logo

Les cabanes d’Ansabère en raquettes (vallée d’Aspe)

Les cabanes d’Ansabère sous la neige. Tout à droite, la « Villa des privés d’amour ».

Sortie hivernale aux cabanes d’Ansabère (10 mars 2020)

Les aiguilles d’Ansabère pendant la montée aux cabanes. Et un oiseau passa …

Les cabanes d’Ansabère (altitude 1 557 m) et leurs sommets environnants est un site magnifique en toutes saisons. Cette sortie en raquettes, très agréable et sous un beau soleil, a été ma dernière pour cette période hivernale. Une semaine plus tard, nous étions tous confinés, à la suite d’une actualité préoccupante qu’il est inutile de rappeler. Cette publication est un petit retour à la période « d’avant ».

En hiver, on stationne au parking Masousa (altitude 945 m). La sortie est un aller/retour sans difficultés (avec les précautions habituelles météo/risques d’avalanches), avec un dénivelé de 650 m environ pour une distance de onze kilomètres. On peut faire aussi une boucle par la cabane de Pédain (1 590m). De nombreux topos très bien faits sont disponibles sur internet si besoin, dont ceux de l’excellent site  » Topopyrénées « .

Quelques photos de la sortie

Pour cette sortie, j’ai utilisé un objectif 70-200 mm. L’itinéraire démarre sur une piste qui monte jusqu’au pont Lamary (parking estival, peu de places – altitude 1 171 m), puis il continue dans un bois.

La grande Aiguille d’Ansabère (2 377m) et le pic d’Ansabère (2 360 m) juste derrière elle, avant de rentrer dans le bois. La petite Aiguille (appelée aussi le Spigolo) est en grande partie cachée.

A main gauche pendant la première montée au travers de la forêt – Le pic Poure de Lamary (1 915 m).

Puis le pic Bacqué (2 093 m).

A la sortie du bois, on débouche sur une espèce de cuvette où les aiguilles d’Ansabère se dévoilent à nouveau, le Plaa d’Escoueste (altitude 1 365 m).

Le pic de Pétragème (2 255m), la petite Aiguille d’Ansabère (2 271m) et la grande Aiguille (2 377m).  A sa gauche en arrière-plan, le pic d’Ansabère culmine à 2 360 m.

A main droite des Aiguilles d’Ansabère, le pic Mouscaté (2 224 m). 

L’abri du Plaa d’Escoueste (1 365 m). Derrière, la queue d’une petite avalanche.

Le petit gave d’Ansabère dans la cuvette du Plaa d’Escoueste. On le longe la plupart du temps, sur sa rive gauche à partir du pont Lamary. Il deviendra un peu plus bas le gave de Lescun.

Puis on reprend la montée dans un vallon boisé à main gauche au fond du Plaa d’Escoueste, qui amène directement aux cabanes.

L’arrivée par le vallon situé derrière la cabane au centre de la photo. A l’arrière-plan, le pic de Bergon (2 148 m) et la Marère (2 221 m).

La « Villa des privés d’amour » (altitude 1 557 m).

La petite Aiguille d’Ansabère (2 271 m), depuis les cabanes.

A main gauche des aiguilles d’Ansabère, le pic de Pétragème (2 255 m) domine les cabanes. 

Puis à gauche du pic de de Pétragème, el Mallo de Acherito (2 362 m).

Une vue rapprochée du pic de Bergon (2 148 m) et de la Marère (2 221 m), en direction du vallon montant aux cabanes.

Le retour se fait par le même chemin que l’aller.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *