logo

Les grues de l’alberca de Alboré, sur l’embalse de la Sotonera (Aragon)

Le petit village de Montmesa (Aragon) et les grues cendrées se nourrissant dans les champs, avec la gelée matinale

Séjour ornithologique en Espagne – 11 février 2019
L’alberca de Alboré, sur l’embalse de la Sotonera
pour l’observation de la grue cendrée (Nom scientifique Grus grus)

L’envol des grues cendrées au petit matin sur l’Alberca de Arboré, depuis le Corral de Antonié.

Les belles lumières d’Espagne me manquent depuis quelques jours. L’hiver est une période toujours difficile à passer ; journées courtes, peu de lumière, le froid, l’humidité, tout cela finit par me peser. Heureusement, il a enfin neigé sur les Pyrénées, l’occasion de faire des sorties raquettes. On sent quand même que le printemps arrive : la migration retour a commencé. Lundi, je partirai. Ma destination est toute trouvée, grâce à Antoine qui, lors d’une sortie raquettes vendredi, m’a parlé des grues qui s’envolaient devant lui lors d’une sortie VTT à l’embalse de la Sotorena, en Aragon. Cela suffit pour me décider.

Ce 11 février au matin, le site d’Arjuzanx dans les Landes confirme l’arrivée de grues venant d’Espagne, avec plus de 16 000 oiseaux comptés. Les prévisions météo sont bonnes en Aragon et sur les Pyrénées à partir de demain et pour la semaine. Les grues de la péninsule ibérique vont bouger. Après avoir chargé le matériel photo et quelques affaires pour dormir dans mon Partner, me voilà donc sur la route vers l’Espagne en passant par le Pourtalet. La météo d’aujourd’hui n’est pas clémente chez nous. La vallée d’Ossau est sous la pluie avec un plafond nuageux très bas. La neige est au bord de la route depuis Laruns et la température extérieure chute.

A Gabas, les prairies sont sous la neige, une quarantaine de centimètres quand même. Le labrit et les deux patous des Pyrénées de l’auberge de l’Ossau sont au chaud aujourd’hui, pas de sieste sur le perron.

Les deux pointes de l’Ossau, vues depuis Gabas par temps dégagé.

A la sortie du village, l’Ossau est dans les nuages ; l’occasion pour rappeler qu’il y a eu encore une intervention pour secourir deux randonneurs espagnols bloqués dans le couloir de Pombie-Suzon dans la nuit de samedi à dimanche (ramenés sains et saufs à 5h30 du matin au refuge de Pombie ; une intervention de nuit très particulière). La pluie s’est changée en neige maintenant. Le lac d’Artouste est en grande partie gelé. Le chasse-neige devant moi remonte vers le col, sur la route bien dégagée.

Une femelle isard (on l’appelle une chèvre) et son chevreau, à gauche.

La face sud de l’Ossau depuis le col du Pourtalet, par beau temps

Je m’arrête un moment pour photographier des isards dans la neige, avant de passer le col du Pourtalet (1794m). Le cirque d’Aneou est magnifique et il n’y a pratiquement personne ; la température est devenu négative. Après avoir passé la frontière, je suis accueilli avec un début de soleil pendant la descente vers Gallego. Il y a moins de neige sur le versant espagnol et la route est sèche. Cà y est, je me sens en vacances. Le voile du ciel disparaît et je continue ma route sous un beau ciel bleu. Il me reste environ 2h00 de route et 120 km jusqu’à ma destination d’aujourd’hui, le petit village de Montmesa (Aragon) après avoir contourné Huesca par l’ouest. J’arriverai vers 17h30 pour assister au coucher des grues.

Le petit village de Montmesa, à mon arrivée à l’observatoire.

L’Embalse de La Sotorena – Postes principaux (*) pour l’observation de la Grue cendrée

(Impression écran de la carte Google Earth)

L’Embalse de La Sotorena – Postes principaux (*) pour l’observation de la Grue cendrée

(Impression écran de la carte Mappy)

A la sortie de Montmesa, je m’engage sur une piste poussiéreuse jusqu’à un embranchement : vers la gauche se trouve l’observatoire de Montmesa, donné comme étant un bon endroit pour les photographes. À droite, La Mezquita, qui est le meilleur endroit pour voir les grands vols de grues quitter le dortoir. Le droit chemin mène au « Corral de Antonié », où sont situés quelques vieux bâtiments de ferme. De là, on voit très bien la lagune de l’Alboré. C’est le meilleur endroit pour voir l’arrivée des grues au dortoir.

Les grues las grullas Embalse de La Sotorena Alberca de Arboré Montmesa Huesca Aragon

Les grues se posent sur une île et sur les berges, au milieu des tamaris. Cliché pris depuis l’observatoire de Montmesa

Je me dirige vers l’observatoire de Montmesa. A la descente de la voiture, je suis accueilli par quelques vanneaux et un vent froid. Le périmètre de sécurité pour la quiétude des grues est assez important et j’assisterai à leur arrivée au dortoir que de très loin. Les arrivées de grues à la Sotorena pendant la migration se font tout au long de la journée mais le mouvement les plus important vers la zone humide, à l’abri des prédateurs, est au coucher du soleil.

Sur la berge, quelques grues isolées.

Les clichés ci-dessus sont pris à proximité de la berge du réservoir hors zone de quiétude, dans la direction de Santa Zilia par le « camino verde ».

La nuit tombe sur le village de Montmesa – Cliché pris depuis la route en direction de Tormés.

Après avoir pris quelques photos, je reprends la voiture pour faire le tour du lac par le sud, en prenant une piste en direction de Santa Zilia vers le bord du réservoir. Au milieu des Tamaris, j’assisterai au coucher du soleil en marchant sur le « Camino Verde »; puis, je reprends la route en repassant par Montmesa. L’obscurité arrive trop vite, sans que j’ai pu localiser l’Alberca de Alboré, où les grues se reposent pour la nuit. Je verrai çà demain! Je dors dans le Partner à Biscarrués, un petit village tranquille; je serai à peine dérangé dans mon sommeil par un chien que j’entends longuement gémir avec insistance près de moi, juste derrière la portière.

Au matin, je repars vers la Sotorena alors qu’il fait encore nuit. Il fait plutôt froid, -1°C et le ciel est magnifique sans un seul nuage ; les étoiles scintillent. Une belle journée s’annonce, la campagne est givrée. Mon Gps ne fonctionne pas à cause de la mauvaise couverture réseau mais j’ai pu télécharger la carte de la région hier-soir en me connectant à la wifi d’un restaurant ; je quitte la route à la hauteur de Puendeluna pour un chemin en direction de lAlberca de Alboré. J’ai droit à un beau lever du jour. Les flaques d’eau sur le chemin en mauvais état sont gelées, la température a encore chuté, il fait -3°C. J’arrive enfin à un point dominant la lagune, après avoir parcouru quelques kilomètres et avoir eu un doute sur ma direction au regard de l’état du chemin.

A mon arrivée, je ne suis pas seul : deux ornithologues originaires de la région de San Sébastian sont déjà à pied-d’oeuvre avec un téléobjectif et une longue-vue (digiscope). Je vais leur dire bonjour et, très sympathiques, ils m’indiquent un bon endroit pour pouvoir photographier.

Quelques grues sont déjà dans les champs environnants au nord de la lagune, en train de picorer ou de se lisser les plumes.

D’autres petits volées les rejoignent, au fur et à mesure que le soleil se lève au-dessus des monts environnants.

Les grues sont en attente çà et là entre les tamaris, sur l’herbe givrée (un petit groupe est visible tout à droite)

Les grues ont passé la nuit sur un îlot et sur les berges. Certaines volées partent vers le Nord.

D’autres volées partent vers le sud. 

Tous les clichés ci-dessus sont pris depuis le Corral de Antonié.

L’envol des grues a commencé. Rien que pour ce spectacle, cela valait le coup de venir ! Les grues se sont réveillées alors qu’il faisait encore nuit et peu après l’aube, elles quittent l’île par petits groupes pour se reposer dans les champs voisins au nord de la lagune. Elles y arrangent leurs plumes et picorent le sol à la recherche de nourriture. Au fur et à mesure que la lumière envahit le paysage, certaines reprennent la route de la migration depuis les champs et depuis les berges de la lagune. D’autres partent vers le sud : elles font sans doute partie de celles qui séjournent encore sur le site.

Il est 8h30, le soleil éblouit le paysage maintenant et les deux ornithologues me proposent de les suivre vers un autre point de vue pour continuer à observer les grues avec le soleil dans le dos. J’accepte avec plaisir. Nous prenons un chemin différent de celui de mon arrivée et d’après un poteau indicateur, j’étais au mirador El Corral de Antonié.

Au fond, le clocher de Montmesa. Les grues quittent la lagune, en direction des Pyrénées. Cliché pris en revenant vers Montmesa par le nord.

El Corral de Antonié, depuis l’observatoire de Montmesa. Une petite volée de grues vient de décoller pour aller se nourrir dans les champs.

Je suis arrivé par un chemin en mauvais état situé à gauche des bâtiments de ferme. Le bon chemin part de la droite jusqu’à Montmesa. 

Les grues dans les champs, depuis l’observatoire de Montmesa.

Direction vers le Nord.

En arrière-plan, les monts Ibériques depuis l’observatoire.

Grues arrivant du Sud.

Ce chemin en bon état fait le tour de l’Alberca de Alboré par le nord, en direction de Montmesa. La veille, j’avais hésité pour le prendre car, sans moyen pour le vérifier, je pensais qu’il se perdait dans les champs. Nous arrivons à l’observatoire de Montmesa où je me suis arrêté hier-soir. Le vent froid d’hier est tombé mais il fait toujours un peu frisquet. Le mouvement d’envol des grues depuis la lagune continue devant nous et nous observerons aussi au-dessus de nous quelques petites volées revenant du nord à basse altitude. Les vents les empêchent-elles de migrer?

Mes compagnons du jour font un séjour ornithologique avec leurs épouses en camping-car et un troisième couple nous a rejoint, toujours en camping car, vers 10h00. Nous nous retrouvons finalement à sept autour d’un bon petit-déjeuner dans l’un des camping-cars : un bon moment de convivialité! Nous échangeons autour de notre passion commune et j’arrive tant bien que mal à me faire comprendre. Heureusement, celui qui nous a rejoint en dernier fait des séjours ornitho chez nous et m’aide à traduire. Ils me conseillent un lieu incontournable pour l’observation des grues, le plus beau à leur avis de l’Espagne et dont je n’avais jamais entendu parlé : « la laguna de Gallocanta« , qui serait située à une centaine de kilomètres en-dessous de Saragoza. D’après eux, il y aurait environ 4 000 grues actuellement à La Sotorena et jusqu’à 60 000 à Gallocanta. J’avais prévu de rester dans la région de « los Mallos de Riglos » toute proche et me voilà décidé pour prospecter ailleurs. Ma décision est motivée par le fait que les meilleurs moments pour l’observation sont le lever et le coucher de soleil et qu’entre les deux, je dois me trouver une occupation. Autant faire un peu de route pour assister au coucher des grues à Gallocanta et je m’adapterai pour la suite. Je quitte à regret mes amis de fraîche date vers 11h00, ils étaient vraiment sympathiques! Ils vont continuer leur route vers le delta del Ebro. Ces moments d’échange sont précieux. Ils étaient au courant avant moi du futur lâcher de bouquetins ibériques dans les vallées d’Ossau et d’Aspe!

Les grues à la recherche des vents porteurs, dans la région d’Almudévar (province de Huesca)

Après avoir parcouru quelques kilomètres dans la direction d’Almudévar (village jumelé avec Lembeye dans le Vic-Bilh) pour rejoindre l’A23, je verrai de nombreuses volées de grues se dirigeant vers la lagune que je viens de quitter. Il fait un beau soleil, avec une température légèrement positive, +1°C. Certaines volées tournent en rond pour prendre les vents dominants, un très joli spectacle. Elles arrivent probablement de la lagune de Gallocanta, qui est leur étape précédente sur la route de la migration. Les arrivées se feront tout le long de l’après-midi sur l’île et sur les berges de la lagune. L’entrée sur l’autoroute A23 en direction de Saragoza met fin à ce spectacle. Mon Gps (qui marche à nouveau) indique 205 km et 2h15 de trajet par l’A23 entre les deux destinations, en contournant Saragoza. En-dessous de Saragoza, dans la région de Cariñena, les amandiers sont déjà en fleurs.

J’ai passé un bon moment sur ce lieu d’hivernage et j’y reviendrai avec plaisir. J’ai de quoi me renseigner efficacement pour un futur séjour. Je retiens qu’il me faudra optimiser ma période de venue en fonction de l’avancement de la migration prénuptiale consultable sur internet, qu’il n’y a que peu de possibilités de faire des clichés de proximité. Le plus beau spectacle à mon avis a lieu au mirador El Corral de Antonié mais les grues en vol passent plus près de nous à l’observatoire de Montmesa. De même, entre Montmesa et Tormos, le pied de la « Atalaya de Tormos » (tour de défense) est un très bon point de vue pour observer l’arrivée des grues du Sud, de l’Est et du Nord-Est.

La grue cendrée en Espagne

Duo se dirigeant vers les Pyrénées, depuis La Sotorena.

La grue cendrée (grus grus) a une place à part dans le cœur des hommes. C’est, je pense, le seul oiseau que l’on est tous capables de reconnaître à son chant exceptionnellement puissant et si particulier. Elle est monogame et les couples sont unis pour la vie. L’observation d’un vol en V des grues, parfois très haut dans le ciel, est annonciateur d’un changement de température et de l’arrivée de la mauvaise saison … ou du printemps.

Elle est un exemple de réussite de la préservation des oiseaux. La population européenne a augmenté de 45 000 oiseaux en 1985 à environ 300 000 aujourd’hui. Sa principale zone d’hivernage est l’Espagne où la population est passée d’environ 15 000 en 1980 (la quasi-totalité en Estrémadure) à plus 150 000 en 2007 et plus de 200 000 en 2015. Dans les trente dernières années, 2 800 zones protégées ont été créées pour lui permettre de se reposer et de se nourrir pendant la migration ou durant l’hiver. La culture intensive du maïs a offert de nouvelles possibilités de nourrissage qui n’existaient pas auparavant. Une petite partie de la population hiverne aussi en Afrique du Nord et au Portugal. Depuis quelques années, elle hiverne en France, en particulier sur le site d’Arjuzanx (Landes) et le lac de Puydarrieux (Hautes-Pyrénées) et j’aurai l’occasion d’en reparler dans d’autres articles.

Au printemps, les grues remontent vers leurs sites de reproduction en Europe du Nord, dans des pays comme l’Allemagne, la Finlande, la Norvège ou l’Estonie. Traditionnellement, elles migrent à travers la province de Huesca et elles prendront une route plus occidentale pour revenir à l’automne, par les Pyrénées de la Navarre et le Pays Basque.

Le recensement des grues cendrées hivernant en Espagne en 2017 a permis de déterminer un nombre record de plus de 255 000 oiseaux enregistrés dans onze communautés autonomes. L’Estrémadure est la plus importante avec 127 513 oiseaux, suivie de l’Aragon (55 177 ) et de la Castille-La Manche (42 141).

L’hivernage des grues en Aragon est quelque chose de relativement nouveau, favorisé par l’augmentation de la zone de culture du maïs et le riz mais aussi par l’augmentation générale de la population européenne et sa tendance hivernante plus au nord au cours de la dernière décennie. Le gros des grues hivernantes d’Aragon se trouvent dans la province de Zaragoza / Teruel (laguna de Gallocanta) et dans la province de Huesca.

Pour Huesca, il y a deux zones habituelles et dans chacune, il peut avoir jusqu’à 1 000 – 3 000 oiseaux : l’embalse de La Sotorena à Montmesa (ci-dessus) et le Cinca Medio (plus précisément dans la région entre Selgua et Castelflorite).

Dans la province de Zaragoza, la région de Las Cinco Villas est une nouvelle zone d’hivernage ces dernières années. Il y aurait jusqu’à 5 000 – 6 000 oiseaux. Elles se reposent à l’automne dans les chaumes de maïs et, de préférence, dans les zones inondées où le riz a été récolté. Elles y cherchent leur nourriture et elles y dorment pendant plusieurs jours. Le froid les oblige à descendre dans les endroits plus chauds du sud de l’Espagne, en Estrémadure des mouvements sont observés pendant l’hiver et la population n’est pas stable. Elle feront aussi une halte au printemps suivant les conditions météorologiques. On peut les observer dans les environs d’Ejea de los Caballeros où les grues ne se concentrent pas dans un endroit donné mais se dispersent sur plusieurs dortoirs reliés les uns aux autres.

En janvier 2018, la faible pluviométrie en Aragon a entraîné un niveau d’eau très faible dans la plupart des zones humides du bassin de Gallocanta, la plus importante zone d’hivernage de la grue en Aragon. L’ensemble des rizières et des cultures irriguées de la région de Las Cinco Villas et d’Ejea de los Caballeros est alors devenu la principale zone d’hivernage de l’espèce (en particulier à Valareña-El Bayo, Plano de Buena Vista, Sopeña et Turruquiel), accueillant près de 60% de l’ensemble des grues hivernantes en janvier. Le secteur du Cinca Medio dans la province de Huesca a suivi en importance, dans les rizières de Selgua et Monzón où 1 500 oiseaux ont été dénombrés.

L’Embalse de la Sotonera et l’Alberca de Alboré

En Aragon, l’espace choisi par les grues pour passer l’hiver est l’embalse (réservoir) de La Sotonera, lieu privilégié pour l’observation de ces oiseaux. Dans les eaux peu profondes et sur les berges bordées de tamaris, des volées d’anatidés et autres oiseaux aquatiques viennent également hiverner. Ce réservoir est aussi un lieu de pêche : bien que peuplé de plusieurs espèces très sportives, les populations sont généralement faibles avec peu de spécimens adultes. Plusieurs milliers de grues y séjournent de novembre à février, rentrant au coucher du soleil. La Sotonera est protégée en tant que Zone Spéciale de Protection des Oiseaux (ZEPA en espagnol).

D’après les statistiques consultées et plus ou moins complètes selon les années, la population de grues hivernantes n’y est pas stable. La population pour la saison 2017/2018 était en moyenne de 4 000 oiseaux pour seulement 2 000 la saison précédente. Je n’ai pas trouvé de recensement pour la saison 2018/2019; je pense, comme mes amis ornithologues, qu’il devait y avoir autour de 4 000 grues lors de mon passage avec beaucoup d’arrivées par le sud en fin de matinée du 12 février 2019.

La Sotonera est un grand réservoir situé à 20 km à l’ouest de Huesca et construit en 1963. A la queue du réservoir, il existait déjà une ancienne lagune isolée construite il y a plusieurs siècles et entourée de tamaris, l’Alberca de Alboré. Elle fait maintenant partie du réservoir avec la montée des eaux. Bien que peu connue, l’Alboré est devenue ces dernières années la deuxième zone de repos de la grue cendrée sur sa voie de migration prénuptiale de printemps, après Gallocanta. Par sa position stratégique sur cette voie, c’est le dernier arrêt pour les grues qui veulent traverser les Pyrénées entre mi-février et mi-mars et elles y prennent des forces. Les recensements maximum de grues de passage à La Sotorena entre le 15 février et le 15 mars par période de 5 ans ont été multiplié par onze, passant de 7 500 en 1985/1989 à 69 000 en 2010/2014 et 82 500 en 2015.

Leur présence à la Sotorena est très influencée par les conditions météorologiques. Bien que les grues ont l’intention de rester le moins longtemps possible à La Sotorena et voudraient repartir dès le lendemain, le nombre d’oiseaux s’accumule avec une météo défavorable, quand les vents forts et les précipitations les empêchent de traverser la chaîne de montagnes. Elles arrivent dans l’après-midi par le sud et vont se poser à l’Alboré. Les jours de grandes arrivées, les grues se posent d’abord sur l’île du réservoir pour se reposer et se déplacent plus tard vers les tamaris sur les berges et les eaux peu profondes de l’Alboré.

Le moment le plus spectaculaire est le matin avec une absence de vent, alors qu’elles s’envolent du dortoir pour traverser les Pyrénées. Dans la nuit du 02 au 03 mars 2015, un record de 82 275 grues a été enregistré sur la Sotorena. Au matin, 80 475 d’entre elles sont reparties pour disparaître par les sierras de Riglos, Loarre et Gratal. Cette année-là, une étude importante sur la migration prénuptiale a été effectuée par le Grupo Ornitológico Oscense, afin de connaître 1) le nombre de grues passant par la province de Huesca, 2) l’utilisation de la Sotorena comme dortoir, 3) les routes de la migration printanière et 4) comment l’oiseau s’adapte aux conditions météorologiques.

L’association a ainsi calculé qu’entre le 15 février et le 15 mars 2015, au moins 277 000 grues ont traversé les Pyrénées vers le nord de l’Europe. En dehors de quelques spectaculaires exceptions où elles sont aidées par de rares occasions thermiques, les grues ne sont pas capables de traverser les hautes montagnes des Pyrénées avec des sommets de plus de 3 000 mètres; elles passent dans la partie occidentale. Bien que les vents les entraînaient parfois vers les Pyrénées centrales, elles reviennent à l’ouest pour entrer en France par la Navarre (21 000) à Roncevaux (949m) ou par Huesca (256 000) en remontant les vallées de Hecho et Ansó, en face de la zone comprise en gros entre Lescun et Sainte-Eugrâce. Une minorité de grues a remonté la vallée de Gallego pour passer au Pourtalet (1794m). 90% des grues ont migré entre le 18 février et le 3 mars, avec une date médiane au 02 mars. Presque toutes les grues venaient de la lagune de Gallocanta et elles ont dormi à La Sotonera avant la traversée. La distance Gallocanta – la Sotonera en ligne droite est de 140 km mais les grues ne choisissent pas le chemin le plus court; celui-ci est influencé par le « cierzo », le vent fort qui souffle dans la vallée del Ebro depuis l’ouest/nord-ouest.

Petite volée revenant du nord et passant au-dessus de l’observatoire de Montmesa.

L’association précise aussi que des observateurs ont vu des grues exploratrices, de petits groupes sortant du dortoir de La Sotorena pour explorer le temps qu’il fait au nord pour revenir et le communiquer à leurs congénères à travers les sons et les mouvements de la tête, des observations particulièrement fascinantes.

Article écrit le 11 mars 2019 à partir de mes clichés, de mes observations personnelles sur le terrain, d’une publication internet et de sites web que je cite :

http://www.aragonnatuur.com/documents/grullasgoo2015webcopia.pdf

http://www.avesdehuesca.es/ 

www.grus-grus.eu/

L’article suivant sera consacré aux grues de « la Laguna de Gallocanta ».

13 février 2019 – Envol des grues de la lagune de Gallocanta, vers l’embase de la Sotorena puis les Pyrénées.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *