte après 6 ans.

Habitat

Le Gypaète est sédentaire et vit chez nous toute l’année en haute montagne, généralement en couple. Leur territoire s’étend sur plus de 50 000 ha, entre 700 et 2300 m environ et comprenant des sites de falaises et surtout de grandes zones de pâtures et d’éboulis où l’oiseau trouve sa nourriture. Il le défend âprement contre l’intrusion de ses congénères.

11 octobre 2018 – Gypaète barbu adulte poursuivi par un grand Corbeau

Il est peu agressif et poursuit rarement les oiseaux qui s’approchent de son nid. Je l’ai vu à plusieurs reprises être pris à partie par bien plus petit que lui sans réaction autre que continuer son chemin.

Lors de journées ensoleillées, … ou pas, on peut apercevoir sa silhouette longiligne aux ailes effilées et à la queue en losange haut dans le ciel, planant au-dessus de son territoire à la recherche de nourriture.

Reproduction

11 octobre 2018 16:30 – Un couple de Gypaètes barbus au Port de Balès (1755m)  entre la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées

Le Gypaète barbu vit en couple et reste fidèle à son partenaire. La parade nuptiale a lieu à l’automne vers la mi-novembre (novembre-décembre). A cette occasion, le couple se livre à des jeux aériens, des vols synchrones, des offrandes, des courbettes ou encore à des soins respectifs.

Le couple construit ou aménage un de ses nids, dans des anfractuosités de falaises inaccessibles et bien à l’abri des intempéries. Les nids sont occupés à intervalles de 4 ou 5 ans, afin de permettre la disparition des parasites accumulés. Il est situé le plus souvent entre 1 500 et 1 800 mètres. Les matériaux utilisés sont multiples : branches, herbes, laine de mouton, poils d’origine animale, ossements, morceaux de peau, …

La femelle gypaète dépose un ou deux œufs début janvier (entre décembre et février). L’incubation dure environ de 55 à 60 jours. Elle est assurée de façon alternée par le mâle et la femelle et se poursuit après l’éclosion jusqu’à ce que le jeune poussin soit apte à réguler sa température. En général, le poussin le plus malingre périt, affamé par le plus vigoureux. Le femelle s’occupe attentivement du petit, et reste au nid pendant plusieurs jours. Le mâle apporte la majeure partie des proies et des os. Le jeune s’envole vers la mi-juillet et est nourri par les parents pendant encore 1 à 2 semaines après son envol.

Le jeune quitte le territoire vers la fin juillet et présente un fort erratisme qui l’entraîne sur toute la chaîne pyrénéenne avant de revenir progressivement s’installer le plus souvent près de son territoire de naissance. Il atteint la maturité sexuelle vers l’âge de 8-10 ans.

Alimentation

8 mars 2016 17:00 – Mon premier gypaète barbu sur le plateau du Benou (Vallée d’Aspe)

Le Gypaète barbu contribue à l’élimination des carcasses en montagne. Les 3/4 de sa nourriture sont constitués d’os, de pattes, de tendons et de ligaments. Il repère les cadavres de moutons ou d’isards et attend que les vautours aient nettoyé la partie molle pour se servir. Il se saisit des os et quand ceux-ci sont trop volumineux, il les laisse tomber d’une hauteur de 50 à 100 mètres sur des pierriers pour les briser. Il recommence autant de fois qu’il est nécessaire. C’est la raison pour laquelle on le surnomme « le casseur d’os ». Son gosier élastique est large et il peut engloutir directement des os entiers qui sont dissous par les sucs digestifs.

Population, répartition et menaces sur le Gypaète barbu

28 septembre 2018 11:15 – Gypaète barbu au sommet d’un col en vallée d’Aure

« En France, il est présent dans les Pyrénées, en Corse. Il a été réintroduit avec succès dans les Alpes et récemment dans les Cévennes. Le Parc national des Pyrénées a constitué, avec le Pays basque, la zone de sauvegarde du Gypaète barbu. Depuis 50 ans, le nombre de couples a augmenté, passant de 3 à 4 couples dans les années 1950 pour atteindre, en 2016, 14 couples dans le Parc national des Pyrénées. 2 à 4 couples sont présents dans chacune des vallées. Menacé de disparition, le Gypaète barbu fait l’objet d’un suivi scientifique important en France et en Espagne. Cette espèce fait l’objet d’un plan national de restauration. Depuis 20 ans, le Parc national apporte un complément alimentaire à certains couples en hiver pour aider à l’élevage du jeune. Une surveillance annuelle est faite pour éviter les abandons de nids suite à survol d’hélicoptères ou autres intrusions ».

Le gypaète barbu est le rapace le plus rare d’Europe. Dans l’ensemble des Pyrénées, le nombre de couples est passé de 61 en 1995 à 160 en 2018, dont 43 sur le versant français. Treize jeunes se sont envolés l’été dernier, nés au sein d’un espace protégé plus à l’abri des dérangements. Rien n’est définitivement gagné, notamment à l’extrémité ouest du massif où la population est en déclin (il ne reste plus que 2 couples au Pays Basque contre 4 en l’an 2000) et où les gypaètes se reproduisent mal à cause de dérangements fréquents aux abords de leurs sites de nidification : survols, travaux bruyants, chasse en battue, fréquentation routière, sports de nature, écobuage, etc.

Le principal prédateur du gypaète était l’homme qui l’a chassé avant qu’il soit protégé en avril 1979 (convention de Berne).

Aujourd’hui, les premiers ennemis de l’oiseau sont souvent les lignes électriques et les câbles des remontées mécaniques. Des mesures de prévention ont été prises pour éviter les échecs de reproduction dus à l’impact des activités humaines comme le survol des nids par les hélicoptères, les parapentes, les delta-plane, les avions de tourisme et aussi les passages trop près du nid des grimpeurs, des photographes animaliers.

En 2018, le Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage 64 Hegalaldia a accueilli trois gypaètes barbus pour des soins :

– « Silvanio, une femelle âgée de 22 ans découverte le 30 janvier par des chasseurs sur la commune de Mendive dans le Pays Basque. Équipée d’une balise GPS, Silviano avait ingéré une boucle d’oreille de brebis en s’alimentant dans le milieu naturel. Une boucle qui avait déclenché un début d’occlusion intestinale et suffisamment douloureuse pour qu’elle s’écrase au sol occasionnant au passage quelques blessures physiques. Durant sa captivité Silviano a complètement digéré cette boucle, entraînant une intoxication au plomb et donc la chute de bon nombre de plumes et un état de faiblesse général. Après avoir eu droit à un lourd traitement pour diminuer les concentrations de plomb dans son sang et après avoir passé un long moment en volière de réhabilitation, Silviano a pu retrouver le milieu naturel d’origine le samedi 23 juin 2018 à 11h au sommet du col d’Haltza, sur la D18 entre Lecumberry et Iraty.

– Le 4 mars 2018, un deuxième gypaète est également trouvé et signalé par des chasseurs sur la commune de Laruns cette fois. Rapidement pris en charge par les agents du Parc National des Pyrénées, ces derniers ont aussi rapatrié l’oiseau jusqu’au centre de soins Hegalaldia. Après avoir heurté une ligne électrique, l’oiseau avait frôlé la mort. En état de choc, amaigri (moins de 4 kilogrammes) et en hypothermie, ilsouffrait de plusieurs plaies aux ailes, aux pattes et sur le corps. Sans oublier le crâne, très touché : ce dernier avait probablement subi l’acharnement des corvidés une fois l’oiseau au sol. Son pronostic vital était engagé. Pris en charge pendant quatre mois par l’association, le grand rapace a pu être relâché en Vallée d’Ossau sur le site de Tormon près du col du Pourtalet, le lundi 23 juillet à 14h.

– Biès (le troisième récupéré), a été trouvé mal-en-point sur le Parc National des Pyrénées. Équipé de marquages alaires, l’oiseau avait développé une infection généralisée et souffrait également d’une importante luxation à une épaule. Il avait également plusieurs rémiges de l’aile droite de sectionnées, ce qui l’handicape d’autant plus. Il est toujours à ma connaissance au centre de soins à la date de rédaction de cet article.
Note: le marquage alaire est couramment utilisé chez les rapaces planeurs. Il consiste à la pose de marques en plastique sur les ailes et permet une reconnaissance individuelle de chaque oiseau à une distance de plusieurs centaines de mètres.

Hegalaldia est une association de protection de la nature, reconnue d’intérêt général. Elle gère l’unique centre de sauvegarde pour la faune sauvage des Pyrénées-Atlantiques (64). Située à Ustaritz, elle intervient aussi sur les départements voisins du sud des Landes et des Hautes-Pyrénées. Elle est soutenue par des bénévoles et par des dons.

En France, le Gypaète barbu est intégralement protégé, classé « En Danger »

Article rédigé le 18 février 2019, à partir de mes photos, de constatations faites sur le terrain et de publications internet dont je cite les liens :

http://www.oiseaux.net/oiseaux/gypaete.barbu.html

http://www.pyrenees-parcnational.fr/fr/des-connaissances/le-patrimoine-naturel/faune/gypaete-barbu

https://www.hegalaldia.org/

28 septembre 2018 11:15 – Gypaète barbu au sommet d’un col en vallée d’Aure