logo

Le Renard d’un soir

 

Le renard d’un soir (5 000 iso ; 1/60 s ; focale minimum au téléobjectif).

Cette publication tranche avec mes habitudes : c’est l’histoire d’une seule photo, celle d’un bref instant de vie auprès d’un renard.

C’est le week-end de l’Ascension et nous avons droit à notre première vague de chaleur de l’année. Ce soir, il me vient l’envie d’aller à l’affût au coucher du soleil, au moment où le peuple de la Nuit s’apprête à courir la campagne. Ces moments sont toujours particuliers; la chaleur est retombée et il fait bon d’attendre une éventuelle bonne surprise, tout en écouter les derniers chants d’oiseaux comme celui de la grive musicienne ou ceux des Léiothrix jaunes. L’Elanion blanc, à son habitude, va et vient au-dessus des champs cultivés et des friches environnantes.

Je m’assieds le dos calé contre une balle d’herbe séchée restée là depuis quelques jours et j’attends en tenue de camouflage, en partie caché dans l’herbe. Le temps passe et le soleil commence à se se coucher derrière moi. La lumière s’estompe doucement. Les rayons jaunissent la cime des arbres puis le versant d’en face exposé à l’ouest. Bientôt, ils disparaissent. Un brocard dans la force de l’âge débouche d’un champ cultivé et se met à brouter. Il est loin mais je fais quelques clichés même s’ils seront de mauvaise qualité, je ne sais pas rentrer bredouille. J’ai bien fait : en visionnant le résultat, je me rends compte qu’il faut que je force mes paramètres bien au-delà de mes habitudes pour arriver à accrocher un peu de lumière, si un animal se présente.

Comme il fait bon, je m’attarde encore un peu avec le maigre espoir de faire quand même une bonne rencontre, genre blaireau. Je sais déjà qu’il est trop tard pour faire des photos présentables.

Alors que je suis perdu dans mes pensées, je sens une présence sur le côté, à la limite de mon champ de vision. J’ai pris l’habitude de ne pas faire de geste brusque dans ces circonstances. Je tourne lentement ma tête et je vois … un renard adulte qui vient droit sur moi, déjà proche. Avec la poussée d’adrénaline provoquée par cette vision, j’ai du mal à le localiser dans le champ du téléobjectif. Mon cœur bat vite mais j’arrive enfin à le cadrer : il vient de s’arrêter et regarde dans ma direction. Trois clichés : celui de ce post que j’ai doublé et le troisième tout flou, quand il bondit  à 90° pour s’échapper! Il n’a pas réfléchi longtemps et seule la proximité m’a permis de faire une mise au point à peu près potable. Pour les paramètres, je ne pouvais pas faire mieux.

Au final, je rentre avec une seule photo, une photo qui décrit une émotion, un instant de vie!

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *