logo

Les grenouilles vertes

02 février 2020 – A la sortie de leur hibernation, les grenouilles « vertes » se regroupent au soleil.

Les grenouilles vertes
Comment les reconnaître

19 mars 2020 – Le plan d’eau s’anime.

. . . . . 

L’idée m’est venue d’aborder ce sujet en m’intéressant à certaines de mes « pensionnaires » qui ont naturellement élu domicile dans mon plan d’eau. Qui sont-elles? Des grenouilles vertes (qui ne sont d’ailleurs pas toutes vertes) mais quelle(s) espèce(s) ? La réponse est complexe et je me suis donc documenté.

Les grenouilles vertes en Europe font partie du genre Pelophylax, genre qui n’a été fixé qu’en 2006 avec l’arrivée d’outils moléculaires plus performants. Il est constitué de plusieurs espèces et variétés proches les unes des autres ; les différencier est un véritable casse-tête. On parle d’ailleurs du « complexe des grenouilles vertes ».

19 mars 2020.

Il existe en France cinq espèces dont deux sont indigènes : la Grenouille de Lessona (Pelophylax lessonae) et la Grenouille de Perez (Pelophylax perezi). Une troisième espèce, la Grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus), n’est considérée comme indigène que dans l’Est de la France (Alsace et milieu du Bassin du Rhône), où elle était déjà présente avant les importations massives dans les années 70 de grenouilles rieuses un peu partout ailleurs sur le territoire français. Ces importations ont concerné d’autres espèces-soeurs de notre Grenouille rieuse autochtone, venant des Balkans et du Moyen-Orient pour différents usages : la Recherche en laboratoire, et à des fins gastronomiques avec la production de cuisses de grenouilles dans des élevages spécialisés. A la suite de lâchers volontaires ou accidentels, elles se sont très bien adaptées et elles se sont dispersées. Il est aujourd’hui trop compliqué de faire la séparation entre les différentes Grenouilles rieuses présentes sur notre territoire suivant leur origine, elles sont trop proches génétiquement. En dehors de l’Est de notre territoire, elle est considérée comme une espèce exotique invasive.

La Grenouille rieuse indigène ou non peut coexister régulièrement au bord des mêmes points d’eau avec les deux autres espèces indigènes déjà citées et cette cohabitation donne naissance à deux espèces hybrides qui complètent notre patrimoine naturel. Ce sont : la Grenouille verte d’Europe (Pelophylax esculentus), croisement de la Grenouille rieuse avec la Grenouille de Lessona et la Grenouille de Graf (Pelophylax grafi). L’origine de cette dernière pose certains interrogations selon les régions où sa présence est avérée : croisement entre la Grenouille rieuse importée et la Grenouille de Pérez, ou entre la Grenouille verte d’Europe et la Grenouille de Pérez, … ou les deux ? Dans tous les cas, la Grenouille de Graf coexiste obligatoirement sur les mêmes territoires que la Grenouille de Pérez pour se perpétuer en tant qu’espèce.

09 avril 2020 – Une femelle. Les couleurs de mes pensionnaires sont très variables.

J’ai longtemps pensé qu’il n’y avait qu’une seule espèce de grenouille verte en France ; en fait, je me trompais! Il en existe donc cinq espèces, en relation très étroite : quatre indigènes et une cinquième dont seulement une petite partie est autochtone.

Mon erreur est compréhensible : on a considéré jusqu’au début du XXe siècle qu’il n’y avait qu’une seule espèce de grenouille verte en Europe, la Grenouille verte d’Europe (Pelophylax esculentus, la grenouille « mangeable »), avec ses variétés. Puis, on a reconnu la Grenouille de Lessona et la Grenouille rieuse à partir des années 30. En 1973, un chercheur polonais entreprend des études de croisement entre ces deux dernières et met en avant que la Grenouille verte d’Europe est en fait une espèce hybride, apparu pour la première fois au nord de l’Europe à la fin de la glaciation de Würm il y a 10 000 ans. Pendant cette période glaciaire commencée il y a 80 000 ans, les trois espèces de grenouilles vertes ancestrales se sont réfugiées et ont vécu séparées dans des zones refuge plus chaudes du Sud de l’Europe, la Grenouille de Pérez au sud de la péninsule ibérique, la Grenouille de Lessona en Italie et la Grenouille rieuse dans la péninsule des Balkans. Avec le réchauffement climatique, les trois espèces ont pu se déplacer vers le Nord de l’Europe et entrer en contact pour s’hybrider. Longtemps confondue avec la Grenouille rieuse, la Grenouille de Pérez n’est passée au rang d’espèce qu’en 1977 après certains travaux génétiques ; l’existence de son hybride, la Grenouille de Graf, est officialisé en 1995. Dans l’échelle des temps, l’apparition de cet hybride est bien plus récent que celui précédemment cité.

Comment différencier les grenouilles vertes

05 juillet 2020. Les mâles chantent encore.

Ce sujet est très important : une seule espèce de grenouille verte peut être pêchée et toutes les autres sont strictement protégées!

La taille et quelques détails morphologiques sur un adulte pendant la période de reproduction peuvent permettre parfois de les différencier mais il est difficile de le faire avec précision. La taille se mesure du bout du museau au cloaque. La zone de distribution peut aussi aider à l’identification, on le verra plus loin. La mise en évidence de certains critères demandent la capture et la manipulation de l’individu, ce qui est contraire à son statut de conservation et peut être préjudiciable à sa préservation. Une autorisation préfectorale préalable est exigée si on veut manipuler une grenouille en milieu naturel public, sauf pour les espèces autorisées en période d’ouverture de leur pêche (avec bien sûr le permis de pêche).

   _ La Grenouille de Lessona (Pelophylax lessonae) appelée aussi petite Grenouille verte (pour compliquer les choses) est effectivement la plus petite ; elle mesure de 50 à 80 mm maximum, les mâles de 45 à 55 mm et les femelles de 55 à 65 mm en moyenne.

Les sacs vocaux du mâle sont blancs. A la période de la reproduction, la face dorsale du mâle est jaune à vert clair sans taches ; celui de la femelle passe à un vert paume et elle a des taches noires fusionnées sous les replis latéro-dorsaux. L’intérieur de leurs cuisses est souvent jaune à vert clair marbré de noir et leur face postérieure est marbrée de brun ou de noir. Fine ligne vertébrale, plus claire.

Des taches jaunes sur l’abdomen différencie l’espèce de la Grenouille verte.

   _ La Grenouille verte d’Europe (Pelophylax esculentus) est appelée aussi Grenouille commune ou Grenouille comestible. Etant généralement un hybride entre la Grenouille rieuse et la Grenouille de Lessona, ses caractéristiques sont intermédiaires à celles de ses espèces parentes. Elle mesure de 55 à 100 mm maximum, les mâles de 55 à 75 mm, les femelles de 65 à 85 mm en moyenne.

Les sacs vocaux du mâle sont souvent gris clair. Sa face dorsale est vert clair à vert pomme avec des taches surtout dans la partie postérieure. Les femelles sont vert pomme avec des taches noires non fusionnées sous les replis latéro-dorsaux. L’intérieur des cuisses est jaune ou vert clair marbré de noir. Fine ligne vertébrale, plus claire.

   _ La Grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus) est la plus grande, à partir de 80 mm ; certains individus atteignent les 150 mm (au-delà de 100 mm, ce sont des femelles).

 10 avril 2020 – Accouplement de Grenouilles rieuses, probablement, vu l’énorme taille de la femelle.

Les sacs vocaux du mâle sont gris foncé. Sa face dorsale est en général de couleur brun olive, parfois brunâtre, rarement vert ; il est parfois parsemé ds taches brunes ou vertes, aux formes régulières. La coloration générale est en principe plus foncée et moins contrastée que chez les deux espèces précédentes. Le ventre blanc est souvent marbré ou taché de gris. L’intérieur des cuisses est vert marbré de vert foncé (jamais de jaune). Une bande vertébrale claire et bien marquée peut être présente mais pas systématiquement.

  _ La Grenouille de Pérez (Pelophylax perezi) a une taille voisine de la Grenouille de Lessona, 50 à 80 mm, maximum 100 mm.

Les sacs vocaux du mâle sont gris foncé ou noirs. La face dorsale du corps est très variable, habituellement de couleur verdâtre à brunâtre avec des taches foncées. Elle possède en général une bande vertébrale claire, jaune verdâtre. Les individus verts ont des replis latéro-dorsaux brun bronze. La face ventrale est blanchâtre et marbrés de taches grises ou brunes. L’intérieur de ses cuisses est marbré de gris ou de vert olive sur un fond blanchâtre (pas de présence de jaune). Une bande vertébrale claire et bien marquée est présente.

 _ La Grenouille de Graf (Pelophylax kl. grafi) : elle est très difficile à identifier ; c’est la moins décrite dans la littérature! Elle fait une taille moyenne entre ses deux espèces parentales, 70 à 120 mm maximum.

Les chants de ces cinq espèces de grenouilles sont différents, heureusement. Ils permettent une bonne identification pendant la période de reproduction, sans avoir besoin de manipuler l’individu! J’ai mis en fin d’article un lien vers un site d’enregistrement de ces chants fiable.

Un peu de génétique

05 juillet 2020 – Les mâles chantent encore.

L’étude génétique des deux grenouilles hybrides, la Grenouille verte et la Grenouille de Graf, est très intéressante. Identique pour les deux espèces, on va voir de plus près le mode de reproduction de la Grenouille verte, l’hybride le plus ancien et le premier qui a été étudié :

Espèce hybride provenant à l’origine du croisement de la Grenouille de Lessona et de la Grenouille rieuse, le patrimoine génétique de la Grenouille verte est donc constitué d’une moitié de celui de chacune des deux espèces parentes. Cet hybride est capable de se reproduire à son tour avec ses deux espèces parentes, ou avec une autre Grenouille verte issue du croisement (on appelle cela un klepton).

Lors de la production d’un ovule ou d’un spermatozoïde par une Grenouille verte, un processus inhabituel, connu sous le nom d’hybridogénèse, a lieu : tout le patrimoine génétique de la Grenouille de Lessona est détruit, de sorte que les ovules et les spermatozoïdes de la Grenouille verte ne comportent plus que le patrimoine génétique de la Grenouille rieuse.

Ainsi, un accouplement entre une Grenouille de Lessona et une Grenouille verte va réunir le patrimoine génétique de la Grenouille de Lessona (qui sera détruit) et celui … de la Grenouille rieuse : on continue ainsi à avoir des Grenouilles vertes, hybrides. De cette façon, la Grenouille verte s’est maintenue depuis la nuit des temps dans des populations mixtes avec la Grenouille de Lessona, SANS la présence de sa deuxième espèce parentale, la Grenouille rieuse (sinon à l’origine de son existence). 

La Grenouille de Lessona devrait quant à elle éviter de tels accouplements, car ils sont vains pour son espèce. Sa progéniture ne garde pas son patrimoine génétique et ne peut donc pas le transmettre à la prochaine génération. Elle ne fait pas toujours le bon choix, de telle sorte que le nombre d’accouplements entre Grenouilles de Lessona ainsi qu’entre Grenouilles de Lessona et Grenouilles vertes suffit à assurer la survie des deux espèces sur un territoire donné, sans intervention extérieure.

Les Grenouilles vertes peuvent s’accoupler entre elles. Dans ce cas, les têtards héritent de chaque parent le patrimoine de la Grenouille rieuse. Ce patrimoine, transmis pendant plusieurs générations sans recombinaison (sans clonage), entraîne une accumulation de défauts (mutations). Il arrive un moment où les têtards vont présenter deux copies du patrimoine défectueux de la Grenouille rieuse : ils n’ont alors plus aucune chance de survie. La Grenouille verte doit donc impérativement retrouver la compagnie d’une Grenouille de Lessona pour assurer sa descendance et surtout la continuité de l’espèce hybride dans le temps.

Par sa fonction de deuxième espèce parentale, la Grenouille rieuse peut introduire du matériel génétique dépourvu de défauts au sein des populations de Grenouilles vertes, sous la condition bien sûr que les deux espèces soient présentes sur le même biotope. Ceci favoriserait la survie de la descendance des accouplements entre deux Grenouilles vertes dans un biotope donné, à savoir des petites Grenouilles rieuses, mais au détriment de la continuité de l’espèce hybride.

26 juillet 2020.

Têtards de Grenouille … rieuse (26 juillet 2020). 

En résumé (P.G = Patrimoine Génétique) :

Grenouille de Lessona (P.G 1) x Grenouille rieuse (P.G 2) = Grenouille verte (P.G 2) – Nouvelle espèce hybride 

Grenouille verte (P.G 2) x Grenouille de Lessona (P.G 1) = Grenouille verte (P.G 2) – Maintien de l’espèce hybride

Grenouille verte (P.G 2) x Grenouille verte (P.G 2) = Grenouille rieuse (P.G 2) – P. G. dégénératif

Grenouille verte (P.G 2) x Grenouille rieuse (P.G 2)Grenouille rieuse (P.G 2) 

De même, pour le système Grenouille de Pérez – Grenouille de Graf :

Grenouille de Pérez (P.G 3) x Grenouille rieuse (P.G 2) = Grenouille de Graf (P.G 2) – Nouvelle espèce hybride 

Grenouille de Graf (P.G 2) x Grenouille de Pérez (P.G 3) = Grenouille de Graf (P.G 2) – Maintien de l’espèce hybride

Grenouille de Graf (P.G 2) x Grenouille de Graf (P.G 2) = Grenouille rieuse (P.G 2) – P. G. dégénératif

Grenouille de Graf (P.G 2) x Grenouille rieuse (P.G 2) = Grenouille rieuse (P.G 2) 

Mais aussi  :

Grenouille de Pérez (P.G 3) x Grenouille verte (P.G 2) = Grenouille de Graf (P.G 2) – Nouvelle espèce hybride 

Les mâles hybrides sont généralement peu fertiles ; les croisements se perpétuent principalement par les femelles.

La Grenouille verte a impérativement besoin de la Grenouille de Lessona pour continuer à exister : si la Grenouille verte est présente dans un milieu, c’est que la Grenouille de Lessona y est présente aussi. Si celle-ci est absente, la Grenouille verte ne peut se reproduire qu’avec son espèce ou la Grenouille rieuse, pour donner … une Grenouille rieuse! Dans ce cas, elle disparaît en tant qu’espèce! De même, la Grenouille de Graf disparaitrait en tant qu’espèce, sans la présence de la Grenouille de Pérez!

Les Grenouilles vertes que l’on voit aujourd’hui dans la majorité des régions de France (autres que dans l’Est de la France) ne sont plus les mêmes que celles qu’il y avait il y a une soixantaine d’années, avant l’introduction massive de la Grenouille rieuse non autochtone ; elles ont été génétiquement polluées avec l’arrivée de la Grenouille rieuse invasive, la grande gagnante qui a conquis progressivement l’Hexagone!

Distribution et Habitat

19 mars 2020.

Je n’ai pas trouvé d’étude spécifique représentative de la répartition de ces espèces dans ma région, sinon quelques informations dans l’Atlas 2014 des Amphibiens et Reptiles d’Aquitaine. D’après l’I.N.P.N (Inventaire National du Patrimoine Nature) et d’autres sources, la situation de la présence en France des cinq espèces abordées est la suivante :

_ la Grenouille de Lessona : elle est présente dans une large moitié Nord de la France et une grande partie du sud-est. Sa limite Sud est une courbe allant de la Charente à la Savoie avec la Lozère, les Alpes-Maritimes, la Corse, la Gironde et les Landes. Elle est présente sur la côte atlantique des Pyrénées (ponctuellement) à la Loire, où on trouve aussi la Grenouille de Pérez. Elle s’est bien adaptée aux milieux stagnants et faiblement oxygénés à substrat vaseux comme les zones de marais.

_ la Grenouille verte : tributaire de la présence indispensable de la Grenouille de Lessona pour continuer à exister, la distribution est pratiquement la même. Elle s’accommode d’une plus grande variété de milieux aquatiques, mares, étangs, et toutes les étendues d’eau calme.

_ la Grenouille rieuse : elle est maintenant présente dans pratiquement tout l’Hexagone et la Corse. Elle a besoin de plus grands espaces que les espèces précédentes ; elle occupe des milieux plus profonds, plus riches en oxygène, à eau renouvelée et de grande taille comme les rivières, les fleuves et leurs milieux connectés comme les bras morts et les gravières.

_ la Grenouille de Pérez : originaire de la péninsule ibérique, elle a dépassé la chaîne pyrénéenne et étendu naturellement son habitat dans le sud de la France : le long de la façade atlantique de la frontière des Pyrénées jusqu’en Loire-Atlantique (où on trouve aussi la Grenouille de Lessona), en Charente, Haute-Vienne, Hautes-Pyrénées et vers le sud-est le long de la Méditerranée jusque dans le Gard. Son habitat ressemble à celui de la Lessona ; elle aime les zones humides peu profondes et bien végétalisées.

_ la Grenouille de Graf : tributaire de la présence indispensable de la Grenouille de Pérez pour continuer à exister, elle est présente dans les Pyrénées-Atlantiques, en Gironde, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne et le long de la Méditerranée jusque dans le Gard.

Malgré l’absence d’études poussées pour le quantifier, la Grenouille rieuse est l’espèce la plus abondante dans notre Sud-Ouest. Elle est suivie par la Grenouille de Pérez et la Grenouille de Graf (espèces « sudistes »), puis par la Grenouille de Lessona et la Grenouille verte (espèces « nordistes ») beaucoup plus rares, mais des stations existeraient dans les Landes et dans les Pyrénées-Atlantiques!

Elles ont toutes un habitat limité en altitude, entre 600 et 1 000 mètres environ selon les espèces.

Protection

09 avril 2020.

La pêche en milieu naturel de la Grenouille verte (Pelophylax esculentus) et de la Grenouille rousse (Rana temporaria) est autorisée dans certains départements, à la ligne uniquement et fixée par arrêté préfectoral à des dates qui peuvent varier. La réglementation doit être vérifiée au cas par cas : par exemple, en 2020, cette pêche est interdite dans les Landes toute l’année depuis 2014. La taille de capture en France de ces deux espèces de grenouilles doit être supérieure à 80 mm (mesuré du bout du museau au cloaque).

Art. 2 et 3 de l’Arrêté ministériel du 19 novembre 2007 concernant entre autres, la Grenouille agile, la Grenouille des Pyrénées, la Grenouille de Lessona, la Grenouille rieuse, la Grenouille de Perez, Grenouille de Graf :

I. – Sont interdits, sur tout le territoire métropolitain et en tout temps, la destruction ou l’enlèvement des œufs et des nids, la destruction, la mutilation, la capture ou l’enlèvement, la perturbation intentionnelle des animaux dans le milieu naturel.

III. – Sont interdits, sur tout le territoire national et en tout temps, la détention, le transport, la naturalisation, le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat, l’utilisation, commerciale ou non, des spécimens prélevés dans le milieu naturel.

Art. 5 de l’Arrêté ministériel du 19 novembre 2007 concernant entre autres, la Grenouille verte (Rana esculenta) et la Grenouille rousse ((Rana temporaria).

I. – Est interdite, sur tout le territoire métropolitain et en tout temps, la mutilation des animaux.
II. – Sont interdits, sur tout le territoire national et en tout temps, la naturalisation, le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat, l’utilisation, commerciale ou non, des spécimens prélevés dans le milieu naturel.

La loi est claire : un pêcheur peut faire une consommation personnelle de la Grenouille verte et de la Grenouille rousse mais ne pourra donc pas les vendre. Les autres espèces de grenouilles (Grenouille de Lessona, Grenouille rieuse, Grenouille de Pérez, Grenouille de Graf, Grenouille agile) sont strictement protégées et leur pêche est interdite en France toute l’année.

Certains guides de pêche 2020 sont moins clairs, en portant seulement la mention : « Grenouilles vertes et rousses » ou « Grenouille rousse et verte »! D’autant moins clairs que la Grenouille verte (Pelophylax esculentus) dont la pêche est autorisée est quasiment inexistante par rapport aux autres grenouilles vertes dans le(s) département(s) concerné(s)!

Alors, les grenouilles de mon plan d’eau?

09 avril 2020. Une belle femelle se repose au milieu de la végétation naissante.

Simple curieux, j’ai pris conscience, après m’être documenté, combien il est difficile d’identifier les Grenouilles vertes de mon plan d’eau. Je ne peux pas m’en remettre aux simples observations visuelles (voir mes photos ; l’idéal aurait été d’avoir des photos prises de 3/4 par l’arrière) ; les critères de coloration sont à prendre avec prudence et demandent une certaine habitude. Le contrôle de la coloration de l’intérieur des cuisses implique une manipulation que je m’interdis.

Habitant dans l’Est du Béarn, j’écarte déjà la possibilité d’être en présence de Grenouilles de Lessona et donc aussi, de Grenouilles vertes d’Europe.

Après avoir écouté de nombreux enregistrements sur internet, j’ai bien identifié et exclusivement des Grenouilles rieuses ; c’est encore la méthode la plus fiable. 

26 juillet 2020. Les mâles ont fini de chanter mais … sourient.

Publication faite avec mes photos personnelles, mes observations et des publications dont je cite les liens :

_ http://webissimo.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/atlasaquitaine_reptiles_amphibiens_2_cle1a1bcd.pdf

_ https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00967971/file/PATRELLE_ThA_se.pdf

_  http://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/CISTUDE_NATURE_2010_cle0e12f6.pdf

_ https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-paca.org/userfiles/FPPubli/faune-paca-pelophylax.pdf

_ https://cdnfiles1.biolovision.net/franche-comte.lpo.fr/userfiles/observer/HerptofauneDtermination/FormationInitiationamphibiensFCAMVFDec2018.pdf

_ http://www.naturemp.org/Complexe-des-Grenouilles-vertes.html

_ http://www.bufo-alsace.org/wp-content/uploads/2016/06/Identification-des-grenouilles-vertes-en-Alsace_VF.pdf

Pour connaître la législation (Arrêté ministériel du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection, consolidé à la date de cette publication) : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000017876248

Et pour reconnaître le chant des amphibiens : http://www.karch.ch/karch/home/amphibien/amphibienrufe.html

Une possible Grenouille de Pérez – Photographiée au bord de l’Adour, dans le Gers.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *