logo

Portraits d’une biche un soir d’octobre

Une biche intriguée.

Cette publication est courte. Je me repose avec le sujet d’aujourd’hui, quelques minutes passées en compagnie d’une biche sur le piémont des Pyrénées. Les photos, faites avec un téléobjectif, parlent d’elles-mêmes.

Il est des moments paisibles dont on se souvient, comme ce regard d’un animal captivé par votre présence et qui vous accepte … à distance respectable! A cette heure tardive où le silence est revenu, les animaux commencent à sortir timidement à découvert.

On parle parfois de magnétisme animal, mais cette expression est à utiliser avec prudence. C’est en effet la fascination que dégagent certains animaux auprès de nous. Les biches, j’en ai tellement vu ces derniers jours que je n’y prêtais plus trop attention! C’est la solitude de celle-ci qui m’a intrigué.

Le brame vient de se terminer. Les biches restent, même pendant le rut, en compagnie de leur faon et de la bichette de l’année précédente (contrairement aux chevreuils). Les cerfs peuvent rester quelques jours de plus en leur compagnie pour reprendre un peu de poids et des forces, avant de repartir vers leurs quartiers d’hiver.

Dans une harde de biches, il y en a une qui surveille, la tête levée, pendant que les autres broutent. Seule, celle-ci relèvera régulièrement la tête, pour vérifier que je n’ai pas bougé. Le reste du temps, je ne la voie pas. J’attendrai un petit moment mais personne ne viendra la rejoindre. Elle s’éloigne d’elle-même et je continue mon chemin. Ma présence l’a quand même un peu dérangée.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *