logo

L’Alyte accoucheur, dans le Béarn

L’Alyte accoucheur, le petit crapaud « souriant ».

L’Alyte accoucheur
(Alytes obstetricans)

. . . . . 

« On en apprend tous les jours »! Quand je peux l’appliquer à moi-même, je n’ai pas perdu ma journée ; le reste sera du bonus! J’ai photographié le 26 avril dernier (chez moi, pendant la période de confinement – altitude 325 m) un Anoure dont la couleur inhabituelle a attiré mon attention. A l’apparence verruqueuse de sa peau, ce ne pouvait pas être une grenouille et le choix était pour moi limité. Les crapauds sont nombreux la nuit dans la prairie et autour de mon plan d’eau pour leur reproduction. L’été, je rencontre régulièrement d’énormes spécimens à la nuit tombée autour de la maison, qui pour moi se ressemblent tous et appartiennent à la même espèce. Celui-là, c’était dans la journée, par temps maussade ; sa petite taille et sa couleur m’ont interpellé!

I – Petit rappel utile

Une coloration dorsale inhabituelle chez mon modèle.

Les amphibiens sont des vertébrés dont la peau est nue, sans écailles. Ils ne régulent pas leur température et pondent leurs œufs dans l’eau où se développent leurs larves (têtards). La phase adulte est principalement terrestre. Ils regroupent les Urodèles (Triton palmé, Triton marbré, Salamandre tachetée, Calotriton des Pyrénées, …) qui possèdent une queue à l’âge adulte et les Anoures, sans queue à l’âge adulte. Parmi les Anoures, on trouve l’Alyte accoucheur, Sonneur à ventre jaune, Pélobate cultripède, Pélodyte ponctué, Crapaud commun, Crapaud épineux, Crapaud calamite, Rainette verte, Rainette méridionale, les grenouilles brunes du genre Rana (Grenouille agile, Grenouille rousse, Grenouille des Pyrénées), et … les Grenouilles vertes, récemment étudiées! Cela fait déjà du monde!

La fécondation est interne chez les Urodèles et les œufs sont pondus individuellement, externe chez les Anoures avec une ponte en amas. Chez les mâles des Urodèles, les grenouilles brunes ont deux petits sacs vocaux internes, les grenouilles vertes deux sacs latéraux externes (un de chaque côté du cou), les rainettes et les crapauds ont un sac vocal unique externe (sous la gorge).

II – Identification de mon Anoure assez « original »

J’ai procédé par élimination en passant en revue les différentes espèces de crapauds! Mon sujet a une pupille verticale assez large presque en forme de losange et l’iris a une couleur dorée, bien marbré de noir ; le cercle du tympan est bien net sur certains clichés ; cela va restreindre les possibilités :

  1. 1_ La pupille du Crapaud épineux (Bufo spinosus) est horizontale, avec l’iris uniformément rouge cuivré ou orange, légèrement vermiculé de noir : ce n’est pas lui!

Pour information, le Crapaud épineux n’a été élevé au rang d’espèce qu’en 2013, afin de le différencier du Crapaud commun (Bufo bufo). On le trouve au sud d’une ligne Basse-Normandie (Rouen) – Alpes-Maritimes ; C’est celui que je vois régulièrement la nuit dans mon environnement. Le Crapaud commun occupe la partie nord de cette même ligne, avec bien sûr une zone de transition (pour les différencier, consulter la documentation spécifique sur ce sujet).

  1. 2_ La pupille du Crapaud calamite (Bufo calamita) appelé aussi le Crapaud des joncs, est elle aussi horizontale : ce n’est pas lui!

  2. 3_ Le Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata), ne ressemble pas du tout à mon sujet, sinon la taille : ce n’est pas lui!

  3. 4_ le Pélobate cultripède (Pelobates cultripes) m’a fait hésiter. On retrouve quelques caractéristiques avec mon sujet comme la pupille verticale et l’iris doré. Mais il n’a pas de disque visible au niveau du tympan : ce n’est pas lui!

  4. 5_ L’Alyte accoucheur (Alytes obstetricans) appelé aussi Crapaud accoucheur, a bien de détails en commun avec mon sujet :

        • _ ses mensurations (il mesure 40 – 50 mm maximum, adulte). Son apparence est dodue avec un museau court et arrondi.

        • _ ses pattes postérieures sont courtes et trapues.

        • _ la peau du dos est verruqueuse, avec les plus grosses verrues alignées ; sa coloration est généralement grisée à brunâtre avec aussi quelques tâches foncées. Elle peut être occasionnellement tachetée de vert. Sur chaque flanc, le repli latéro-dorsal se résume généralement à une ligne discontinue de pustules rougeâtres ou jaunes s’étendant du tympan à l’arrière-train (orangées sur mon sujet, sur certains clichés). Tiens, mon sujet est de coloration jaune!

        • _ il a des yeux dorés avec une pupille verticale ovale ou plus ou moins en losange.            

        • _ il porte un disque bien visible au niveau du tympan.

  1. 6_ L’Alyte accoucheur peut être dans certains cas confondu avec le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus) appelé aussi le Crapaud persillé (en relation avec ses tâches vertes sur les verrues) :

        • _ les mensurations sont identiques mais son museau est long et pointu ; il a l’allure svelte et élancée d’une grenouille.

        • _ ses  pattes postérieures sont minces et allongées.

        • _ la peau du dos est aussi verruqueuse, avec les plus grosses verrues alignées ; sa couleur varie du vert olive au brun, mouchetée de tâches vertes.

        • _ la pupille est verticale (de largeur plus restreinte que celle de l’Alyte), en forme parfois de goutte d’eau à l’envers. L’iris est doré dans sa partie supérieure et plutôt brun dans sa partie inférieure.

        • _ il porte lui aussi un disque au niveau du tympan, mais il est difficile à distinguer.

Les caractéristiques différent trop : ce n’est pas lui!

Finalement, à partir des espèces susceptibles d’être présentes, les caractéristiques de la pupille et du cercle du tympan sont une bonne aide à la décision. J’identifie mon sujet comme étant L’Alyte accoucheur (Alytes obstetricans), dont j’ignorais l’existence dans la région! Il a une coloration dorsale quand même bien originale, d’après toutes les recherches que j’ai pu faire.

III – Mode de vie de l’Alyte accoucheur

C’est une espèce terrestre qui vit toujours près des points d’eau calme, avec une végétation éparse. On le trouve au sein d’habitats assez diversifiés. Dans les Pyrénées, on le rencontre bien plus souvent en montagne qu’en plaine ; jusqu’à 2 400 m maximum, la limite supérieure de l’étage subalpin. Il est actif au crépuscule et il ne chasse que la nuit. Il se déplace très peu si le biotope lui est favorable. Le mâle a la particularité de porter les œufs de la femelle sur son dos.

Le chant du mâle, à une seule petite note flûtée, est très caractéristique et agréable à écouter.

IV – La reproduction de l’Alyte accoucheur

L’accouplement et le développement des œufs de l’Alyte accoucheur ont lieu sur la terre ferme. Le mode de reproduction est très intéressant. Il commence début mars en plaine, jusqu’à fin juin/début juillet en altitude. Le soir ou la nuit, la femelle attirée par le chant du mâle pond en moyenne après l’accouplement une cinquantaine d’œufs, stimulée par ce dernier qui lui masse son cloaque afin de l’aider à leur expulsion. Il entortille le cordon autour de ses pattes postérieures où ils vont se développer. Il se réfugie dans la journée dans un endroit humide pour les protéger de la sécheresse. Le soir, il les humidifie régulièrement à un point d’eau pour permettre leur développement. Après un délai de 3 à 8 semaines, les têtards éclosent au cours d’un de ces mouillages et se métamorphosent ensuite dans l’eau. En plaine, cette métamorphose dure environ environ 6 mois après l’éclosion.

Des œufs abandonnés d’Alyte accoucheur (sous réserve, je ne suis pas sûr à 100%).

La durée du stade larvaire varie fortement avec l’altitude, la durée de la métamorphose active allant en diminuant au fur et à mesure que l’on s’élève. Ce sont les plus gros têtards rencontrés en montagne. Ils vont passer au moins un ou plusieurs hivers dans l’eau (jusqu’à 7-8 hivers en haute montagne), avant de se transformer en petit crapaud.

La forme de la pupille semble dépendre de l’angle de prise de vue ; elle peut varier aussi sans raison particulièrement (sinon la luminosité ?). 

Article rédigé à partir de mes photos, de mes observations et d’articles dont je cite les liens :

_ http://terroir-nature78.org/inventairebatrac/index.html

_ http://www.naturemp.org/Alyte-accoucheur.html

_ http://www.naturemp.org/Pelodyte-ponctue.html

_ http://batrachos.free.fr/Etlesautres.htm#Pbrun

_ https://professionnels.ofb.fr/sites/default/files/pdf-especes/Alyte_accoucheur.pdf

_ https://www.batraciens-reptiles.com/les_differents_modes_d.htm#:~:text=L’amplexus%20pectoral%20est%20dit,brachial%20quand%20le%20m%C3%A2le%20place

Mon sujet s’est prêté très facilement à cette séance photos, sans l’importuner.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *