logo

La Grenouille rousse, dans les Pyrénées

Début juin au lac Det Mail (2 335 m) environné de neige, dans les Hautes-Pyrénées. Cette Grenouille rousse évoluait dans une vasque creusée dans un rocher, en bordure d’un ruisseau déversoir du lac. C’est un mâle reproducteur reconnaissable aux callosités nuptiales marron foncé ou noires sur les pouces en arrière-plan et à sa gorge blanchâtre. Cette observation est faite presque à la limite de son altitude connue de répartition dans les Pyrénées (2 600 m). 

La Grenouille rousse,

son observation dans nos Pyrénées

Description

Début juin au lac Det Mail (2 335 m). 

Début août, au-dessus du lac de Gaube (1 725 m). Cette énorme Grenouille rousse (aussi grosse qu’un crapaud) aux couleurs chatoyantes atypiques faisait des bonds énormes dans l’herbe humide. 

La Grenouille rousse (Rana temporiara) est un batracien de grande taille et la femelle est plus grosse que le mâle. Elle mesure (du museau jusqu’au cloaque) de 50 à 65 mm en plaine et un peu plus en altitude, 70 à 80 mm chez le mâle et 75 à 85 mm chez la femelle (maximum 100 mm). Chez les vieux sujets, le museau est fortement arrondi et la silhouette est très massive : un observateur non averti pourrait la confondre dans certains cas avec un crapaud.

Début juillet au lac d’Anayet en Aragon (2 230 m).

Début août, au-dessus du lac de Gaube (1 725 m).

Elle possède deux lignes bien marquées sur le dos, formées par des replis latéraux-dorsaux. Sa robe est plus ou moins tachetée de noir ou brun foncé et sa coloration générale est très variée mais jamais verte. En général, le dessus du corps est de couleur jaunâtre, rougeâtre, grise, brune ou noirâtre. Une grenouille qui porte de grandes tâches noires comme ci-dessus est presque à coup sûr une grenouille rousse.

Début juin au lac Det Mail (2 335 m) – Toujours le même mâle (gorge blanchâtre).

Début août, au-dessus du lac de Gaube (1 725 m). La gorge voilée de rouge de la femelle.

La gorge est blanchâtre chez le mâle, tachetée ou voilée de rouge chez la femelle. Quelques publications précisent que le mâle ne possède pas de sacs vocaux ; c’est une erreur! En fait, il a bien deux sacs vocaux mais ils sont internes et son chant est de faible portée (moins de 30 m).

Répartition

Mi-août dans le vallon de Pouey-Trenous (vers 2 150 m). Un jeune mâle.

C’est une espèce largement répandue en France à l’exception de la Provence, de la Corse et d’une partie des plaines du Sud-Ouest. Elle est rare sur la façade atlantique. Je n’en ai encore jamais observé en plaine dans ma région ou dans les départements voisins des Landes et du Gers. Je m’y suis particulièrement intéressé cette année 2019 et la totalité de mes observations sont faites en montagne en moyenne et haute altitude lors de mes randonnées. En effet, bien qu’elle soit présente en basse altitude en certains endroits, elle est surtout commune sur les reliefs, au-dessus de 500 mètres ; la limite de son altitude connue de répartition dans les Pyrénées est de 2 600 m. Elle couvre pratiquement tous les étages, du collinéen aux débuts de l’alpin.

Pour information, l’étagement de la végétation varie en fonction de l’inclinaison des versants (ombrée au Nord, soulane au sud), de la nature du sol et de la température; les limites en altitude ne sont qu’indicatives et elles varient aussi selon les vallées. On distingue les étages suivants :

L’étage collinéen (jusqu’à 900 m au nord et 1 200 m au sud, environ) : il a une végétation identique à celle de la plaine. On y trouve des châtaigniers, des chênes, des merisiers, des charmes et des cultures. C’est aussi le milieu des landes à bruyères et à fougères.

L’étage montagnard (900 à 1 600 m au nord, 1 200 à 1 700 m au sud, environ) : c’est celui des forêts du hêtre commun avec l’apparition du sapin pectiné et parfois de l’épicéa commun (non indigène), au fur et à mesure de la montée en altitude.

L’étage subalpin ( 1 600 à 2 200 m au nord, 1 700 à 2 400 m au sud, environ) : c’est une zone de transition. Les feuillus sont de moins en moins nombreux et les forêts de résineux dominent. Vers 2 000 m, la forêt cède définitivement la place à la pelouse d’estive, jusqu’à 2 400 m environ.

L’étage alpin (de 2 400 m jusqu’à 3 000 m sur les deux versants) : c’est celui de la limite de la végétation. Rochers et éboulis y sont nombreux et le minéral domine.

L’étage nival (au-delà de 3 000 m) est celui des neiges éternelles. La végétation a de plus en plus de mal à se développer et seuls quelques mousses et lichens survivent sur les rochers.

Habitat

Mi-août dans le vallon de Pouey Trenous (2 150 m). Un mâle (gorge blanchâtre).

Début juillet au lac d’Anayet en Aragon (2 230 m), sur un rocher. 

Elle vit dans des contextes très variés, forestiers à totalement ouverts, dans n’importe quel type d’habitat humide mais aussi dans des milieux plus secs comme les estives ou les éboulis.

Elle est active de jour comme de nuit mais elle reste cachée par forte chaleur. Elle se met à l’abri des rayons du soleil sous les berges, dans des anfractuosités des rochers, parfois aussi dans un terrier de marmotte abandonné où elle recherche la fraîcheur.

Il faut être très prudent pour l’identifier; la méprise est très facile avec la Grenouille agile (Rana dalmatina). Il n’y a pas de critère physique infaillible pour les différencier si l’observation est faite à basse altitude (inférieure à 500 m). La grenouille agile a en principe un museau long et pointu et un tympan plus grand et proche de l’œil. Il vaut mieux cependant faire appel à un spécialiste.

Comme le mâle de Grenouille rousse, celui de la Grenouille agile a deux sacs vocaux internes.

Début juillet au lac d’Anayet en Aragon (2 230 m).

Mi-août dans le vallon de Pouey-Trenous (vers 2 300 m). Un mâle.

Dangers pour l’espèce

La Grenouille rousse est consommée par de nombreux prédateurs terrestres à l’âge adulte : quelques mammifères dont la loutre, les visons et … l’Homme ; échassiers, rapaces nocturnes et diurnes ; serpents tels que la Couleuvre helvétique (appelée récemment encore Couleuvre à collier) et la Couleuvre vipérine …

Mi-août dans le vallon de Pouey-Trenous (vers 2 150 m). Un mâle.

En ce qui concerne les prélèvements effectués par l’Homme, elle bénéficie effectivement d’une protection mais celle-ci n’est que partielle. En effet, certains arrêtés préfectoraux en France fixent des périodes de pêche, variables selon les années et les départements.

Par exemple et pour les Pyrénées-Atlantiques (Guide de pêche 2020) : « la pêche des grenouilles vertes et rousses est autorisée à la ligne uniquement, du 9 Mai au 20 Septembre en première catégorie; en seconde catégorie, du 1er janvier au 1er mars inclus puis du 9 Mai au 31 Décembre. En zone cœur du Parc National des Pyrénées, la pêche des grenouilles vertes et rousses est interdite toute l’année« .

Début juillet au lac d’Anayet en Aragon (2 230 m).

Reproduction

Très précoce et sensible au moindre redoux, elle se reproduit souvent dès le mois de décembre à basse altitude (hivernage inexistant ou très bref) et dès le début de la fonte des neiges en montagne (hivernage d’octobre/novembre à mars ou mai/juin en fonction de la couverture neigeuse). Elle utilise pour la reproduction des pièces d’eau peu profondes et temporaires (grandes flaques, ornières en eau, fossés, …) qui peuvent rassembler des foules d’individus et accueillir de très nombreuses pontes.

Tétard de Grenouille rousse, à un stade bien avancé.

Le nombre, la densité et la disposition des pontes permettent, dans bien des cas, de savoir à quelle espèce on a affaire : les pontes de la Grenouille rousse sont généralement nombreuses (nombreuses femelles, sauf à basse altitude!) et déposées les unes contre les autres. Elles affleurent largement à la surface (sauf si le niveau d’eau est monté entre-temps) et les pièces d’eau qui les accueillent ressemblent donc vaguement à un bol de tapioca. Les populations de Grenouilles agiles, moins denses, produisent moins de pontes et les femelles les déposent isolément, souvent à une certaine profondeur et fixées à un élément végétal immergé (tige … ). Localement à basse altitude, les deux espèces peuvent utiliser la même pièce d’eau pour se reproduire, mais pas en même temps (la Grenouille rousse est plus précoce). Les têtards éclosent une à deux semaines environ après le dépôt des pontes et se métamorphosent ensuite rapidement, avant l’assec de leur flaque. La stratégie de reproduction de cette espèce est basée sur une importante production d’œufs qui compense le caractère aléatoire de sa réussite : un certain nombre de pontes sont déposées dans des zones inadaptées (lame d’eau trop temporaire) et rapidement perdues. Par ailleurs, certaines colonies de têtards ne parviennent pas toujours à se métamorphoser avant l’assec de leur pièce d’eau et meurent desséchés.

Confusions possibles

_Un critère simple qui peut parfois aider à l’identifier dans les Pyrénées est de connaître l’altitude de l’observation. En effet, j’ai déjà signalé que la « Grenouille rousse » peut être confondue avec la « Grenouille agile ». Cependant, la limite de répartition en altitude de cette dernière étant de 500 mètres, on ne peut pas l’observer au-delà de la partie supérieure de l’étage collinéen! C’est donc une Rousse, si ses tympans sont bien visibles (afin de ne pas la confondre avec sa cousine, la Grenouille des Pyrénées).

Grenouille rousse, avec le tympan (disque à gauche de l’œil) bien visible.

Grenouille agile dans un sous-bois humide en vallée d’Ossau – Altitude 390 m.

_A l’inverse et dans notre région, on peut rencontrer la Grenouille rousse très bas (jusqu’à 200 m voire moins encore), dans de nombreuses zones comme les contreforts des plateaux de Ger et de Lannemezan, l’extrémité gersoise des Landes de Gascogne, le Lot, l’Aveyron … , régions où la Grenouille agile est également présente. Dans ce cas-là, le site « Nature en Occitanie » dont le lien est en fin d’article donne de bonnes informations pour les différencier mais il n’y a pas de critère infaillible. Dans le doute, il vaut faire appel à un spécialiste. En effet, la Grenouille agile est protégée; son prélèvement est INTERDIT contrairement à celui de sa cousine! Il n’y a pas de droit à l’erreur! Le mieux étant, bien sûr, de les laisser tranquilles.

_ La « Grenouille rousse » peut être aussi confondue avec la « Grenouille des Pyrénées » (Rana pyrenaica). Celle-ci est l’un des amphibiens les plus rares de France. Sa répartition en altitude connue va de 440 à 2 100 m. Endémique des Pyrénées et observée pour la première fois en 1990 côté espagnol, elle est classée « en danger » d’extinction depuis 2008. Les femelles sont plus grandes que les mâles mais elles ne dépassent pas les 50 mm (toujours du museau au cloaque). Adulte, elle ressemble aux jeunes Grenouilles rousses mais on peut quand même différencier les deux espèces en cherchant leurs tympans. Ceux de la Grenouille rousse sont bien visibles tandis que ceux de la Grenouille des Pyrénées sont presque trop petits pour être aperçus à l’œil nu. De même, ses plis latéraux sur le dos sont beaucoup moins marqués.

Sa localisation est très restreinte et elle est difficile à observer. Elle n’est aperçue pour la première fois sur le versant nord des Pyrénées qu’en 2011 et elle est toujours visible dans quelques cours d’eau du Pays Basque (massif d’Iraty), du Béarn et dans la Vallée d’Aspe. J’espère, un jour, la rencontrer bien qu’elle semble principalement active la nuit. Elle aime les torrents forestiers, frais et oxygénés. Les têtards des Grenouilles des Pyrénées sont très facilement identifiables grâce à leur couleur noire constellée de points blancs ou dorés. Je vous invite à suivre l’excellent lien en fin d’article vers le site « Especes-menacees.fr » pour en savoir plus sur cette espèce rare.

Sources bibliographiques :

_ http://www.naturemp.org/Grenouille-rousse.html

_ https://cdnfiles1.biolovision.net/franche-comte.lpo.fr/userfiles/observer/HerptofauneDtermination/FormationInitiationamphibiensFCAMVFDec2018.pdf

_ https://www.especes-menacees.fr/grenouille-des-pyrenees/

 

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *