logo

Le barrage des Gloriettes et le cirque d’Estaubé (13 juin 2019)

Panneau de présentation du barrage des Gloriettes au début de la balade.

Le barrage des Gloriettes

et le cirque d’Estaubé

Le lac des Gloriettes, depuis le barrage.

J’ai présenté récemment dans un article cette balade avec toutes les informations nécessaires, y compris les différentes options. Pour plus de détails, vous pouvez consulter mon premier article : «  Ici  » . Je l’ai refaite pour des raisons personnelles quelques jours plus tard sous une météo incertaine. En voici quelques photos, qui illustrent que « ce n’est jamais pareil« .

Après avoir traversé la digue du barrage, on peut faire le tour du lac (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre), aller vers la cabane d’Estaubé puis la cascade du Pla d’Ailhet, aller au refuge de Tuquerouye, aller à la Hourquette d’Alans (A/R) ou redescendre vers Gavarnie par le refuge des Espuguettes. On peut aussi faire un crochet par le plateau de Coumély pour visiter ses belles granges : c’est l’option présentée en photos.

Après avoir pris un peu de hauteur dans la direction du plateau de Coumély, la vue sur le lac des Gloriettes avec en arrière-plan le cirque d’Estaubé.

La buvette « Les Gloriettes » (fermée hors saison touristique).

Le cadre, depuis la buvette « Les Gloriettes ».

Nigritelle noire ou orchis vanille (Gymnadenia rhellicani), orchidée endémique des Pyrénées.

Géranium des bois.

Panneau pédagogique présentant la vallée de Héas, que l’on domine. Retranscription du panneau : 1- Le cirque glaciaire (lieu d’accumulation et de transformation de la neige en glace, source du glacier) 2- La vallée en auge (forme en U en travers de la vallée, fond plat et flancs raides presque verticaux) 3- L’épaulement glaciaire (indique au flanc de la vallée l’altitude maximale du glacier) 4- La moraine (accumulation de débris de roches liée à l’action abrasive du glacier transportée et repoussée devant lui et sur ses flancs) 5- Les roches moutonnées (roches polies par les pierres de moraine que le glacier emporte vers la vallée) 6- La vallée « suspendue » (vallée affluente dont le glacier bien moins « nourri » de neige n’a pu éroder son plancher jusqu’au niveau de la vallée principale).

Le plateau de Coumely et une partie de ses granges rénovées.

Après une balade sur le plateau sous une pluie fine, la descente à travers l’estive jusqu’au barrage.

Reprise du chemin qui longe le lac des Gloriettes à main gauche, pour continuer vers le fond du cirque d’Estaubé.

Le lac est très bas. Deux pêcheurs au bord de l’eau (pêche ouverte depuis le 25 mai). Tout à gauche, le déversoir de l’eau de l’Aguila.

Sur la rive opposée, la bouche du tunnel d’où se déverse l’eau de l’Aguila. Cette eau est captée quelques kilomètres à l’Est au pied du Soum des Salettes, puis elle est canalisée jusqu’au lac.

Aperçu du barrage et de ses alimentations (conduite de l’eau de l’Aguila et gave d’Estaubé), en se retournant.

Le sentier continue en remontant le gave rive gauche (gave à main gauche).

Un parterre de fleurs diverses, dont quelques Gentianes printanières.

Le gave d’Estaubé.

Dernier aperçu sur le lac et le barrage en se retournant.

La passerelle sur le gave d’Estaubé, pour ceux qui ne feront que le tour du lac (en sens inverse des aiguilles d’une montre).

Poursuite de la ballade en remontant vers le cirque.

Le balisage du Parc National!

Panneau de directions : à gauche, vers la cabane d’Estaubé et la cascade du Pla d’Ailhet (traversée du gave au pont d’Estaubé) – A droite, vers la Hourquette d’Alans, le Port Neuf de Pinède et les Espuguettes. 

Le gave, depuis le pont d’Estaubé en direction de la cabane du même nom.

La cabane d’Estaubé (à gauche). Les troupeaux ont commencé à investir les estives du cirque.

Remontée vers le fond du cirque, côté rive droite du gave (gave à main droite). Une petite passerelle permet de changer de rive, quand les eaux sont hautes.

L’arrivée au Pla d’Ailhet. La cascade, située vers la gauche en remontant le plateau, est encore obstruée par un névé. Les sommets du cirque d’Estaubé sont, hélas, dans les nuages. Pour des vues rapprochées sous un beau ciel bleu avec les identifications, voir mon précédent article.

Sur le chemin du retour.

Traversée du petit pont d’Estaubé, pour repasser rive gauche du gave.

Poursuite de la descente rive gauche (gave à main droite), avant de passer plus bas sur la passerelle permettant de faire le tour du lac.

La passerelle permettant de faire le tour du lac (cliché pris à l’aller sans l’emprunter). 

C’est un jour de transhumance des vaches, elles arrivent jusqu’au parking du bas des Gloriettes en camions bétaillères! Elles remontent ensuite jusqu’au barrage et empruntent le sentier du tour du lac par la gauche (sens des aiguilles d’une montre).

Elles traversent ensuite le gave à gué pour passer sur l’autre rive jusqu’au pont d’Estaubé, direction le Pla d’Ailhet.

Le gros des troupeaux est passé, sauf une vache qui a choisi l’option de la liberté, en traversant le lac à la nage.

Silène acaule.

Myosotis des Pyrénées.

Le lac des Gloriettes et l’arrivée de l’eau de la conduite de l’Aguila, depuis l’autre rive.

La Renoncule des Pyrénées.

Avant de rejoindre le parking, la vue sur les cabanes du plateau de Coumély, plateau visité au départ de la balade.

La solitude de la vache qui, ivre de liberté, n’a pas voulu suivre le troupeau. Après s’être échappée, elle a traversé le lac à la nage; maintenant, elle ne sait plus trop quoi faire sur la rive opposée, isolée du troupeau. Elle va être rapidement récupérée. La balade se termine sur cette vue.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *