logo

Le papillon Apollon, emblématique de nos Pyrénées

Un Apollon sur une Scabieuse des champs (01 août 2020).

Le papillon Apollon
(Parnassius apollo)

Les ailes antérieures partiellement repliées occultent les ocelles orange des ailes postérieures.

. . . . .

L’ Apollon est un grand papillon inféodé à la montagne, pour moi le papillon le plus majestueux de nos Pyrénées. Il est présent également dans les Alpes et il est en régression ou a disparu dans les autres massifs français. On le rencontre généralement au-dessus de la forêt dans le milieu ouvert des prairies et des pelouses rocailleuses fleuries et ensoleillées, à partir de 1 000 m et jusqu’à 2 500 m environ.

Mon observation photographique de ce jour est faite à 2 150 mètres sur un versant sud ensoleillé, au milieu de la rocaille. Mon sujet est resté longuement sur la Knautie des champs (Knautia arvensis) également appelé Scabieuse des champs, dont les fleurs étaient balayées en permanence par une forte brise qui ne semblait pas le déranger. La Knautie est une plante mellifère et nectarifère très visitée par les butineurs.

Caractéristiques

Face à face.

Il fait partie des grands papillons diurnes, avec une envergure moyenne entre 70 et 80 mm : les données différent selon les sources et allant jusqu’à 90 mm pour les femelles, plus grandes. De loin, on le reconnaît facilement à sa couleur blanche ponctuée de taches noires et à son vol lent et nonchalant, parfois planant. Il est plus grand que les autres papillons que l’on rencontre habituellement en montagne.

La face externe des ailes de l’Apollon, avec les ocelles caractéristiques.

De même, les faces internes. Les quatre ocelles rouges des ailes postérieures sont sur mes photos cachées par les deux ailes antérieures.

Les ailes sont de couleur blanche ou crème avec différentes taches.

L’aile antérieure est ornée, dessus et dessous, de grandes taches noires quasi circulaires. Sa bordure, dépourvue d’écailles, est légèrement translucide.

L’aile postérieure a des cercles rouges bordurés de noir, blancs au centre. Ces cercles rouges s’estompent avec le temps en pâlissant par l’orange et peuvent même disparaître chez les sujets âgés. Sur le dessous, leur nombre peut aller jusqu’à 8 ou 9. Sur le dessus, elles sont deux, visibles seulement quand l’aile avant est complètement déployée.

Les nervures des deux ailes sont marquées de marron clair. Les antennes sont blanches.

Il y a une grande variation dans l’apparence des individus.

Comportement

Scabieuses des champs.

Il passe beaucoup de temps en vol à prospecter, les jours de grand soleil. Il peut parcourir de grandes distances à la recherche de ses plantes hôtes, les scabieuses, les chardons, les centaurées et autres. Je le vois régulièrement apparaître de nulle part, passer près de moi où j’espère qu’il va se poser et… disparaître de ma vue derrière les rochers. Les déceptions pour le photographier sont nombreuses, il a la bougeotte bien qu’il ne soit pas farouche !

Dès que le soleil s’est caché, le papillon s’est laissé tomber dans l’herbe!

Il vole de juin à août en une seule génération. Il s’anime avec le soleil ; dès que celui-ci disparaît, il se laisse choir dans l’herbe et s’immobilise.

Autres informations

On peut le confondre de loin en vol avec le Semi-Apollon (Parnassius mnemosyne), présent aussi dans les Pyrénées et les Alpes, et plus ponctuellement le Massif Central. Ce dernier se distingue par une taille plus petite (envergure 45 à 60 mm) mais surtout par l’absence totale des cercles rouges dans les taches qui ornent les ailes. Les nervures de ses ailes sont marquées de noir (marron clair pour l’Apollon).

La chenille de l’Apollon, noire aux poils courts avec 2 lignes dorsales de points de couleur allant du jaune au rouge, ne se nourrit qu’au soleil et principalement sur plusieurs espèces d’Orpin (surtout le Sedum album) et de Joubarbe (Sempervivum arachnoideum et montanum), appartenant à la famille des Crassulacées, communément appelées les succulentes.

..

Publication préparée à partir de mes photos personnelles, mes observations et de références dont je cite les liens : 

_ http://www.pyrenees-parcnational.fr/fr/des-connaissances/le-patrimoine-naturel/faune/apollon-0

_ https://www.insectes-net.fr/apollo/apollo2.htm

Les fleurs de Scabieuse sont balancées dans tous les sens par le vent, et l’Apollon avec! J’ai pu quand même sélectionner quelques photos cadrées, tournées à 90°.

Comments ( 1 )

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *