logo

Dans le Béarn – Une soirée dans la Nature

Mon moment préféré pour photographier la Nature.

Dans le Béarn – Une soirée dans la Nature

Quand le soleil se couche, les chevreuils sortent du couvert végétal.

On a enfin retrouver le droit de parcourir la campagne sans contraintes. Depuis plusieurs jours, je revis, d’autant mieux qu’une météo estivale succède à celle, maussade, du début de notre déconfinement. J’ai retrouvé le plaisir des sorties en billebaude à l’approche de la nuit dans mon petit coin de campagne béarnaise.

Une fauvette à tête noire sur un piquet de clôture.

La Fauvette à tête noire mâle adulte se reconnaît à sa calotte noire. Celle de la femelle est de couleur roux-châtain. L’un comme l’autre ont l’habitude d’en hérisser les plumes.

Haut dans le ciel, ce pouillot montre sa présence.

Il en existe plusieurs espèces et je ne sais pas bien identifier à laquelle celui-ci appartient. Dès que je suis arrivé à proximité, il a décollé de nulle part et s’est mis à aller et venir assez haut au-dessus de ma tête, en chantant (ou plutôt criant) à tue-tête. Il est si petit que j’ai du mal à le localiser, sinon par son chant. Je pense que le nid est à terre, à proximité.

Un esclandre entre un Loriot d’Europe mâle et un Coucou gris.

Le Loriot d’Europe est un oiseau batailleur qui n’hésite pas à chasser tout intrus qui s’approche un peu trop du nid. Celui-ci s’est mis à la poursuite de ce Coucou sur plusieurs centaines de mètres (accompagné d’un second loriot).

Le tarier pâtre (un mâle), posé sur du colza en gousses. 

Le soleil va bientôt disparaître et le ciel va passer par toute une palette de couleurs. Les Tipules, appelées communément « cousins », prennent leur envol.  

Le faucon crécerelle chasse au-dessus de la prairie que je suis en train de traverser. 

Un autre spectacle qui m’interpelle : une hirondelle rustique à la poursuite d’un Epervier d’Europe qui maintient une proie entre ses serres. Elle va assez rapidement abandonner la partie.

La lumière diminue. La Buse variable, en train d’épier une proie sur la prairie, s’envole à mon approche pour se poser sur un arbre devant moi. 

Brocard intrigué par « une présence ». 

Je venais de me poster à l’affût contre une balle de foin et ce brocard m’a presque surpris. La veille, j’avais observé avec les jumelles deux renards en train de jouer autour des balles. Ce soir, ils ne se montreront pas avant la tombée de la nuit, trop tard pour espérer les photographier.

A la tombée de la nuit.

Il fait déjà bien sombre. Ce cliché est pris à 6 400 is0 avec une vitesse bien en-deçà de la vitesse minimum recommandée pour une longue focale. Heureusement, ce brocard me regarde paisiblement sans bouger. C’est l’heure où on peut commencer à partager de belles proximités avec la faune, que l’on ne peut pas toujours immortaliser. D’ailleurs, le seul bruit du déclencheur suffirait à gâcher l’instant présent!

Au loin, très loin, le pic du Midi de Bigorre accroche les ultimes lumières.

Le lucane cerf-volant. Le tout premier de l’année que je vois.

Les lumières diminuent de plus en plus. Vers l’ouest, une chouette (sans doute une Effraie) vient de se poser sur une balle de foin et scrute le sol. 

Ce soir, il fait très bon. A l’orée du bois, quelques chauves-souris ont commencé à zébrer le ciel de leur vol rapide et désordonné, difficile à figer (ce cliché pris à 10 000 iso pour avoir une vitesse presque suffisante).

Il est maintenant temps de rentrer.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *