logo

Le sanglier dans le Béarn – Instants de vie nocturne (vidéos)

Le solitaire, se frottant après son bain de boue dans la souille (capture d’écran de la vidéo – durée 1mn55).

Le sanglier dans le Béarn en vidéos
Quelques instants de vie nocturne

L’approche prudente des marcassins (capture d’écran de la vidéo – durée 2mn10).

. . . . .

Aujourd’hui, je me lance dans une publication facile : montrer en vidéos le sanglier dans le Béarn, à partir de séquences personnelles prises de nuit avec un piège photographique! 

J’ai fait il y a quelques jours un exercice simple sur internet : j’ai tapé quelques mots-clés, à la recherche de vidéos me permettant d’observer les mœurs des sangliers. Je n’ai pratiquement rien trouvé! Tapez : « vidéo, puis sanglier, laie, marcassins, mœurs, souille, etc. , accessoirement Béarn, Pyrénées ». Que pensez-vous découvrir? : essentiellement des vidéos de chasse. Mais personnellement, je m’intéresse plus aux mœurs de ce grand mammifère qu’à la meilleure façon de l’occire.

Etre référencé sur internet prend du temps, en particulier sur « Vimeo », mon support de vidéos. Il a cependant l’avantage d’accepter des vidéos HD sans publicité, contrairement à « YouTube », d’où la raison de mon choix. Bon visionnage, si cela vous intéresse bien sûr (et si vous privilégiez le contenu à la qualité) :

Vidéo 1 : la souille

Le sanglier dans le Béarn – La souille (durée 1mn 55) : pour la voir, cliquez   ICI

Le lieu de rendez-vous au début de la nuit est une souille. Sur les vidéos que j’ai utilisées pour ce montage, je comptabilise un solitaire, une laie meneuse (qui a le ventre bien rond sur une vidéo que je n’ai pas utilisée) et trois jeunes laies, ses filles.

Pourquoi le solitaire est-il là? Sur une séquence mal cadrée (et non montrée) dans une souille adjacente, il s’intéresse de très près à l’une des trois jeunes laies : elle me semble en chaleur, tardivement. C’est la raison de la présence de ce mâle ; il suit d’ailleurs les laies à l’odeur. Le reste du temps, il peut vivre sur le même territoire que les femelles (généralement plus grand), mais il reste à l’écart. Période d’observation : fin février (le 25).

Vidéo 2 : les marcassins sont nés

Le sanglier dans le Béarn – Les marcassins (durée 2mn10) : pour la voir, cliquez   ICI 

Il y a eu du nouveau ces jours-ci! Je comptabilise toujours la laie adulte et les trois jeunes laies. Et … les marcassins sont nés, dix boules de poils à quatre pattes de seulement quelques jours ; on les voit sortir de partout.

Le solitaire a quitté la compagnie mais il est quand même resté sur le même territoire que les laies (un autre jour, je le vois tout seul sur une vidéo). Période d’observation : mi-mars (le 16).

Vidéo 3 : le repas des marcassins

Le sanglier dans le Béarn – Le repas des marcassins (durée 2mn07) : pour la voir, cliquez  ICI

La petite compagnie des laies et des jeunes marcassins est en train de fouiller en début de nuit le fond du ruisseau coulant dans ce vallon ; tout ce petit monde est à la recherche de vers, de glands et autre nourriture. La séquence complète a duré huit minutes. Je n’ai fait ni appâtage, ni nourrissage, ni aucune action susceptible de les amener devant le piège photographique : c’est contraire à mon éthique. Pour une vidéo bien cadrée, il y en a d’autres qui sont inexploitables ; elles me sont quand même utiles pour mon enseignement personnel.

On peut comptabiliser sur le même instantané la laie meneuse, deux des trois jeunes laies et six des dix marcassins.

Les animaux de mes vidéos ne sont pas perturbés par la présence de la camera. Le modèle et son emplacement sont choisis dans ce but : faire une observation discrète!

Quelques informations complémentaires pour le piégeage photographique

Il y a des règles de bon sens ; lorsque l’on n’est plus chez soi, c’est que l’on est chez « quelqu’un d’autre » ; 75% de la forêt française est privée! 

Chez soi, on fait ce que l’on veut avec un piège photographique sans formalités, sous réserve de respecter la vie privée des voisins, des visiteurs autorisés et d’éventuels passants sur des voies ouvertes.

Dans le domaine privé des autres (même sans clôtures) comme dans le domaine public, il en est autrement! Ne pas respecter impérativement certaines règles, c’est aller au devant de problèmes juridiques. Initialement réservé aux professionnels de la Nature et aux différents acteurs de la chasse, le marché des pièges photographiques a explosé et s’est ouvert aussi aux particuliers. Les modèles ont évolué, ils sont de plus en plus nombreux et on en trouve pour tous les budgets. Je n’ai pas de lien à proposer vers une réglementation spécifique applicable aux particuliers ; le sujet reste encore flou et il faut se renseigner au cas par cas. Cependant, on ne peut pas poser de matériel photographique :

. . . . . . . . . .sur la voie publique ou prendre des images de cette dernière,

. . . ….. …..sur un terrain privé, sans avoir l’accord du propriétaire ou du gestionnaire (il vaut même mieux avoir l’accord des deux pour être tranquille). L’orientation du piège photographique doit être calculée de telle sorte que la zone surveillée reste strictement privée.

Voilà quelques liens non exhaustifs vers la législation appliquée aux pièges photographiques, pour les agents de l’ONF et de l’ONCFS :

. . . . . . . . . .– https://www.senat.fr/questions/base/2018/qSEQ180605884.html

. . . . . . . . . .– http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/file/juridique_synthese/question_juridique_pieges_photos.pdf

 

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *